Le concept de « développement durable » : genèse et conséquence sur les politiques environnementales.

Sous l’égide des Nations Unies a été constituée une Commission sur l’environnement et le développement à l’origine en 1987 d’un rapport de référence, dit rapport Brundtland (1987). L’objectif affiché était celui d’un développement qui satisferait les besoins présents sans compromettre les possibilités des générations futures à satisfaire leurs propres besoins. En conséquence, il est préconisé de préserver l’équilibre général et la valeur du capital naturel, et de définir des instruments d’évaluation des politiques de façon à pouvoir déterminer les véritables coûts de la conservation et de la consommation. L’objectif de développement durable se réfère donc en premier lieu a un critère d’équité intergénérationnelle.

Par ailleurs, il insistait également sur l’importance d’une distribution plus équitable des ressources entre les régions et les pays du monde. Pour réaliser cet objectif, le rapport énumère trois conditions :

- maintenir la qualité de la vie d’une manière générale ;

- maintenir un accès permanent aux ressources naturelles ;

- éviter tous dégâts environnementaux persistants.

La notion de développement durable reste vague et peut donner lieu à différentes interprétations. Pearce , Barbier et Markandya [1] en recensent plus de vingt, plus ou moins sophistiquées, mais qui mettent toutes l’accent sur les trois points clés suivants :

- importance des interactions entre le système économique et la biosphère ;

- intégration des objectifs d’équité dans le temps et dans l’espace ;

- prise en compte des effets à long terme.

L’affirmation d’un objectif de développement durable traduit une prise de conscience des risques encourus du fait de la dégradation de l’environnement et conduit à une meilleure intégration des contraintes environnementales dans les décisions publiques et privées.

Cependant, si la route est longue pour atteindre cet objectif, elle est pavée d’embuches, comme l’a récemment prouvé l’échec des négociations internationales sur le climat qui avait lieu en décembre 2009 à Copenhague, et qui a mis en évidence l’incapacité des chefs d’état des grandes puissances (États-Unis et Chine en tête) à s’astreindre à respecter à terme des objectifs précis et contraignants de réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES) dans l’atmosphère.

Quoi qu’il en soit, désormais, avec l’instauration d’un objectif de développement durable, la politique environnementale est appelée à s’inscrire dans une approche globale de la croissance économique.

Le concept du développement durable se décline cependant en deux acceptions :

- « soutenabilité forte » et

- « soutenabilité faible ».

7 Messages de forum

Poser une question

Notes

[1Pearce D., Barbier E., Markandya A., 1990, Sustainable Development, Economics and Environment in the Third World, Aldershot, Brookfield : Edward Elgar

SPIP3  Mise à jour : le 21 octobre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos