Question sur : Fenêtre de sensibilité En réponse à :

Sujet : Fenêtre de sensibilité

R�pondu le dimanche 13 décembre 2020 par Ould Ahmed Ouamer

Après avoir lu la brève « perfluoroalkylés et le développement pubertaire des garçons et des filles : analyse des données de la cohorte de naissance danoise » ; cette brève, à mon sens, met en exergue la toxicité non monotone. Je m’explique ! Les perturbateurs endocriniens ne sont absolument pas en parfaite linéarité et proportionnalité à la dose. Le paradigme de Paracelse, « c’est la dose qui fait le poison » ne s’applique pas. C’est la durée et la période d’exposition qui fait le poison, en fonction de l’âge. J’ai remarqué que, l’effet sur l’âge de déclenchement de la puberté, à faible dose est remarquable, alors qu’à forte dose ne représente pas de particularités. Cela redimensionne certains procédés, et les plus importants à maintenir ; qui n’est sans doute pas la dose, mais c’est la fenêtre de sensibilité ; cette étude en est la preuve factuelle. Ensuite, la fenêtre de sensibilité nous dit, que le processus d’évolution dans la vie comporte plusieurs périodes ; chaque période possède des caractéristiques de sensibilités particulières. Il en ne faut pas se limiter à la phase périnatale ou in-utero, mais la puberté en est aussi partie intégrante dans le processus d’évolution.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 28 janvier 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos