Pollution atmosphérique d’origine industrielle

Devant les images de villes industrielles du dix-neuvième siècle, le nombre de cheminées et la densité des émissions au dessus des habitations, on imagine le progrès réalisé. Cette pollution historique est attribuable à la combustion de charbon, sans aucun traitement des fumées, technologies développées dans la deuxième moitié du vingtième siècle. Les émissions ont encore augmenté avec la construction de centrales de production d’électricité utilisant le charbon.

Le cas des émissions issues de la combustion du charbon (et des combustibles fossiles de manière générale) sera traité dans une page spécifique. L’industrie est responsable d’autres émissions. Citons ici au moins trois :
- Les métaux et en particulier les métaux lourds, comme le plomb émis par les fonderies ;
- Les composés organiques volatils (COV), qui recouvrent une certaine diversité de molécules, dont certaines utilisées comme solvants ;
- Certains composés à usage spécifique comme le SF6 (isolant électrique utilisé p.ex. dans les équipements à haute tension) ou les perfluorocarbones (utilisés pour le traitement des surfaces).

D’autres polluants comme les dioxines sont émis dans l’atmosphère, mais l’exposition des populations n’intervient qu’après passage dans la chaîne alimentaire.

Si l’on se focalise sur la situation actuelle, notons que les installations industrielles sont souvent concentrées par bassin. La pollution émise pose donc souvent des problèmes locaux. Il faut aussi garder à l’esprit que des milliers de substances chimiques sont émises par ces installations et seulement un petit nombre sont réglementées (notamment les NOx, le SO2, le CO, les particules...). Sur le plan international, les exploitants ont l’obligation de fournir des indications sur les quantités de polluants émises, qui servent à alimenter des registres d’émissions [1].

Une analyse par polluant montre que l’industrie intervient pour une part variable. Ainsi, 100% des PFC sont d’origine industrielle, environ 70% du cadmium ou du chrome et seulement 20% des COV. L’industrie de la chimie, des minéraux non métalliques et la métallurgie sont les plus impliqués dans les émissions de polluants dans l’air. Dans l’ensemble les émissions industrielles dans les pays développés montrent une tendance à la baisse.

2 Messages de forum

Poser une question

Voir en ligne : Voir le site du registre européen des émissions

Notes

[1Ils concernent la totalité des polluants émis quelle que soit la matrice : air, eau et sols

info portfolio

JPEG - 87.7 ko
SPIP3  Mise à jour : le 19 octobre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos