Comment estime-t-on les effets sur la vie aquatique ?

IPAs [1] pour lesquels il existe des données d’écotoxicité aiguë aquatique dans la litérature scientifique

traitement médicalComposés
Anti-infectieux (y compris antibactériens, antifongiques, antiviraux, antiparasitaires et traitement contre le SIDA)acriflavine, aminosidine, amopyroquin, amoxicillin, azithromycin,bacitracin, crarithromycine, dirithromycin, erythromycin, famciclovir, flumequine, isoniazid, linocomycin, lomefloxacin, merthiolate, metronidazole, nitroflurazone, ofloxacin, oxytetracycline, quinacrine, streptomycine, sulfadiazine, sulfamerazine, sulfamethazine, sulfamethoxazole, sulfisoxazole, tetracycline
analgésiques et anti-inflammatoiresacetaminophen (paracetamol), acide acetyl-salicilique, budesonide, citalopram, diclofenac, ibuprofen, naproxen, prednisone, quinacrin, tramadol
système nerveuxamobarbital, amphetamine, caffeine, diazepam, fluoxetin, fluvoxamine, nefazodone, paroxetine, pentobarbital, secobarbital, sertraline, thiopental
système cardiovasculaireacebutolol, atenolol, captopril, carvedilol, clofibrate, acide clofibrinique, fenofibrate, losartan, metoprolol, nadolol, nisoldipine, perindopril erbumine, propranolol, verapamil
système digestifacarbose, cimetidine, famotidine, lansoprazole, metformin, quinine
système endocrinien17α-ethinylestradiol, 17β-estradiol, diethylstilbestrol, testosterone
Autresalendronate, bicalutamide, carbamazepine, chloramine T, cisapride, cyclosporine, dorzolamide, etidronic acid, finasteride, flutamide, gemfibrozil, iopromide, metaproterenol, methotrexate, nicotine, tolazoline, warfarin

Pour déterminer l’impact potentiel sur la vie aquatique il faut mieux caractériser l’exposition potentielle (l’étendue) et les effets potentiels (concentrations auxquelles un effet se manifeste). Deux concepts classiques de l’écotoxicologie sont utilisés :
- la concentration environnementale prédite (PEC), qui dépend du devenir physique, chimique et biologique, ainsi que de quelques données hydrologiques,
- la concentration prédite sans effets (PNEC) qui fourni une indication de la concentration à laquelle apparaissent des effets sur les organismes aquatiques et écosystèmes. De façon générale le rapport PEC/PNEC exprime le risque environnemental potentiel, une valeur inférieur ou égale à 1 étant considérée acceptable.

Les effets néfastes potentiels sur les espèces aquatiques sont habituellement prédits en laboratoire à partir de données d’écotoxicité aiguë et chronique sur des espèces d’algues, de crustacés et de poissons (19). Comme la principale voie d’accès dans l’environnement des IPAs est à travers les STEP, l’évaluation du risque environnemental dans le compartiment aquatique constitue la priorité. S’il existe des données qui suggèrent que le composé pourrait résister à la dégradation et se fixer sur les boues et sédiments, un risque environnemental terrestre sera également estimé. Ceci permet de prévoir l’impact potentiel sur les espèces terrestres ainsi que le risque potentiel pour l’homme, exposé par le biais de l’épandage des boues sur les sols.

Historiquement, la méthode la plus courante pour estimer les PNEC des IPAs en milieu aquatique a été par des séries de tests visant à déterminer les concentrations des effets aigüs (CEA50) ou les concentrations létales (LC50) pour 50% des organismes tests. Par la suite on applique un facteur d’estimation à la valeur la plus faible de CEA50 (ou de LC50 pour les espèces les plus sensibles). Cependant, d’autres techniques sont maintenant disponibles et pourraient permettre une meilleure évaluation des PNEC.

2 Messages de forum

  • Bonjour Prof,

    Je voudrais savoir s’il existe une formule mathématique pour évaluer les PNEC et les IPAS en milieu aquatique ?si non ,avec quel outil doit-on procéder les tests

    Répondre à ce message

    • Comment estime-t-on les effets sur la vie aquatique ? 9 février 2015 12:17, par Yorghos Remvikos

      Je ne sais ce que vous appelez formule. Les IPA sont présent dans les milieux, à des concentrations que l’on doit surveiller. Il y a des choix de molécules à faire au préalable, en fonction du degré de préoccupation. Quant aux PNEC, là encore c’est une processus similaire à l’évaluation des risques qui permet de les obtenir, à partir de la littérature publiée. Il y a soit des données écotoxicologiques de terrain, soit celles-ci issues de la modélisation, dans des mésocosmes, pour prendre un exemple. Une PNEC est équivalente à une dose sans effets nocifs observables (revoir le cours de toxicologie).

      Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 20 novembre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos