Urbanisme, hier, aujourd’hui et demain ?

La concentration des populations dans les territoires urbains est, du moins dans les documents officiels, considérée comme une tendance inéluctable, « naturelle » en quelque sorte. Nous semblons avoir oublié aujourd’hui la lente évolution, sociale et économique (voire politique) qui l’a rendu possible. Oublié son rôle comme facteur aggravant des épidémies, de la peste d’Athènes, au 5ème siècle AC, à celles qui ont frappé l’Europe, comme la peste noire, responsable de la mort de 30% de la population. Oubliée l’insalubrité de Rome, ou celle de Paris [1] d’avant Hausmann, jusqu’aux épidémies de choléra, qui sévissaient encore à Paris ou à Londres, au 19ème siècle. Un parcours centré sur l’histoire de la salubrité urbaine, jusqu’au triomphe des idées hygiénistes dans la deuxième moitié du XIXème siècle est proposé dans ce module.
Bien des idées modernes font fi de l’Histoire et reproduisent des erreurs, sous couvert de développement durable (un mini-parcours est consacré au sujet). C’est notamment l’appel à l’intensification de la vie urbaine, ou encore pire, de sa densification, sans jamais évoquer des limites de vivabilité. Si la comparaison entre villes américaines et européennes témoignent d’un avantage en termes de consommation énergétique pour les secondes, leur évolution dans des circonstances très différentes nous font oublié que c’est l’usage de la voiture (l’encouragement de l’usage en fait) qui a produit les mêmes effets, soit l’étalement urbain.
Les idées de la Santé publique, en légitimant le principe de l’avantage sanitaire urbain, ne font qu’accompagner le mouvement, alors que nous négligeons le fait que l’augmentation de la taille des villes, se fait au détriment des terres agricoles et que nous constatons aujourd’hui les conséquences en termes de territoires abandonnés par la République [2]. Comment alors seront gérées convenablement les ressources naturelles, en particulier la production alimentaire ?
La situation est bien pire dans les pays en voie de développement, où l’urbanisation progresse sous forme de bidonvilles qui s’agrègent en périphérie des centres économiques et s’étendent parfois sur des zones non ædificandi, au fur et à mesure que les territoires ruraux sont abandonnés.
Vous trouverez des éléments sur tous ces sujets dans les deux diaporamas associés, le premier sur les territoires urbains, le second sur des aspects de la ville durable.

Poser une question

Notes

[1Décrite par Victor Hugo dans les Misérables

[2Des départements français entiers sont sinistrés, avec, outre le chômage élevé, une disparition des services publics, fermeture des commerces, absence de professionnels du soin, etc.

Plan du cours

SPIP3  Mise à jour : le 2 juillet 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos