Comment les médicaments se retrouvent dans l’environnement ?

Les produits pharmaceutiques sont conçus pour soigner et contribuer à la santé humaine. Cependant, les ingrédients pharmaceutiques actifs (IPA), c’est à dire les molécules d’origines ou leurs métabolites, peuvent diffuser dans l’environnement, où ils se retrouvent dans des concentrations faibles mais détectables (1-5). C’est l’excrétion qui est la principale source d’emmission, puis la diffusion a lieu via les eaux usées vers des stations d’épuration (STEP) ou des fosses septiques. La contamination des sols est également envisageable en cas d’épandage de boues d’épurations (valorisation agricole), une voie qui ne sera pas traitée ici. Bien que des données globales, tenant compte de la totalité des voies, ne soient pas actuellement disponibles, il est généralement admis que l’essentiel de la quantité de substances actives qui passe dans l’environnement provient directement des patients (la partie excrétée des médicaments).

Les élevages ou les animaux domestiques et les effluents industriels peuvent aussi contribuer aux emmissions d’IPAs vers l’environnement. La prise en compte de ce type de scénarios complexes dépasse le cadre de ce cours et peut être consulté dans d’autres publications (6,7).

Des IPAs ont bien été détectés dans l’eau potable (8,9), mais selon le consensus scientifique en vigueur, les concentrations mesurées restant faibles, le risque sanitaire pour l’homme reste limité (10). D’un autre côté, les effets sur les espèces aquatiques sont mal connus. Jusqu’à présent, les tests conventionnels utilisés dans les évaluations ne portent que sur des effets aigus, mesurés donc à court terme. Des facteurs correctifs sont appliqués sur les données de toxicité aiguë pour extrapoler les impacts chroniques de certaines substances. Les données de tests menés sur le long terme semblent indiquer que cette approche (d’extrapolation) n’est pas toujours valable et que la prédiction des effets chroniques pour certains IPAs nécessite des approches plus mécanistiques, de pharmacologie comparative par exemple.

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 20 novembre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos