Définition du problème

Le concept de santé/bien-être en lien avec le territoire de vie

Partant de tout ce qui précède et les constats sur les inégalités d’accès à une qualité environnementale favorable à la santé et posons-nous une série de questions :

  1. Comment agir sur la distribution de la qualité environnementale, sociale et économique pour la rendre plus équitable ?
  2. Quels sont les facteurs qui génèrent et entretiennent les inégalités ?
  3. A quel moment les inégalités deviennent injustices ?
  4. Quels sont les échelons pertinents pour l’action ?
  5. Quels instruments et approches sont disponibles pour les territoires ?

Précisons que les questions 2 et 3 seront traitées à la fin du cours sur la justice environnementale, où nous explorerons les facteurs qui génèrent les ségrégations, ainsi que l’impact des injustices perçues par les populations. Commençons donc par l’action sur la (re)distribution de la qualité du cadre de vie, que nous posons comme obligation pour le décideur public. Pour autant, il semble bien difficile de fournir des recettes stéréotypes, ce qui nous oblige de passer par des principes généraux.
Lors de la conduite d’une évaluation d’un projet d’urbanisme en petite couronne parisienne, le promoteur nous a déclaré qu’il était en mesure de couvrir 80% des besoins pour 80% de la population. Outre le caractère péremptoire et peu documenté de cette affirmation, elle se montre exemplaire des erreurs classiques que font les concepteurs des projets. Inversons le regard et donnons-nous comme obligation d’apporter quelque chose à l’ensemble de la population concernée, dans sa réelle diversité et non comme elle est imaginée par des technocrates. Dit autrement, je vous demande de laisser de côté vos certitudes concernant vos connaissances au sujet dles besoins fondamentaux des populations, tant que vous ne les avez pas écoutés. Surtout, il ne faut pas enfermer les populations dans des considérations génériques, genre tout le monde a besoin de... Il faut les laisser parler de leurs expériences, nécessairement diverses et non de répondre à des questions que se posent les concepteurs, en des termes particuliers qui découlent de leur manière de concevoir le problème. La vision fonctionnaliste des urbanistes ne cadre pas toujours bien avec les aspirations des habitants et autres usagers du territoire.
De la même façon, il faut viser une démarche intégrée, pour éviter les pièges des approches sectorielles (nous verrons des exemples). Si nous voulons promouvoir cette intégration, il faut agir sur différents échelons, en cohérence avec la portée des déterminants, toujours représentés en multi-niveaux (voir la figure ci-contre), ce qui nécessite de prendre en compte les articulations, y compris entre les domaines d’action de la collectivité, ce qu’exprime le principe : la santé dans toutes les politiques.

Poser une question

info portfolio

PNG - 181.1 ko
Le modèle multi-niveaux des déterminants sociaux de la santé

Plan du cours

info portfolio

PNG - 181.1 ko
Le modèle multi-niveaux des déterminants sociaux de la santé
SPIP3  Mise à jour : le 1er juillet 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos