La sécurité des substances chimiques : des efforts tous azimuths

Le PISC (en anglais IPSC) est une initiative de l’IOMC (Programme interorganisations de gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques). Ce dernier été créé en 1995 pour renforcer la coopération et la coordination dans le domaines de la sécurité des substances chimiques conjointement par :
- La FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies)
- L’OIT (Organisation Internationale du Travail)
- L’OCDE (Organisation de la Coopération Economique et Développement)
- Le PNUE (Programme pour l’environnement des Nations unies)
- L’ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel)
- L’UNITAR (Institut des nations Unies pour la Formation et la Recherche)
- L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

La structure est gérée par l’OMS qui en assure aussi le secrétariat.

Les substances chimiques sont une source de préoccupation à l’échelle internationale. Au delà des initiatives européennes, nous pouvons citer la création de l’IOMC (voir ci-contre).
Le Programme international sur la sécurité des substances chimiques (PISC) est une entreprise mixte du Programme des Nations Unies pour l’environnement, de l’Organisation internationale du travail et de l’Organisation mondiale de la santé. Il a été mis en place dans le cadre du Programme interorganisations de gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques (IOMC). Le principal objectif du PISC est d’effectuer et de diffuser des évaluations des effets des substances chimiques sur la santé humaine et la qualité de l’environnement. Les activités connexes sont la mise au point de diverses méthodes épidémiologiques, expérimentales et d’évaluation des risques, des méthodes permettant d’obtenir des résultats comparables à l’échelle internationale, et le développement de ressources humaines dans le domaine de la sécurité des substances chimiques. Le PISC s’occupe également du développement de savoir-faire pour faire face aux incidents impliquant des substances chimiques, de l’amélioration des capacités de prévention, de réaction et de suivi dans ces cas, de la coordination des essais en laboratoire et des études épidémiologiques, ainsi que de la promotion de la recherche sur les mécanismes d’action biologique des substances chimiques (le cas des CICADs est présenté dans la rubrique documentation en même temps que d’autres ressources similaires).

Il nous faut également faire référence au NTP (Programme toxicologique national), institué par le NIEHS aus Etats-Unis dès 1978. Il s’agit d’un programme ambitieux dans le but est de coordonner les études toxicologiques. Le NTP comporte un volet méthodologique, mais il soutient aussi la production de nouvelles données pour contribuer aux connaissances scientifiques et leur communication à toutes les parties prenantes pour tout ce qui concerne l’exposition à des facteurs de risque physiques ou chimiques. De ce point de vue, le NTP constitue un exemple intéressant avec un potentiel de recherche et une expertise propres, à côté des agences de recherches et des autorités de régulation comme l’EPA, avec comme but commun la protection de la santé publique.

Poser une question

Voir en ligne : Visiter le site du NTP

SPIP3  Mise à jour : le 30 octobre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos