Retour aux questions Question sur : La diffusion des médicaments dans l’environnement pose des problèmes considérables ! En réponse à :

Sujet : La diffusion des médicaments dans l’environnement pose des problèmes considérables !

R�pondu le dimanche 18 décembre 2016 par Guymard Yoann

Le sujet est considéré comme très préoccupant car les effets sont encore peu connus mais quelques données permettent de constater des modifications sur notre écosystème. Ceci s’explique du fait que les médicaments sont des substances actives et qui sont conçues pour se fixer sur des récepteurs inhibés, stimulés. Elles doivent probablement agir dans la nature en fonction de leur propre rôle.
Nous pouvons prendre comme exemple une étude (Oaks, 2004) Oaks, JL, Gilbert, M., Virani, MZ, Watson, RT, METEYER, CU , Rideout, BA, Shivaprasad, HL, Ahmed, S, Chaudhry, MJI, Arshad, M. et autres. 2004. résidus Diclofenac comme la cause du déclin de la population de vautours au Pakistan. La nature. Volume 427, Issue 6975, 630-633 ) qui a établi un constat alarmant du déclin de la population des vautours au ¨Pakistan lié à des résidus de Diclofenac. Les produits pharmaceutiques qui sont consommés pour la santé humaine se retrouvent dans les excréments des individus, ce qui est l’une des sources principales qui partent dans STEP ou fosses septiques. Lors du traitement des eaux usées, une boue d’épuration se produira qui pourra être utilisée dans un cas d’épandage, ce qui contaminera le sol et les aliments qui seront ingérées ensuite par le consommateur. L’élevage et les animaux domestiques sont aussi une source de contamination lorsqu’ ils vont faire leurs besoins. Les études sont basées sur les effets aigus à l’encontre des espèces aquatiques. Le mode de calcul pour estimer les concentrations environnementales sont encore en débat. Actuellement, certains traitements sont connus pour avoir des données d’écotoxicité aquatique aiguë et chronique dans la littérature scientifique. Les études sont effectuées pour évaluer les risques environnementaux. Il est souligné que les effets chroniques devraient être mieux étudiés puisqu’il est constaté que des expositions entre 48h-96h lors de tests sur des algues sont plus sensibles ; des tests sur des durées plus longues sur le développement et la reproduction des poissons montrent une sensibilité accrue à certains IPAS. La présence de traces de substances médicamenteuses a été établie à l’échelle mondiale. Notre mode de consommation et de production alimentaire (émissions diffuses et ponctuelles) entre en jeu dans la contamination de l’environnement. Les difficultés de l’évaluation des risques tant sur l’humain que sur l’écosystème est à ce jour encore peu documenté . Il apparaît toutefois que certains médicaments comme les parasiticides, les antimycotiques, les antibiotiques et les (xéno)oestrogènes, peuvent tous avoir des effets écotoxicologiques. La diversité des principes actifs nous amène à évaluer difficilement les effets dans l’environnement.
De plus, les usines de fabrication qui sont autorisées à fabriquer les médicaments ont-elles un contrôle sur d’éventuels rejets médicamenteux malgré leur certification par des normes ISO ? Le fait de ne pas maîtriser le système de recyclage des médicaments devrait interpeller nos gouvernements face à une méconnaissance sur les effets des médicaments dans l’environnement tant pour la flore et la faune que pour les humains. A ce jour, l’impact écologique sanitaire reste peu évalué mais devrait quand même permettre à nos autorités de prendre des mesures de prévention. On peut ainsi penser à l’antibiorésistance ou la modulation endocrinienne. Notre mode de consommation médicamenteuse, de prescription médicale ne serait-il pas une première mesure de prévention face à un d’éventuel problème écologique et sanitaire ?


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 9 août 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos