Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le mardi 25 janvier 2011 par Loko Yeyinou Laura

L’incinération est aujourd’hui un mode de traitement fortement contesté. Tout projet d’implantation d’usine d’incinération d’ordures ménagères (UIOM) se heurte à de fortes résistances locales qualifié de syndrome NIMBY. Cet acronyme est censé traduire l’attitude d’opposition d’une population locale vis-à-vis d’un projet lorsque celui-ci est susceptible d’entrainer certaines nuisances ou modifications, réelles ou supposées du cadre de vie. Cependant, l’enquête de la D4E révèle que les ménages sont prêtes à accepter le risque s’ils sont dédommagés (dédommagement moyen compris entre 68 et 85 €/ménage/an) et inversement, les ménages sont en moyenne prêts à contribuer entre 40 et 54 €/an, s’ils ont en échange l’assurance de la disparition des nuisances par fermeture de l’incinérateur. Cette contribution monte à 135 – 175 € s’il s’agit de déplacer un projet d’implantation initialement prévu à proximité. L’écart très significatif entre ces deux capacités à payer montre l’importance, du point de vue économique, du syndrome NIMBY : on est prêt à payer bien davantage pour éviter de subir des nuisances, que pour supprimer des nuisances déjà subies.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos