Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le dimanche 18 décembre 2016 par Guymard Yoann

Ce TD nous propose un travail de réflexion afin d’établir des corrélations de dose–effets, mais aussi de comprendre l’effet social. Il met aussi en avant l’impact qu’ont certaines infrastructures sur l’environnement et les conséquences susceptibles sur la santé humaine.
Tout d’abord Besançon présente un incinérateur qui est ancien, ce qui peut engendrer des nuisances en matière de pollution et donc d’émission de particules polluantes entraînant ainsi des impacts sanitaires dans les lieux étudiés. Le projet UIOM sera établi dans une zone où sont présentes déjà de fortes concentrations de pollution. Ce projet a une similitude avec celle de Champlan d’un point de vue sociologique puisque la population est tout particulièrement sensible et se mobilise pour contrer le projet, tout en ayant le soutien des autorités locales.
Lors de l’implantion d’un éventuel projet comme celui de l’UIOM, on parlera de syndrome NIMBY (not in my back yard) qui s’exprimera par ce type de symptôme. En effet, on s’accorde que plus personne ne souhaite voir des déchets perpétuels près de chez soi, des nuisances liées à ce type de projet avec toutes les contraintes existantes ainsi que les odeurs éventuelles et les possibles risques sanitaires. Malencontreusement, les intérêts politiques et économiques sont prépondérants dans le choix de ce type de projet au lieu des intérêts sanitaires.
La gestion des déchets est un problème de société face à une société de consommation. Lors de l’installation il faut tenir compte des aspects sociologiques, environnementaux, économiques, sanitaires sachant que nos sociétés sont sensibles aux questions environnementales et sanitaires. Le mode de communication est important lors de la prise de décision pour un projet type UIOM puisque les incinérateurs étant aux normes peuvent présenter peu de nuisances (cf étude économique de la D4E). Il peut ainsi participer au chauffage urbain par exemple. On peut comprendre la réticence de certaines populations à ce type de projet en particulier lorsqu’elles sont déjà industrialisées, des infrastructures créant des nuisances environnementales (odeur, pollution atmosphérique …). Prenons le cas d’Entressen qui a une décharge à ciel ouvert, ce qui représente une « honte » environnementale, et qui pourrait ainsi bénéficier d’un incinérateur.
L’enquête D4E devrait ainsi prendre en compte l’avis des résidents pour l’incinérateur, des aspects économiques en matière immobilière dans le cas du projet UIMO. En autre terme, ce type d’enquête doit prendre en compte les aspects sociologiques. La nécessité de communiquer sur les impacts sanitaires d’un incinérateur aurait dû être prise en compte dans l’enquête D4E, ce qui aurait peut-être biaisé l’avis de la population qui y est favorable comme la population de Besançon. Au vue du rapport sanitaire des experts (voir le document questions /réponses de l’InVS et de l’AFSSA), on est en droit de se demander de quelles informations disposent les locaux sur les risques éventuels sur leur santé, la communication est-t’elle faite ou pour obtenir cette information doivent-ils se réunir en association de riverain ?
Nous savons que les « doxines » désignent les PCDD,PCDF qui sont de la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques chlorés, les TCDD qui sont classés comme cancérigènes par l’OMS depuis 1997 et qui émanent des activités industrielles. Il y a des hypothèses où, comme les 2,3,7,8-TCDD, elles ont été considérées comme cancérigènes.
En résumé, malgré la modernisation d’incinérateur il est difficile de prendre des décisions puisqu’il y a des décisions politiques, économiques. Le fait de peu communiquer sur les résultats avec la population peut être un frein à l’émergence d’incinérateur mais peut aussi porter préjudice aux autorités, tout particulièrement si on ne prend pas en compte les risques sanitaires. On constate qu’une collaboration entre les riverains, les autorités, les études épidémiologiques, est importante pour éviter de porter préjudice à la santé et à l’environnement.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos