Fossil Capital

Le réchauffement global est par excellence une conséquence non-souhaitée. Le fabricant de coton du début du XIXème siècle en Lancashire a décidé d’abandonner son moulin à eau et investir dans une machine à vapeur, ériger une cheminée et commander du charbon à une mine voisine, sans, en toute vraisemblance, considérer que ses actes seraient en lien avec, l’étendue des glaces en Arctique, la salinisation des sols du delta du Nile, l’élévation des Maldives, la fréquence des sécheresses de la corne d’Afrique, la diversité des espèces d’amphibiens dans les forêts humides d’Amérique centrale, la disponibilité de l’eau des rivières d’Asie, ainsi que, le risque de débordement de la Tamise ou le retrait du trait côtier de l’Angleterre. Néanmoins, des éléments annonciateurs apparaissent dans la littérature de l’époque. Une lueur d’appréhension concernant les conséquences atmosphériques de l’emploi de la vapeur dans les manufactures, peut être trouvé dans le traité classique de Charles Babbage, On the Economy of Machines and Manufactures. Babbage est reconnu comme le père de l’ordinateur moderne ; son livre est le premier à introduire l’usine dans le règne de l’analyse économique. Il a exprimé ces remarques trente ans avant que John Tyndall n’explique l’effet de serre et soixante ans avant que Svante Arrhenius ne propose un calcul de l’élévation de la température de la terre à la suite de l’augmentation des émissions de gaz carbonique... (début du chapitre 1)

Plan du cours

    SPIP3  Mise à jour : le 7 décembre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos