Question sur : Les particularités du marché de l’amiante sont de toute façon peu compatibles avec la gestion paritaire En réponse à :

Sujet : Les particularités du marché de l’amiante sont de toute façon peu compatibles avec la gestion paritaire

R�pondu le dimanche 15 juillet 2012 par Gasteuil Muriel

Nous l’avons vu précédemment, la problématique de l’amiante ne se prête pas à une gestion par un organisme paritaire. En effet, il n’est pas possible « d’être juge et partie ». D’un coté, les industriels prônaient l’idée qu’il était possible de faire un bon usage contrôlé de l’amiante (ceci malgré sa dangerosité avérée), d’un autre côté, les organisations syndicales qui se pliaient à ce type de compromis dans un souci de défendre l’emploi.
D’autre part, les qualités de l’amiante ont engendré à l’époque une utilisation massive dans une multitude de domaines.
Plus de 3000 produits à utilisation industrielle ou domestique ont été ainsi fabriqués à base d’amiante :
-  l’amiante brut utilisé pour l’isolation thermique en bourrage ou en flocage,
-  l’amiante tissé utilisé également pour l’isolation thermique des canalisations, des câbles électriques…,
-  l’amiante sous forme de plaques de papier ou carton, utilisé pour l’isolation thermique d’équipements chauffants, de faux-plafonds, de joints…
-  l’amiante sous forme de feutre servait surtout à la filtration,
-  l’amiante incorporé sous forme de poudre présent dans les colles, les enduits…
-  l’amiante mélangé à du ciment utilisé pour fabriquer de multiples composés pour la construction : plaques ondulées, éléments de façade, gaines de ventilation, canalisations,
-  l’amiante comme charge minérale incorporé à des peintures, des vernis, des mastics, des mousses d’isolations,
-  l’amiante mélangé à des matières plastiques permettait de fabriquer des joints, des revêtements, des ustensiles ménagers, des garnitures de freins…,
De très nombreuses industries ont donc massivement utilisé l’amiante, dans des domaines extrêmement variés comme le bâtiment, la construction navale, le textile, l’automobile, les matières plastiques, l’industrie alimentaire et pharmaceutique (produits de filtration des liquides)…
Donc autant de domaines qui ne sont pas en faveur d’une gestion paritaire, puisque l’amiante intéresse à la fois ceux qui la produisaient (extraction ou transformation), ceux qui utilisaient ce matériau directement ou encore ceux qui intervenaient sur des matériaux contenant de l’amiante (soit une exposition para-professionnelle) ainsi qu’une exposition domestique. Toutes ces personnes ne sont pas exposées de la même façon et les risques ne sont donc pas les mêmes.
Citons ici l’exemple en Nouvelle-Calédonie d’une exposition environnementale à des fibres minérales qui a provoqué un très grand nombre de mésothéliomes de la plèvre dans la population locale. Cette exposition aux fibres d’amiante s’effectuait à travers la pratique du badigeonnage des habitations par une substance blanche, appelée Pö (fabriquée à partir d’une roche trémolite, ou roche de type amiante). Il a été démontré que l’utilisation de cette substance augmentait fortement le risque de mésothéliome pleural (les niveaux d’exposition pouvaient dépasser de 800 à 7800 fois le seuil d’action proposé par le Comité Permanent Amiante).


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 15 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos