Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le dimanche 20 juin 2010 par Cleto Solange

Les documents présentés dans ce TD (mais également à travers ceux des cours et autres TDs), montrent bien la complexité de la représentation sociale du risque et des intérêts contradictoires des parties prenantes, en particulier les populations exposées.
Cela pose les particularités de la problématique complexe de l’exposition des populations nécessitant une évaluation intégrée pour déterminer :
-  Les impacts et relations disposant de preuves, en particulier scientifiques, tangibles,
-  Des relations plus complexes et incertaines nécessitant jugements d’experts,
-  Les domaines où le manque de connaissances est clairement identifié et dont il faudrait tenir compte dès le départ.

L’évaluation des risques ne dépend en effet pas uniquement de la demande politique, mais également d’une certaine demande sociale qu’il ne faut pas négliger dans l’évaluation des risques sanitaires. Cela se traduit par une implication de plus en plus présente des parties prenantes dans les processus décisionnels de mise en œuvre d’équipements lourds, potentiellement polluants.
D’où l’émergence d’études sociologiques décortiquant les ressorts de la représentation du risque et étudiant les caractéristiques des populations concernées (âge, sexe, catégories socioprofessionnelles, proximité des éventuelles sources de pollution).
Ces études se révèlent utiles pour d’une part évaluer les nuisances perçues, mais également pour des évaluations économiques avec l’estimation du consentement à payer des populations vivant à proximité des équipements (UIOM, par exemple).

Les UIOM et les ICPE posent des questions multiples et parfois contradictoires de la part des parties prenantes : des inquiétudes pour la santé bien légitimes, et dans le même temps des craintes d’ordre économique, telles que la perte d’emploi (si l’équipement est déplacé plus loin) ou la dépréciation immobilière.
Au vu de ces éléments, la formulation de la problématique de santé publique devrait être une étape préalable à toute installation d’un équipement potentiellement polluant, et devrait reposer sur l’analyse du contexte social, des attentes (sanitaires ou non) des parties prenantes et de leur perception du risque au même titre que l’analyse des données toxicologiques ou environnementales.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos