L’utilisation des téléphones mobiles et le risque d’apparition de gliome : une étude cas - témoins

OBJECTIF : Etudier le risque d’apparition de gliomes chez les adultes en fonction de l’utilisation de téléphone mobile.

DESIGN : Etude cas - témoins avec enregistrement des données personnelles sur la base d’une interview.

LIEU : Cinq régions du Royaume Uni.

PARTICIPANTS : 966 sujets agés de 18 à 69 ans chez qui il a été diagnostiqué un gliome du 1 décembre 2000 au 29 février 2004 et 1716 témoins sélectionnés au hasard à partir de données de médecins généralistes.

PRINCIPALE MESURE FOURNIE : Le “Odds ratio” du risque de gliome en relatio avec l’utilisation du téléphone mobile.

RESULTATS : Le “odds ratio” global en cas d’usage régulier de téléphone mobile était de 0,94 (IC 95% 0,78-1,13). Il n’y avait pas de relation entre le risque de développer un gliome et la durée depuis le premier usage, le nombre d’années d’utilisation et le nombre d’appels ou des heures d’utilisation cumulés. Un excès de risque significatif a été observé entre l’utilisation déclarée, hypsilatérale au gliome (du même côté de la tête) - (1,24 IC 95% 1,02-1,52), mais il y avait en parallèle réduction du risque en cas d’utilisation controlatérale (0,75 IC 95% 0,61-0,93).

CONCLUSIONS : L’utilisation du téléphone mobile n’est pas associé à une augmentation du risque de gliome, à court ou à moyen terme. Ceci est en accord avec la majorité mais pas toutes les données publiées. La complémentarité des risques positif et négatif associés à l’usage hypsi- ou controlatéral par rapport au siège de la tumeur, pourrait être due à un biais de remémoration (rappel volontaire du souvenir).

2 Messages de forum

Poser une question

P.-S.

Hepworth SJ, Schoemaker MJ, Muir KR, Swerdlow AJ, van Tongeren MJ, McKinney PA.
BMJ. 2006 Apr 15 ;332(7546):883-887.

Plan du cours

    SPIP3  Mise à jour : le 19 août 2017 | Chartes | Mentions légales | A propos