Epidémiologie spatiale : approches, outils, logiciels

L’épidémiologie spatiale est la description et l’analyse des variations géographiques dans la maladie à l’égard des facteurs de risques démographiques, environnementaux, comportementaux, socio-économiques, génétiques et infectieux. Les progrès dans les systèmes d’information géographique (SIG), dans la méthodologie statistique, dans la disponibilité des données de haute résolution et géo-référencées de la qualité environnementale et de la santé ont créé de nouvelles possibilités pour étudier les facteurs environnementaux et autres facteurs afin d’expliquer les variations géographiques locales dans les maladies. L’épidémiologie spatiale est de plus en plus utilisée pour évaluer les risques sanitaires liés aux risques environnementaux. Les profils de risque (risk patterns) ont tendance à avoir à la fois une composante temporelle et spatiale, ainsi, l’épidémiologie spatiale doit combiner les méthodes de l’épidémiologie, de la statistique et des SIG. Le SIG offre un ensemble intégré d’outils qui permettent à la fois la manipulation analytique et la représentation visuelle des données spatiales.

De plus en plus, des outils intégrés aux logiciels permettant d’accéder aux méthodes statistiques spéciales et à l’analyse spatiale sont développés pour une utilisation en épidémiologie et en santé publique. Ils seront présentés dans les lignes qui suivent. Cependant, une remarque est à noter, la liste suivante se concentre sur des outils qui permettent, au minimum, une fonction de cartographie, mais plus précisément une analyse spatiale des données.
HealthMapper a été développé par l’Organisation mondiale de la santé comme un outil pour la surveillance et la cartographie des maladies (World Health Organization, 1999). Son principal objectif est le paludisme, le sida, la lèpre et la tuberculose.

SIGEpi [Sistemas de Información Geográfica en Salud (Martinez et al. 2001)] a été développé par l’Organisation panaméricaine de la santé pour renforcer les ressources analytiques en épidémiologie et en santé publique dans la région des Amériques.

GeoDa, développé au Laboratoire d’analyse spatiale de l’Université de l’Illinois (https:// www geoda.uiuc.edu/), était initialement destiné à établir un lien entre le logiciel statistique et ESRI ArcView (version 3.x ; ESRI, USA) SIG, mais il a, depuis, été développé comme une application autonome qui fonctionne sous n’importe quel système d’exploitation compatible Microsoft Windows (Anselin, 2003). Il offre un certain nombre de fonctions d’analyse spatiale et des outils de cartographie.
Un certain nombre d’autres logiciels de statistiques spatiales sont largement utilisés en épidémiologie spatiale et en santé publique qui permettent une connexion à un SIG ou qui produisent des résultats qui peuvent ensuite être affichés dans un paquet de cartographie ou de SIG (par exemple, SaTScan, EpiMap).

Poser une question

P.-S.

Références :

  1. Elliott P., Wakefield J.C., Best N.G., Briggs D.J. 2000. Spatial Epidemiology : Methods and Applications. Oxford, UK, Oxford University Press.
  2. World Health Organization. 1999. Geographic information systems (GIS) : mapping for epidemiological surveillance. Wkly Epidemiol Rec 34:281–285.
  3. Martinez R., Vidaurre M., Najera G.P., Loyola E., Castillo-Salgado C., Eisner C. 2001. SIGEpi : Sistema de Información Geográfica en Epidemiología y Salud Pública. Epidemiol Bull 22:4–5.
  4. Anselin L. 2003. GeoDa 0.9 User’s Guide. Urbana-Champaign, IL:Spatial Analysis Laboratory, University of Illinos.

Plan du cours

SPIP3  Mise à jour : le 30 octobre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos