Question sur : Toxicité chronique exprimée par un REL (ou ERU) plutôt qu’un MRL En réponse à :

Sujet : Toxicité chronique exprimée par un REL (ou ERU) plutôt qu’un MRL

R�pondu le vendredi 18 juin 2010 par Valbrun Jean

Compte tenu des propriétés physico-chimiques de la 2,3,7,8-TCDD, en particulier sa lipophilie, elle peut être absorbée par plusieurs voies (cutanée, respiratoire et digestive). Du fait de cette même lipophilie, elle est capable de s’accumuler dans la chaîne alimentaire et on estime que l’exposition humaine provient pour 90 à 95% des cas de l’alimentation. Ceci explique la raison pour laquelle les normes d’exposition fixées par l’OEHHA sont plus faibles que celles pour la voie digestive que la voie respiratoire.

L’ERU correspond à la probabilité supplémentaire, par rapport à un sujet non
exposé, qu’un individu contracte un cancer s’il est exposé pendant sa vie entière à une unité de
dose de la substance cancérogène. Il s’agit généralement de la limite supérieure de l’intervalle
de confiance à 95 % de la pente de la droite (« slope factor ») qui relie la probabilité de réponse
à la dose toxique et dont la plage de validité correspond généralement à un risque compris entre
0 et 1 % [67].
Cet indice est l’inverse d’une dose et s’exprime en (mg/kg/j)-1 ou (g/kg/j)-1

.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 1er décembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos