Tests du lien entre la pollution et la croissance économique : synthèse d’études empiriques

Le tableau ci-joint résume des résultats récents de ces études empiriques et retient cinq catégories de pollution : l’air, l’eau, la ville, les déchets et des ressources naturelles [1].

tests empiriques de l’existence de courbes de Kuznets environnementales :

type de pollutionagents polluantsnombre d’observationscourbe de Kuznetsdécroissantecroissanteplate
airCO252181303
eaunitrates etc.135224
coliformes5311
métaux lourds532
qualité en villeaccès sanitaires et eau potable1111000
déchets85030
ressourcesdéforestation28150013
biodiversité54010

La relation positive la plus nette entre l’accroissement de la pollution et la croissance économique concerne l’émission de CO2 : sur 52 observations, 18 études permettent d’établir une courbe environnementale de Kuznets. Une observation permet de conclure à une diminution, et 30 études à un accroissement de la pollution. Trois observations montrent une relation stable de la pollution en fonction de la croissance économique. La courbe environnementale de Kuznets n’est donc pas vérifiée.

Par contre, la catégorie relative à la pollution urbaine, l’accès a l’eau potable et l’hygiène, montre que sur 11 observations, une courbe de Kuznets peut être construite, les 10 autres présentant une décroissance de la pollution.

Donc, dans l’ensemble, ces études ne firent qu’ajouter à la confusion. Si, pour certains polluants, un découplage de la croissance économique a pu être observé, pour d’autres, notamment pour l’énergie d’origine fossile, la relation entre l’accroissement de la pollution et la croissance économique reste positive. De plus, les études empiriques se réfèrent en général aux dommages visibles et aux nuisances identifiées. Tout cela nous montre que nous ne disposons pas d’un seul indicateur de la pollution qui puisse être représentatif et mis en relation directe avec la croissance économique. Nos connaissances des interactions entre les écosystèmes et les activités humaines sont donc trop lacunaires pour fournir une preuve scientifique du lien entre pollution et croissance. La recherche de causalité simple n’est pas adéquate pour modéliser ces interactions complexes.

Les questions suivantes restent finalement sans réponse :

- existe-t-il forcément un point culminant à la pollution ?

- si oui, quand ce point est-il atteint ?

- sinon, la pollution est-elle compatible avec la croissance à long terme ?

La courbe environnementale de Kuznets a donc davantage servi un dessin idéologique que scientifique : face à la dégradation de l’environnement, il faut poursuivre la croissance économique. La référence à cette courbe servait donc de support à une approche non interventionniste.

4 Messages de forum

Poser une question

Notes

[1Maradan, D., 2005, Prosperity and Environmental Quality, Thèse de doctorat, Genève : Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales,p.69.

SPIP3  Mise à jour : le 18 décembre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos