Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le lundi 28 janvier 2013 par Agbossouto Marcel

Les résultats obtenus par les scientifiques de l’équipe de Besançon prouvent que la survenue de lymphome mali non hodgkinien est probablement imputable aux dioxines. Cette incertitude est liée aux difficultés qu’ont rencontrées les scientifiques de l’équipe de Besançon dans les méthodes de modélisation pour établir de manière plus plausible la relation entre exposition aux dioxines et la survenue du cancer malin non hodgkinien.

Cette étude des scientifiques de l’équipe de Besançon marque le début du syndrome de NIMBY, où personne ne veut que les incinérateurs soient proches d’elle. C’est le cas par exemple des habitants de Fos-sur-Mer, les anti incinérateurs qui pensent que leur ville est suffisamment trop exposée aux multiples pollutions ( la pollution atmosphérique du fait de la présence du port) pour encore abriter l’usine d’incinération du département. Ils réclament la démocratie participative du fait n’avoir pas été écoutés dans la conception du projet et rejettent les résultats des enquêtes menées par la préfecture avant l’installation de l’usine.

Par ailleurs, les études menées par la D4E montrent une situation ambigüe. En effet, si l’on se base sur les résultats obtenus par les scientifiques de l’équipe de Besançon, les personnes qui sont proches des usines d’incinération devraient être les plus exposées et donc ceux qui doivent plus se plaindre de l’installation des UIOM, opter pour leur déplacement et exiger des dédommagements de la part des autorités centrales. Paradoxalement, les résultats des études de la D4E nous amènent à une situation préoccupante où les habitants les plus proches des UIOM sont les moins plaignants en termes de nuisances et de dédommagement (à part quelque personnes de la basse classe) et reconnaissent les avantages des UIOM pour l’aménagement ou la salubrité de leur environnement immédiat. Mais contrairement à ceux-ci, les populations qui sont un peu plus loin des UIOM imaginent le pire et pensent être exposées à un grand risque malgré qu’ils n’enregistrent aucune nuisance de la part des UIOM.

De ces différentes études, il ressort que la perception des risques sanitaires liés aux usines d’incinérateur des ordures ménagères est relative et reste jusque là un peu imaginaire. Cette situation est la cause de l’incertitude des différentes études menées pour lier la survenue du cancer et l’exposition aux dioxines générées par les UIOM. Des études supplémentaires méritent d’être poursuivies pour déterminer avec beaucoup de certitude la relation entre la survenue du cancer et l’exposition aux dioxines, afin que les populations soient suffisamment éclairées et sensibilisées sur les atouts des UIOM


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos