Question sur : Justifications de l’évolution des normes En réponse à :

Sujet : Justifications de l’évolution des normes

R�pondu le samedi 3 mars 2018 par Ichar Mohamed Karim

En privé, les industriels reconnaissaient que l’ancien seuil de 500 ppm était considéré comme excessif depuis longtemps, bien avant que l’OSHA publie la nouvelle norme.

Dès 1959, des expériences menées par l’industrie, notamment celle de Markowitz et Rosner (2002), avaient en effet révélé des micro-lésions hépatiques chez le lapin exposé de façon répétée à des doses de 200 ppm de CV.

En 1959, un toxicologue de la firme Dow Chemical, V.K. Rowe, confiait en privé à son homologue de la société B.F. Goodrich que 500 ppm, respiré 7 heures par jour, 5 jours par semaine, sur une longue période, provoqueront des lésions tout à fait mesurables. Cependant, cette opinion n’était pas encore mûre (absence d’étude épidémiologique) pour être diffusée.

Les fabricants de CV et de PVC ont également retardé la publication des observations d’angiosarcomes hépatiques réalisées à leur demande par l’Italien Cesare Maltoni sur des rongeurs exposés au CV.

Vers la fin de 1972, l’industrie prit connaissance du rapport de Maltoni montrant que des cancers primitifs du foie et des reins étaient provoqués par des expositions de 250 ppm, deux fois plus faibles que la limite autorisée pour les ouvriers.

En 1979, une synthèse scientifique du Centre international de recherche sur la cancer affirme (CIRC, 1979) que le CV est un cancérogène humain. Ses organes cibles sont le foie, le cerveau , le poumon, et le système hémo-lymphatique. Or, Il n’y a pas de preuve de l’existence d’un seuil au-dessous duquel il n’y aurait pas d’augmentation du risque de cancer chez l’homme.

Un deuxième rapport de l’IARC en 1987 confirme la première évaluation, citant des résultats plus récents selon lesquels le CV, en plus de son rôle dans les angiosarcomes du foie, cause des carcinomes hépatocellulaires, des tumeurs du cerveau, du poumon et des lymphomes et autres hémopathies (IARC 1987).

En général, nous pouvons dire que les anciennes normes étaient formulées sans connaissance des effets et des pathologies aiguës qui peuvent être formées suite à une longue exposition massive au CV. 1975, c’est une année clé qui illustre la reconnaissance de ces effets par les pouvoirs publiques (après une série d’études citées ci-dessus), mais s’avère plus ou moins tardive.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 19 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos