Stratégies de développement issues de l’application du concept de croissance

Les problèmes de développement ont fait l’objet de plusieurs stratégies qui découlaient du concept de croissance et de ses effets a priori bénéfiques sur la société via sa diffusion par l’économie des pays. Schématiquement, trois stratégies ont été explorées et restent encore aujourd’hui appliquées dans des combinaisons variables selon les différents pays du tiers-monde :

- la théorie dite des besoins de base invitait à imiter les étapes de la croissance des pays développés en les appliquant au tiers-monde par un investissement massif dans l’agriculture. Cette stratégie visait à augmenter le taux d’épargne dans les pays en voie de développement par un rapide accroissement de la productivité de leur secteur largement dominant. Les résultats étaient encourageants dans bien des cas, mais la croissance démographique limitait considérablement leur impact sur l’épargne. Dans certains pays, la productivité agricole par tête diminuait même !

- une deuxième stratégie de développement se dégageait ensuite. S’il s’avérait si difficile de générer le développement selon les étapes de croissance de l’Occident, il fallait accélérer le processus par un autre moyen. II s’agissait de favoriser le transfert technologique en contrepartie des matières premières que les pays en voie de développement fournissent pour alimenter le style de vie occidental. Dans cette réorientation stratégique, la théorie économique des besoins de base cédait sa place à la théorie sociologique de la dépendance , qui débouchait sur une recommandation lourde de conséquence, celle de la substitution des importations par la production nationale. En effet, avec le transfert technologique, les pays en voie de développement étaient censés devenir des producteurs de produits industriels qu’ils importaient auparavant. Or, cette utilisation des connaissances technologiques se trouvait très vite limitée par le manque de qualifications de la main-d’œuvre indigène et la politique de substitution des importations était de plus en plus poursuivie par une politique protectionniste censée éviter la dépendance économique du tiers-monde des pays développés. Notons que cette discussion sur la stratégie la plus appropriée du développement s’est placée dans un contexte de décolonisation parfois très douloureuse où les arguments politiques l’emportaient sur la logique économique hostile au protectionnisme ;

- la troisième stratégie misait donc sur le développement par l’éducation . Des campagnes d’alphabétisation, d’hygiène et de sante furent lancées. En termes économiques, cette stratégie se concentrait sur l’investissement dans le capital humain dont le rôle faisait que croître. Compris comme une condition indispensable pour assurer le succès du transfert technologique, le capital humain était censé orienter l’économie des pays du tiers-monde, basée sur les matières premières vers des produits manufacturiers. S’il n’est ici plus question de nier les problèmes culturels et sociaux du développement, l’on compte désormais toujours sur la croissance économique pour les résoudre. En stimulant la croissance globale, la dynamique ainsi créée finirait bien encore une fois par « ruisseler » vers le bas de l’échelle sociale et profiter également aux pauvres. cependant, ce raisonnement fait donc abstraction des obstacles à cette supposée verticalité sociale et donc des inégalités sociales dont les expressions les plus tangibles ne concernent pas seulement les conditions inégales d’accès à l’éducation, à la santé et aux besoins les plus élémentaires de nourriture, mais également de distribution de revenus et de fortunes aux niveaux national et international. Or, ces aspects se sont imposés dans les négociations internationales comme étant incontournables dans toute stratégie de développement.

Mais force est de constater qu’aucune d’entre elles n’est vraiment venue à bout des problèmes de développement, et ce avant même que la dimension environnementale ne s’y ajoute !

4 Messages de forum

  • Bonsoir,
    les 3 theories s’enchainent dans un ordre qui me parait bien hierarchisé pour bouster l’economie des pays en voie de developpement(PVD). Je ne doute aucunement de la responsabilité des Etats(PVD) quand au niveau actuel de l’economie de ses Etats mais force est de reconnaitre que la plupart de ces Etats ont ete sous pression depuis leur suposée independance.Entrainés dans une evolution mondiale à la vitesse grand V, les PVD manquaient de tout pour suivre le rythme, le poids des institutions financières y est pour une part importante.Sinon ces differentes theories marcheraient un temps soit peu.
    Actuellement nous sommes confrontés à des crises universitaires presque chaque année avec leurs consequences alors que l’enseignement de base(le primaire) reçoit le plus de financement de la part des bailleurs de fond.Que faire avec ses personnes à moitié formé ? de L’inadequation de nos programmes avec l’evolution du monde ? des varietes cultivées pour exportation tandis que le pauvre paysan affamé ne peut aucunement discuter de son prix de vente(ex : coton) ?

    Répondre à ce message

    • Vous n’avez pas compris le sens ici : la hiérarchie correspond à un enchaînement purement historique dans les politiques d’aides au développement. Le premier type de politique a été plus ou moins abandonné, la deuxième est en perte de vitesse, et les programmes se concentrent désormais le plus souvent sur la troisième. Certains pays ont connu l’enchaînement historique des trois, d’autres des deux dernières, certains encore n’ont vu que la troisième à l’œuvre.

      Répondre à ce message

  • Dans la trosième stratégie fondée sur l’éducation il est fait mention de la non prise en compte de cette supposer verticalité aboutissant entre autre à des inégalités dans la distribution de revenus et de fortunes aux niveaux national et international. . Ne posez-vous pas entre autres le problème de la gouvernance dans les pays en développement, à savoir l’insuffisance voire l’absence de transparence dans la gestion des bien destinés aux communautés ?
    Merci

    Répondre à ce message

  • La racine du problème de développement des pays en développement se situe principalement au niveau de l’orientation de la politique de developpement mais aussi le principe de substitution des importatins par les productions nationales. Cela s’explique dans la plupart de cas de concurrence qualité/Prix des productions nationaux y égard des importations issue des pays développés, ce qui du coût rend fragile la durabilité de ce transfert économique. Outre cela, l’investissement dans le capital humain demeure jusque la un corollaire dans certain pays

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos