Le cadre actuel de l’évaluation des risques est-il suffisant ?

Pour cette première discussion concernant les possibles améliorations du cadre de l’évaluation des risques nous allons nous limiter au risque chimique, dans le contexte européen. La réglementation actuelle distingue :
- La protection des consommateurs pour les produits non alimentaires (une politique produits) ;
- L’évaluation a priori des substances chimiques (une politique substances) ;
- Le risque alimentaire (protection des consommateurs).

En même temps, un Plan d’actions en matières d’environnement et de santé, a été adopté pour la période 2004-2010. Il se décline en 3 axes et 12 actions. Nous pouvons dès à présent identifier des problèmes méthodologiques :
- La complexité des voies d’exposition ;
- Les effets des mélanges (au delà de la simple additivité) ;
- L’extrapolation des doses ;
- L’utilisation intégrée de données toxicologiques entre espèces (en associant les données de l’épidémiologie et de la biosurveillance humaine).

Cette approche toxicologique intégrée représente de nombreux défis, représentés sur la figure ci-contre. Afin de la rendre plus compréhensible, nous fournissons ci-dessous une liste de définitions et de liens vers des ressources appropriées.

- Toxicodynamique : étudie les mécanismes qui conduisent à la survenue des effets ;
- QSAR : Analyses quantitatives structure réponse [1] ;
- C & E : Classification et étiquetage, voir la section sur le système général harmonisé ;
- Scénarios d’exposition : obligation réglementaire, faisant partie de l’évaluation des substances, permettant de fournir une estimation de l’exposition de groupes de personnes, généralement en fonction des usages. L’organisme dont c’est la charge est l’OCDE.

Poser une question

Voir en ligne : Le plan d’action sur le site de l’UE

Notes

[1Une page leur est consacrée dans le cours de toxicologie

info portfolio

GIF - 15.1 ko
SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos