Le bruit : un déterminant complexe

Parmi les nombreux rapports en matière de lutte contre les nuisances sonores, citons * :
- Rapport relatif à la protection des riverains contre le bruit des transports terrestres, présidé par le député Bernard Serrou, 1995. Ce rapport précise les moyens qui doivent être mis en œuvre pour résorber les points noirs.
- La résorption des Points Noirs du bruit routier et ferroviaire, rapport présidé par Claude Lamure, novembre 1998. Ce rapport évaluait à 200 000 le nombre de logements concernés par de fortes nuisances sonores provoquées par les infrastructures routières et ferroviaires.
- Le bruit des deux-roues à moteur. Rapport du groupe de travail interministériel, mission bruit (MEDD), 29/06/2001
- Bruit de l’aviation légère en France. Rapport du groupe de travail, Conseil National du Bruit, rapport présidé par Claude Lamure, 2002.
- Des solutions pour vivre mieux. Rapport du groupe de travail sur les difficultés d’application de la réglementation sur les bruits de voisinage, Conseil National du Bruit, rapport dirigé par Philippe Ritter, janvier 2002.
- Les bruits de voisinage et les communes : prise en charge, difficultés et propositions d’actions, rapport présidé par le docteur Frédéric Hugel, directeur du service Hygiène et Santé de la ville de Strasbourg, mai 2000.
- Evaluation de l’exposition des Parisiens au bruit, Marie Larnaudie, septembre 2002, Service de la protection de l’air et de l’ambiance sonore de la Villes de PARIS
- Rapport d’information sur la politique aéroportuaire, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 2 juin 1999, présenté par Mr. Jean-Pierre Blazy, rapporteur

Le bruit peut être défini comme un objet, phénomène physique, le son, mesurable selon des paramètres constants, mais connoté de façon négative, selon des critères subjectifs. Chaque individu possède ainsi sa propre perception du bruit, qui dépendra elle-même de composants multiples, contextuels, personnels et culturels. La notion de nuisance sonore est elle aussi éminemment subjective, une nuisance étant définie comme ce qui nuit à la santé ou entraîne une sensation désagréable, ce qui est la cause de désagrément. La conception de la santé qui sous-tend ce rapport correspond ainsi à la définition de l’OMS, très large et en partie subjective [1].

Ce rapport s’attache à la fois aux effets subjectifs de l’exposition au bruit, pouvant entraîner une gêne, définie de façon large par l’OMS comme une sensation de désagrément, de déplaisir provoquée par un facteur de l’environnement dont l’individu ou le groupe connaît ou imagine le pouvoir d’affecter sa santé et donnant lieu à une déclaration individuelle ; et aux effets objectifs, c’est-à-dire pouvant être mesurés, évalués selon des critères applicables à tous les individus. La difficulté dans ce cas consiste à pouvoir relier de manière certaine le facteur suspecté à l’effet sanitaire observé. Car corrélation ne signifie pas causalité, de nombreux facteurs de confusion tels que les données socioéconomiques pouvant laisser croire à une relation causale.

Le risque sanitaire lié au bruit n’est le plus souvent pas considéré avec la même inquiétude que celle entourant d’autres types de nuisances environnementales comme par exemple les impacts de la pollution atmosphérique. Dans la majorité des cas, les paramètres acoustiques ne sont que depuis très récemment pris en compte dès la phase initiale d’élaboration des projets d’infrastructure, d’implantation des activités, d’aménagement de l’espace urbain, avant que les plaintes des habitants n’obligent à un questionnement.

Pourtant de nombreux rapports ont établi un état des lieux et fait des propositions, seulement partiellement pris en compte ou mis en application (voir ci-contre).

Poser une question

P.-S.

* Comme le reste de la page il s’agit d’extraits du rapport de l’AFSSET sur les impacts sanitaires du bruit. Nous aurons l’occasion de reprendre le sujet, en examinant plus attentivement le bruit, comme une expérience sociale et ses multiples conséquences, directes et indirectes sur le bien-être et la santé.

Notes

[1la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité

SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos