L’évaluation des risques et ses évolutions récentes

Dans le champ de la santé environnementale, le choix de partir de la notion de risque n’est pas neutre. Nous verrons dans la suite la spécificité du risque, concept probabiliste, distinct du danger, dont il représente la probabilité de réalisation. Parfois capté par le terme aléa (en particulier pour les risques dits naturels), le danger est présumé existant et pouvant se réaliser ou pas, nécessitant des études particulières que nous examinerons dans la section sur l’évaluation des risques. Pour des raisons évidentes, les procédures comprises dans l’évaluation des risques ont bénéficié d’une normalisation et inscription en tant que procédures réglementaires, relevant de l’action publique, dans le but de protéger les humains des dommages potentiels (réalisation du danger).
Nous aborderons aussi l’autre aspect « maitrisable », soit l’exposition à un danger. On comprendra facilement qu’un danger qui existe, mais auquel il n’y a pas exposition, ne représente pas un problème. Cependant, il nous faudra reconnaitre que l’évolution de la société, des connaissances, des technologies mises en œuvre ou la conquête de territoires, eux-mêmes exposés aux dangers, peut créer des risques, même si l’origine des risques est dite naturelle. Ainsi, élire domicile en situation côtière, augmente la probabilité de subir des dommages dus à des inondations, de la même façon que de construire une ville à proximité de volcans, expose aux dégâts en cas d’éruption de ceux-ci. Il y a, de ce fait, une part de construction sociale des risques, qui s’étend aussi à toutes les expositions attribuables aux activités humaines et notamment les pollutions, industrielles, minières, urbaines, chimiques, sonores, etc.

SPIP3  Mise à jour : le 30 octobre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos