Quelles actions face au danger ou au risque ?

Suite aux conclusions de l’évaluation des risques, les autorités sont amenées à prendre des mesures de gestion. Celles-ci consistent à réduire le risque autant que possible, ou à le ramener à des niveaux “acceptables” [1]. Plusieurs types de mesures peuvent être proposés. Nous avons déjà aborder, dans la suite de la caractérisation d’un danger, l’utilité d’appliquer une classification et de procéder à son étiquetage. Nous somme déjà dans les mesures de gestion, mais de quoi ? Le danger ou le risque ? Le signallement du danger est implicitement considéré comme susceptible d’améliorer la sécurité de la manipulation, ou encore de diminuer le comportement à risque. Dans ce sens, il s’agit bien d’une mesure élémentaire de gestion du risque.

Dans les faits, toutes les mesures de gestion du risque consistent à limiter l’exposition en fournissant les éléments de prudence [2] élémentaire (dans le cas où l’utilisateur peut volontairement assurer sa sécurité, éventuellement après une information appropriée) ou en imposant des contraintes réglementaires (restrictions d’usage, limitation des teneurs, etc.). En clair, le risque a été évalué dans différentes circonstances [3], ce qui se traduit par une estimation de l’exposition traduite en impacts sanitaires grâce à une relation dose-effet obtenue, par exemple, expérimentalement [4]. Il ne s’agit pas ici des expositions environnementales (celles classées involontaires, discutées plus loin).

Existe-t-il des actions possibles sur les dangers ? Un danger ne peut être géré. Il peut par contre être supprimé si les conséquences sont jugées inacceptables. Dans le cas où nous avons à faire à un dommage sanitaire grave, une substance qui provoque le cancer par exemple, il peut être envisagé son interdiction pure et simple même si le risque évalué reste faible. Un exemple sera fourni autour de la notion de substitution des substances dites CMR [5], telle que définie dans le droit de travail français ou le réglement européen REACH.

2 Messages de forum

  • Bonsoir Professeur.
    Dans le dernier paragraphe, il est noté que ‘’un danger ne peut être géré’’. Par contre, sur le portfolio, il est inscrit en titre ‘’mesures de gestion du danger et du risque cancérigène’’. N’y a-t-il pas ici une contradiction dans la littérature ?

    Répondre à ce message

    • Quelles actions face au danger ou au risque ? 20 novembre 2014 16:54, par Yorghos Remvikos

      Si vous perdez du temps à rechercher des incohérences dans les cours vous n’en trouverez pas. Il faut chercher à compléter les cours avant de vous faire une idée. Ce que je veux dire par l’impossibilité de gérer un danger est du simple bon sens. Comme le danger est inhérent à une substance (elle est cancérigène ou elle ne l’est pas), la notion de gestion n’a même pas de sens. Je ne suis nullement responsable de l’inculture des ingénieurs et des normalisateurs qui produisent ce type d’étiquette et qui s’appuient sur des termes dont ils ne comprennent même pas le sens. Pour gérer une substance cancérigène, il faut réduire, voire supprimer les circonstances d’exposition. Ca s"appelle une gestion du risque, car la substance reste toujours cancérigène (le danger reste entier). Parfois, on peut abusivement, parler de gestion par les dangers, qui consiste à interdire purement et simplement la substance incriminée. C’est le cas pour certains pesticides, comme vous verrez au 3ème semestre.

      Répondre à ce message

Poser une question

Notes

[1Une notion à l’origine de vifs débats

[2Pour ne pas introduire une confusion avec le principe de précaution

[3Nous verrons que réglementairement on applique le terme de scénarios d’exposition

[4C’est l’objet même des études toxicologiques

[5Carcinogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction

info portfolio

GIF - 64.8 ko
SPIP3  Mise à jour : le 30 octobre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos