L’environnement dans le contexte de la santé

Dans un sens strictement médical, l’environnement comprend tout ce qui extérieur au corps et qui peut influencer son fonctionnement. Last a défini l’environnement pour l’International Epidemiological Association dans les termes suivants : “Tout ce qui est externe à l’hôte, peut être divisé en physique, biologique, social, culturel, etc., chacun ou le tout pouvant influencer l’état de la santé des populations...”. Cette définition reste compatible avec la notion classique que l’environnement est tout ce qui n’est pas génétique. Il nous faut cependant noter qu’aujourd’hui on admet que le fonctionnement des gènes peut être influencé par l’environnement à court ou à long terme. La frontière n’est donc pas si simple à tracer.

En santé environnementale nous avons besoin d’une définition plus opérationnelle de l’environnement, dans la mesure où les interventions dans ce cadre concernent généralement les aspects naturel et physique, éventuellement certaines pratiques favorables à la santé. Par contre, ce type d’intervention n’influence pas vraiment les aspects sociaux ou culturels d’une population qui sont, en général, leur propre logique (pressions culturelles sur le mode de vie ou chômage par exemple). La définition que nous proposons ici comme la plus appropriée est celle utilisée par l’OMS dans ses rapports sur la quantification de la part environnementale dans le poids global de la maladie. Nous y reviendrons dans la suite :

L’environnement comprend tout facteur physique, chimique ou biologique, externe à l’hôte (humain) et tous les comportements associés, à l’exclusion de tous les environnements naturels qui ne peuvent être modifiés. Tout comportement non lié à l’environnement ou en rapport avec l’environnement social et culturel, la génétique et des parties de l’environnement naturel est exclu. En clair, on ne se préoccupe que des aspects modifiables par la gestion environnementale (voir des exemples de facteurs inclus ou exclus). Ce raisonnement appliqué aux maladies infectieuses impliquerait que l’on fasse la distinction, pour ce qui concerne le vecteur, entre les modifications des réservoirs attribuables à l’homme et sa distribution naturelle.

3 Messages de forum

  • pdans les cours precedant il a été etablis que la santé reposait sur 3 piliers environnement- economie
    social - eyant un impacte sur la santé donc dans la phrase "on ne se préoccupe que des aspects modifiables par la gestion environnementale" pouriez vous m’eclaircir
    merci

    Répondre à ce message

  • i dans les cours precedant il a été etablis que les 3 piliers : environnement- economie-social avaient un impacte sur la santé humaine donc dans la phrase "on ne se préoccupe que des aspects modifiables par la gestion environnementale" pourriez vous m’eclaircir
    merci

    p

    Répondre à ce message

    • L’environnement dans le contexte de la santé 5 janvier 2011 11:21, par Yorghos Remvikos

      J’ai essayé de vous sensibiliser sur le positionnement de la santé par rapport au développement durable, d’où sa dépendance des 3 piliers. En revanche, je ne peux occulter le fait que beaucoup d’organismes et de pays (dont la France) ont une approche plus restreinte de la santé environnementale. Nous aurons l’occasion dans la suite l’occasion de revenir sur ces définitions et de voir les conséquences sur l’efficacité des stratégies de gestion plus ou moins restreintes.

      Répondre à ce message

Poser une question

info portfolio

GIF - 9.1 ko
Les différentes composantes environnementales
SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos