Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le jeudi 16 février 2012 par Kerboua Faycal

L’enquête de la D4E menée par le Ministère de l’écologie et du développement durable, dans une zone décrite comme "péri-urbaine et peu conflictuelle", révèle que la présence d’un incinérateur, performant en terme de maîtrise des rejets polluants, est plutôt bien accepté par les riverains.
L’étude économique révèle un écart très significatif entre le CAP moyen pour fermer l’incinérateur et le CAP moyen pour déplacer un projet d’implantation initialement prévu. Ceci montre d’un point de vue économique, du syndrome NIMBY : on est prêt à payer bien davantage (plus de trois fois plus) pour éviter de subir des nuisances, que pour supprimer des nuisances que l’on subit déjà. les habitants les plus éloignés pensent que l’UIOM génère plus de naissances que les personnes plus proches. De même ceux qui sont à proximité et qui connaissent bien l’incinérateur pensent qu’il est moins nocif pour la santé que les personnes éloignée qui le connaissent mal
à Fos-sur-Mer, un projet d’UIOM, dans une zone déja soumise à des niveaux de pollution élevés, où une forte mobilisation des riverains contre le projet, soutenue par les élus locaux, a pris une dimension politico-judiciaire, il aurait été intéressant de mener le même genre d’enquête (type D4E) à Fos-sur-Mer, pour préciser le degré de connaissances des nuisances potentielles par les opposants, car l’observation des conflits montre que la logique du débat public peut prendre beaucoup de temps – elle doit donc être anticipée. D’où l’importance capitale de la communication fiable et transparente sur les nuisances générées par ces structures et leurs potentiels effets sur la santé pour gagner la confiance de futurs riverains (entendre et répondre aux inquiétudes légitimes d’une population face à l’implantation d’une structure industrielle lourde et productrice d’un certains nombre de nuisances)..
La perception plutôt favorable telle qu’elle est décrite dans l’enquête de la D4E serait probablement altérée si les impacts sanitaires mis en évidence par les scientifiques à Besançon étaient confirmés et portés à la connaissance du grand public.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos