Modélisation et prévisions de la pollution

Pour illustrer les possibilités offertes par le croisement de différents modèles, nous prenons l’exemple du dispositif inter-régional autour de l’agglomération parisienne. Les prévisions horaires de la qualité de l’air réalisées par la plate forme ESMERALDA (sur un domaine inter-régional de 438x552 km2) sont issues de simulations numériques du modèle déterministe de chimie-transport appelé CHIMERE. Ce modèle permet de simuler les évolutions spatio-temporelles des concentrations de polluants sur la base de données météorologiques, de l’inventaire inter-régional kilométrique des émissions des principaux atmosphériques et de conditions issues du système national PREV’AIR.

La finesse de la résolution spatiale permet de prendre en compte les spécificités locales et notamment l’îlot de chaleur urbain. Les spécificités locales sont également prises en considération au travers de l’inventaire des émissions et en particulier celles du trafic routier. Pour ce faire, il a fallu développer un dispositif de calcul en temps quasi-réel, à l’échelle de ces émissions. L’inventaire permet d’alimenter les chaînes de modélisation et ainsi de cartographier la pollution atmosphérique depuis l’échelle régionale jusqu’à la proximité au trafic routier.

Le système PREV’AIR a été mis en place en 2003 à l’initiative du Ministère chargé de l’Ecologie afin de générer et de diffuser quotidiennement des prévisions et des cartographies de qualité de l’air, issues de simulations numériques, à différentes échelles spatiales. Des cartes d’observation établies à partir de mesures effectuées sur le terrain sont également délivrées par le système. Des cartes représentant les concentrations moyennes et les maxima journaliers sont établies chaque matin pour le jour même, le lendemain et le surlendemain, pour chacun des polluants, à différentes échelles spatiales. Ces informations permettent d’anticiper les épisodes de pollution importante. De cette façon les procédures d’alertes et les mesures appropriées peuvent être mises en place au plus vite.

Par exemple, lorsque le dépassement ou le risque de dépassement des seuils d’alerte concerne le dioxyde d’azote (NO2) ou l’ozone (O3), les mesures d’urgence suivantes sont applicables aux automobilistes :
- réduction de 20 km/h de la vitesse sur l’ensemble de la région,
- immobilisation d’au moins 10% des véhicules des parcs administratifs,
- interdiction de la circulation de transit des poids lourds sur certains itinéraires.

Poser une question

Voir en ligne : Le site du bulletin de l’air (état de la qualité de l’air et prévisions dans les principales agglomérations françaises)

info portfolio

GIF - 109.9 ko
SPIP3  Mise à jour : le 9 décembre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos