Définitions, portée et conséquences

Quelques définitions usuelles

- Dommage : traumatisme physique ou tout impact sur la santé des personnes, atteinte à l’intégrité des biens ou de l’environnement ;
- Danger : origine du dommage (ou source) ;
- Risque : produit de la probabilité de survenue du dommage et de la sévérité de ce dommage.

Cette dernière définition est celle couramment utilisée pour les risques accidentels. Elle ne correspond pas à toutes les situations. Par exemple, dans le cas des expositions chroniques à des substances pouvant avoir un impact sur la santé, on lui préfère la définition suivante : type de dommage associé à l’exposition à un déterminant donné, que multiplie le niveau d’exposition de la population (ou d’un groupe particulier) à ce déterminant. Il existe bien sûr des analogies avec la définition précédente, mais les paramètres mesurés sont différents.

Les termes menaces, dangers ou risques reviennent souvent dans les discours politiques actuels, mais aussi dans l’expression des craintes sociétales. Ils sont d’ailleurs fréquemment, de manière erronée, considérés comme interchangeables. L’homme a depuis longtemps su adopter des attitudes “appropriées” face aux situations de danger (ne serait-ce qu’en situation de conflit armé par exemple). Cependant, la notion de risque, qui est par essence probabiliste, nécessite une analyse très différente. En effet, ce n’est qu’après l’élaboration de la théorie des probabilités (17ème siècle) que le risque a pu être abordé dans le cadre de la définition qui est toujours aujourd’hui en vigueur : “la probabilité de réalisation d’un dommage, d’une gravité donnée”. Deux autres définitions sont fournies et discutées dans l’encadré.

Dans l’époque actuelle où le risque a changé fondamentalement d’échelle – nous parlons de risques globaux (comme pour les changements relatifs au climat ou à la biodiversité par exemple) – nous pouvons nous interroger s’il s’agit d’un changement quantitatif ou qualitatif. Est-ce une nouvelle prise de conscience qui confère à la société actuelle des obligations par rapport aux générations futures ? S’agit-il d’une discussion purement technique ou nous faut-il absolument considérer les dimensions morale et philosophique ? Nous sommes dans le sillage de la pensée d’Ulrich Beck, développés dans son livre phare, pionnier, “La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité”, publié en 1986.

Notons qu’aujourd’hui, une science a été élaborée, dédiée à l’étude des risques : il s’agit de la cindynique. Curieusement l’étymologie révèle un certain paradoxe (cindynos, κινδυνος en grec = danger). La cindynique s’applique à toute une série de risques qui comprennent les accidents de toute nature et même les risques financiers. Dans le cadre de ce cours nous nous allons nous appuyer sur une typologie, couramment utilisée en France, qui nous permettra de développer quelques notions théoriques et pratiques, sur l’élaboration d’une échelle des risques, la réglementation, leur gestion ou encore la perception des risques par différents groupes de la population.

32 Messages de forum

  • Si la première définition du risque ( Risque : produit de la probabilité de survenue du dommage et de la sévérité de ce dommage.) est le plus généralement admise pour les accidents ; peut-on par contre admettre la seconde définition comme celle applicable aussi bien aux accidents qu’à l’exposition aux substances dommageables aussi bien à l’environnement qu’au corps humain ?
    En réalité, la deuxième définition semble englober tous les risques.

    Répondre à ce message

  • Je me focalise en fait aux définitions de l’encadré. Merci

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 29 janvier 2010 23:52, par Yorghos Remvikos

      En fait les définitions sont très proches. Admettons par exemple le risque de se brûler en manipulant de l’acide. Ce qui nous intéresse est par exemple la probabilité de brûlure grave qui dépend du nombre de manipulations. Si maintenant nous voulons approcher la probabilité de développer un cancer du poumon pour un fumeur, elle sera fonction du nombre d’années que multiplie le nombre de cigarettes par jours.

      Mais il faut disposer d’une relation calculée dans une étude, qui va nous permettre de dire que le risque augmente, par exemple, de 50% pour toute année x paquet.

      Répondre à ce message

  • Typologie officielle des risques 2 février 2010 11:30

    Bjr : j’ai deux préoccupations pour ce jour :
    1) Pourquoi les feux de forêt sont-ils considérés comme des risques naturels ??N’est-ce pas la fait des activités anthropiques ???
    2) Dans la typologie officielle des risques, qu’entendons nous pas MEEDADT ?

    Répondre à ce message

    • Typologie officielle des risques 2 février 2010 11:44, par Yorghos Remvikos

      Votre question est légitime. Les feux de forêts peuvent être spontanés, d’origine accidentelle, voire criminelle. La classification n’a comme but que de faciliter la gestion. Il ne faut donc pas l’interpréter de manière très rigoriste. Les conséquences portent sur les services responsables de la planification, de la prévention et de l’intervention. N’y attachez pas trop d’importance.

      Le MEEDADT est une des nombreuses dénominations (elle a encore changé) du Ministère chargé de l’Ecologie en France.

      Répondre à ce message

  • prévention et règlementation des risques : Très intéressant ce volet ! Les articles listés ici sont-ils applicables seulement en France ou dans tous les pays ?

    Répondre à ce message

    • prévention et réglémentation des risques 2 février 2010 12:09, par Yorghos Remvikos

      Vous faites référence à quels articles ? S’il s’agit de documents mentionnés dans une autre page, pourriez-vous reposer la question sous celle-ci ?

      Répondre à ce message

      • prévention et réglémentation des risques 2 février 2010 15:12, par Djeufa Heuchin Gile

        Un exemple, Professeur, la loi du 18 juillet 1987 ;
        Le code de l’environnement, articles L 125-2, L 125-5 et L 125-3 pour ne citer que quelques uns.
        En fait ma préoccupation tient du fait que dans un pays comme le mien, les populations ne sont pratiquement pas, sinon jamais, informés des risques qu’ils courent dans des situations de risques ! Je pourrais prendre un exemple chez nous si vous le voulez bien pour expliquer cela !

        Répondre à ce message

        • prévention et réglémentation des risques 2 février 2010 23:51, par Yorghos Remvikos

          Je comprends. Ma question était beaucoup plus générale. Nous aurons l’occasion de voir dans différentes circonstances que le droit à l’information est fondamental (le principe de la convention d’Aarhus). Cependant, même en France l’obligation d’informer se limite à une information disponible en un lieu que le citoyen doit découvrir, parfois difficilement.

          Je dirais donc, pour rester dans le cadre d’un cours introductif, que les pouvoirs publics ont un devoir de générer les connaissances sur le risque, de les porter à connaissance des autorités locales, qui doivent par la suite les mettre à disposition des personnes concernées. Ceci est un principe général qui ne fait pas référence à un texte précis.

          Répondre à ce message

  • Bsr professeur,

    Peut on parler de risque tout en omettant les notions d’aléa et de vulnérabilité ? J’ai vu quelque part que la notion de risque s’évalue sous forme de probabilités établies entre deux variables : l’aléa et la vulnérabilité. Pouvez vous me parler un peu de ces notions.

    Cordialement !

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 2 février 2010 23:59, par Yorghos Remvikos

      C’est une autre façon de présenter les choses. Cette vision n’est pas si éloignée de celle donnée ici. Il est plus simple de réfléchir en tant qu’assureur. Le risque est une probabilité de réalisation d’un dommage, que multiplie la gravité de ce dommage ; pour un conducteur ceci se traduit par la probabilité d’avoir un accident d’une gravité donnée. On pourrait dire que la probabilité traduit l’aléa et la vulnérabilité la gravité du préjudice.

      De toute façon il faut se focaliser sur le risque sanitaire qui nous intéressera dans la suite, avec le type de pathologie en fonction de l’exposition à un facteur donné (présent dans l’environnement).

      Répondre à ce message

  • Parlant de l’environnement notamment des phénomènes environnementaux, y a-t-il une nuance entre la définition du mot "danger" et celle de "risque" ?

    Répondre à ce message

  • Définitions, portée et conséquences 28 novembre 2010 18:23

    quelle est la difference entre danger et risque ? n’ont -ils pas le meme sens ?? merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour professeur, les cours sont maintenant disponibles mais on ne sait pas exactement les jours qu’on a tel ou tel cours. Autrement nous ne disposons pas de l’emploi du temps. Cordialement,
    Marcel Agbossouto.

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 12 octobre 2012 17:48, par Yorghos Remvikos

      Vous êtes libre de les parcourir à votre rythme. Quelques éléments de méthode sont fournis dans les documents de la rubrique présentation. Il y a aussi un document sur le bon usage des forums.

      D’autres instructions et aides vous seront communiquées au fur et à mesure.

      Répondre à ce message

  • Bonsoir,
    pourquoi les termes menace,danger et risque ne sont-ils pas interchangeables alors qu’ils sont considérés comme étant des synonymes dans les dictionnaires ?

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 27 octobre 2013 23:10, par Yorghos Remvikos

      Je ne sais quel est votre dictionnaire. Le mien indique qu’il y a une différence entre danger et risque. Si le terme menace est cité dans le cours il faut m’indiquer dans quel contexte (à part en tant qu’expression courante). Le risque implique la notion de probabilité, mesurable ou non. Pas le danger qui est une propriété permanente. Il me semble que les définitions données dans la page sont claires et sans ambiguité. Je ne prétends pas que dans le langage de tous les jours il n’y a pas de confusion, mais c’est justement le but de ce cours que d’apprendre à utiliser des termes de façon rigoureuse. Votre action en tant que futur professionnel de la santé environnementale en dépend.

      Répondre à ce message

  • Bonjour, je voudrai avoir une éclaircissement sur la relation entre le risque et la prise de conscience. Je fais allusion à l’exemple du Choléra en 1852 par exemple

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 28 octobre 2013 20:25, par Yorghos Remvikos

      Un risque dont en a pas conscience ne génère pas de comportements adéquats pour s’en protéger. En 1852 on ne connaissait pas les germes en général, encore moins celui du choléra. La possible transmission de la maladie par l’eau potable se heurtait aux croyances que les maladies étaient transmises par un genre de vapeurs maléfiques, appelées miasmes. A l’époque on considérait que la transmission était favorisée par la promiscuité. Des idées bien sûr complètement fausses, en tout cas pour le choléra. C’est la dépendance des communautés de sources d’eau potable souillées par les excréments qui était la véritable cause et qui le reste aujourd’hui dans certaines régions du monde.

      Répondre à ce message

  • Y a-t-il une définition du risque unanimement acceptée par les’’communs des mortels’’ et les scientifiques ? Je n’en vois pas une authentique dans le document proposé. Merci

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 25 octobre 2014 19:40, par Yorghos Remvikos

      Je ne sais ce que veux dire un commun des mortels. Si vous commencez à contester la véracité scientifique de ce qui vous est proposé, nous n’irons pas loin. Ici, il n’est pas question de discuter ou de contester de ce qui est unanimement accepté, mais de parcourir les cours, afin de prendre connaissance des concepts fondamentaux autour des risques.

      Répondre à ce message

  • Bonjour Professeur.
    Si le risque accidentel est le produit de la probabilité de survenue du dommage et de la gravité de ce dommage, comment peut-on quantifier (calculer) le risque d’exposition chronique à un déterminant ?

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 9 novembre 2014 23:02, par Yorghos Remvikos

      Vous posez des questions sans prendre la peine de lire le cours jusqu’au bout, malgré les conseils que vous avez reçus par mail. La définition générique du risque ne s’applique pas bien aux risques sanitaires, qu’ils soient aigus ou chroniques.

      Répondre à ce message

  • Définitions, portée et conséquences 11 novembre 2014 18:14

    Est ce que l’échelle mondiale d’un risque qui fait de lui un "risque global" ? Merco

    Répondre à ce message

    • Définitions, portée et conséquences 11 novembre 2014 23:53, par Yorghos Remvikos

      On peut dire qu’un risque à l’échelle mondial est e effet un risque global. Cependant, il faut raisonner en termes de système. Est-ce que le risque peut être résolu par une multitude d’actions locales, comme pour l’amélioration de l’accès à l’eau ou le minimum pour la survie ? Si la réponse est oui, alors ce n’est pas un risque global. En revanche, pour le changement climatique, le risque global type, il n’est pas imaginable d’avoir quelques pays vertueux, alors que d’autres continuent à émettre toujours plus de gaz à effets de serre.

      Répondre à ce message

  • La largeur de la cindynique pourrait prendre en parabole tout les aspects des risques environnementaux dans le cadre de l’approche sante environnementale

    Répondre à ce message

  • forum qui etes vous
    forum votre nom Grégoire Ganne [Quitter]
    Votre message

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,

    je me posais une question : J’ai l’impression que les trois termes sont départagés. Peut on les liés ensembles. Lors d’un risque il peut avoir un danger et dans le cas du danger un ou des dommage(s) ?

    Peut-on l’aborder sous cette angle ?

    merci d’avance Professeur

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos