L’intérêt des classifications

La classification par nature des déterminants environnementaux est la plus utilisée. Elle est pertinente à plus d’un titre :
- Elle renseigne sur les sources (les rayonnements par exemple) ;
- Elle fourni des indications sur le mode de propagation (vecteurs biologiques ou rayonnements encore) ;
- Elle est utile pour définir les mesures de protection (les modes d’exposition aux substances chimiques sont fondamentalement différents de ceux des rayonnements ou du bruit).

Cette classification est présente dans tous les documents officiels. Néanmoins, pour réaliser les objectifs, en particulier pour atténuer ou prévenir les impacts sur la santé et l’environnement, bien d’autres classifications s’avèrent utiles. Dans le cas des déterminants biologiques nous pouvons distinguer les bactéries des virus. Mais c’est pour l’énorme diversité des substances chimiques que les critères de classification seront les plus utiles.

Les propriétés physicochimiques sont à la base d’une classification de dangerosité et de l’association avec les phrases de risque (irritant, corrosif, inflammable, etc.). Les facultés de persistance et de bioaccumulation sont essentielles pour la caractérisation de la toxicité environnementale. Citons encore la classification des types de toxicité : par exemple, neurotoxique, toxique pour la reproduction ou cancérigène, dont l’intérêt se retrouve dans les mesures de protection, éventuellement aggravées pour des populations sensibles.

Bien d’autres critères “opérationnels” peuvent trouver des applications dans des cas précis :
- La famille chimique, les organochlorés ou organophosphorés (des insecticides), les biphényls polychlorés ou PCBs (polluants organiques persistants), les dioxines, organostanneux (utilsés pour la protection des coques de bateaux), ne sont que quelques exemples où justement la famile chimique est associée à un danger plus ou moins spécifique ;
- Les types d’usage, les biocides ou les phytopharmaceutiques, qui peuvent donner lieu à des restrictions d’usage (phytopharmaceutiques à usage domestique) ou se voir appliquer des réglementations particulières avant l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché.

Le caractère “opérationnel” prend ainsi une signification précise, puisque finalement le but devient de guider l’élaboration de mesures, de “guidelines”, de préconisations, de prescriptions contraignantes, dans le but de protéger l’utilisateur, le consommateur et l’environnement.

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 30 octobre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos