Les théories de la décroissance, une approche différente de la question de la pollution

L’interprétation de la courbe environnementale de Kuznets dépend donc en définitive de l’ horizon temporel qui sert de support aux décisions économiques, considération qui est sans doute également présente dans le débat sur la décroissance.

La décroissance traduit en fait une idée forte sur la valeur. Au lieu d’exprimer les valeurs économiques en termes monétaires, par la croissance économique et l’évolution de la valeur ajoutée, les tenants de la décroissance expriment les activités économiques en termes physiques et réfléchissent sur le lien entre la production de biens et services et la consommation d’énergie [1]. Or, l’énergie se traduit également en travail qui, à son tour, est également un facteur de production. En exprimant toute activité humaine en termes énergétiques, le fonctionnement de l’économie peut donc être approché par des lois thermodynamiques.

Les représentants de la décroissance prônent un monde fini, les représentants de la croissance un monde infini. Les uns font valoir l’épuisement des ressources naturelles, notamment de l’énergie. Les autres misent sur le génie humain capable d’innover, même si notre savoir actuel ne nous fournit aucune solution pour le moment.

Les deux approches ne raisonnent pas dans la même dimension temporelle. D’un côté, l’horizon temporel se définit en centaines d’années, de l’autre, en milliers. Ce saut dans l’échelle du temps contribue à expliquer le dialogue de sourds entre les économistes vénérant la croissance et ceux qui réclament un mouvement vers la décroissance [2].

Les tenants du concept de la décroissance insistent certes sur le contenu du produit intérieur brut, mais négligent le fait que la croissance économique s’exprime également en termes de valeur ajoutée. Cette négligence s’explique par une approche en termes réels qui s’intéresse d’avantage à une expression physique de l’activité économique, et moins en termes monétaires. Les évaluations monétaires et non monétaires se trouvent donc forcement à l’origine de la dispute.

4 Messages de forum

  • Bonjour Professeur,

    J’ai des difficultés à comprendre la phrase "D’un côté, l’horizon temporel se définit en milliers d’années, de l’autre, en centaines". La décroissance se réfère-t-elle au passé et la croissance au futur ? Si possible éclaircisez moi.
    Merci.

    Répondre à ce message

    • Non : les tenants de la théorie de la croissance ne pensent pas que l’épuisement des ressources soit un problème, car, grâce à la capacité d’invention de l’homme, les ressources s’épuisant seront remplacées par d’autres en quantité suffisante, et ainsi de suite, jusqu’au moment où on reviendra au premières ressources qui auront eu le temps de se régénérer. Le millier d’années permet donc de considérer ce cycle comme pertinent.

      Les tenants de la décroissance estiment par contre que toutes les ressources s’épuisent plus vite, en général, et que quelle que soit la capacité d’innovation des hommes, elles seront bientôt toutes épuisées !
      Pour eux, la vision de la théorie de la croissance est une vision quand même très optimiste, quand on voit à quelle vitesse on épuise les énergies fossiles - pétrole et gaz - et combien de millions d’années il faudrait pour que de nouvelles se reforment, et dans des quantités suffisantes !Ils pensent donc que seules les centaines d’années constituent une échelle suffisante, c’est-à-dire celles qui vont suivre immédiatement la révolution industrielle et qu’il faudra absolument y passer par la décroissance dès que possible (dès maintenant, en fait).

      Répondre à ce message

  • Bonjour Professeur
    Pour ce qui concerne les TD où peut-on trouver les questions ?
    Pour le programmedu second semestre, où également les trouver ?

    Amidou TRAORE
    Mali

    Répondre à ce message

Poser une question

Notes

[1Georgescu-Roegen, N., 2004, La décroissance, entropie-écologie-économie, Paris : Sang de la terre, présentation et traduction de Jacques Grinevald et Ivo Rens, 3e édition

[2Odum H.T., 1983, Systems Ecology - An Introduction, New York : Wiley-Interscience

SPIP3  Mise à jour : le 23 avril 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos