L’exposition aux polluants atmosphériques et les modes de déplacement

Faut-il pratiquer le vélo en ville ? Les piétons sur les trottoirs des rues à fort trafic sont-ils aussi exposés que les automobilistes ? Quel est l’exposition sur les trajets domicile-travail ? Voici un échantillon de questions auxquelles des études spécifiques tentent de répondre.

Les études référencées ici n’apportent pas de réponses définitives. Les protocoles mis en œuvre contiennent des imperfections et peuvent partiellement fausser les résultats. Cependant quelques messages simples sont à souligner :
- Les automobilistes subissent la pollution des véhicules qui les précèdent ; ils peuvent bénéficier de la technologie de leur propre voiture ;
- La pollution dans l’habitacle est plus importante qu’à l’extérieure ; les stations sur les trottoirs enregistrent des niveaux encore plus faibles ;
- Les cyclistes sont plutôt moins exposés que les conducteurs des voitures.

Pour bien apprécier la difficulté de chaque question, se rendre compte des problèmes méthodologiques, de tous les paramètres qui peuvent influer sur les résultats, il faudrait se référer aux résumés des études accessibles par les liens ci-dessous (faites plutôt un clic-droit et enregistrer sous) :
- Mesures embarquées
- Trajets domicile-travail
- Livreurs à vélo
- A Paris à vélo

Ceci n’est bien sûr qu’un échantillon et ne tient compte que de l’exposition passive de l’individu en fonction des circonstances choisies dans les protocoles de mesure. Ainsi, nous pourrions remarquer que le cycliste a un débit respiratoire plus fort du fait de l’effort (exposition respiratoire accrue). D’un autre côté il bénéficie des retombées positives de l’activité physique.

Poser une question

info portfolio

GIF - 19.1 ko

Plan du cours

    info portfolio

    GIF - 19.1 ko
    SPIP3  Mise à jour : le 20 octobre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos