Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le mercredi 29 janvier 2014 par Roche Benedicte

Présentation des dioxines :
Les dioxines font partie des hydrocarbures aromatiques polycliques chlorés :
- PCDD (polychlorodibenzo-p-dioxines)
- PCDF (polychlorodibenzofuranes)
- BCP-DL (nouvelles molécules polychlorobiphenyles) : dioxin-like
Le congénère le plus toxique est la dioxine SEVESO, soit le 2,3,7,8 TCDD. Il est reconnu cancérigène par l’OMS depuis 1997.
Les dioxines ont une faible biodégradabilité et une forte attraction pour les graisses, c’est pourquoi il s’accumule dans la chaîne alimentaire (surtout les viandes).
Les voies de contamination peuvent être directes (inhalation ou contact cutané) ou indirecte, par voie alimentaire.
Elles contaminent l’eau (par érosion et air), l’atmosphère et le sol (10 cm en surface), sous forme de particules. Elles se détruisent à très haute température : ainsi, les incinérateurs (ordures ménagères) et la métallurgie produisent 50% des émissions.

Impact sanitaire :
Certaines études tendent à prouver une relation entre les dioxines et l’apparition de cancer. Cependant, les quantités de contamination sont faibles et tendent à diminuer (émission divisée par 4 depuis 10 ans). Toutefois, le niveau moyen d’exposition est de 1 à 3 pg TEQ/kg/j. Les dioxines sont cependant à l’origine d’une accumulation dans l’écosystème.

Réglementation :
Bien que des normes ont été mises en place pour les nouveaux incinérateurs, la question des sites pollués par les anciens n’est toujours pas réglée.
Par précaution, des valeurs réglementaires concernant les viandes établissent des valeurs seuils de contamination par espèces.

Perception sociale :
D’après l’étude D4E, les incinérateurs sont une image négative. Moins les gens le connaissent, plus l’imaginaire prend le pas en surestimant l’importance des nuisances. Ce qui nous amène au syndrome de Nimby : les gens n’en veulent pas à côté de chez eux. Nous pouvons dresser ce constat en ce qui concerne l’implantation de l’incinérateur de Fos sur Mer : une véritable guerre juridique entre la population et l’état est en cours. Cependant, avec certainement plus de concertation avec le public, l’implantation de cet incinérateur aurait pu mieux se passer.
En effet, l’étude D4E peut surprendre en révélant que les nuisances liées à l’implantation d’un nouvel incinérateur aux normes peuvent se monnayer auprès de 65% des riverains. Une explication de son fonctionnement auprès des femmes et des personnes âgées permettrait de rassurer ces tranches de la population et éviterait que l’imaginaire prenne le pas en surestimant l’importance des nuisances.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos