Initiation à quelques aspects des neurosciences

Il peut apparaître déplacé de proposer des lectures en neurosciences dans un Master consacré aux influences sur le bien-être ou la santé des environnements de vie. J’argumenterais que, nos interventions en promotion de la santé auprès des communautés, doivent être abordés comme des apprentissages, touchant donc des processus cognitifs. Ces actions doivent généralement provoquer le réarrangement des schémas cognitifs, dans le sens de l’acquisition de nouvelles compétences ou capabilités, comme le propose Amartya Sen.
Je citerais aussi volontiers, Stanislas Dehaene, professeur en psychologie cognitive au Collège de France qui, un jour s’adressant à un public d’enseignants, leur faisait remarquer, qu’ils connaissaient en général mieux le fonctionnement du moteur de leur voiture que celui du cerveau de leurs élèves.

Ces quelques pages, s’inspirent librement de l’ouvrage du neurologue américain, Antonio Damasio, L’erreur de Descartes. Elles sont une incitation à revisiter des notions que nous croyons connaître, mais sur la base de lieux communs et d’idées reçues. Elles permettront, je l’espère, de réfléchir à nos manières de conduire certaines actions sur le terrain, de repenser nos interactions avec les communautés et, parfois, décoder mieux leurs réactions, pour tenter de comprendre les difficultés d’appropriation du discours "expert", un constat récurrent. Aussi, elles pourraient justifier certains aspects, comme la nécessité de passer par la gestion des émotions, que les professionnels de santé publique, engoncés dans leur expertise, relèguent dans un second plan.

N.B. Si vous rencontrez des liens de couleur verte sur les pages, ils vous mènent vers des pages de Wikipedia. Pensez à utiliser le retour du navigateur pour revenir à la page initiale.

SPIP3  Mise à jour : le 19 août 2017 | Chartes | Mentions légales | A propos