Indicateurs de morbidité et de mortalité

Les déterminants environnementaux peuvent être responsables d’atteintes de l’integrité ou de perturbations du fonctionnement des organes. Ils peuvent aussi aggraver des maladies préexistantes. Au niveau de la population, l’exposition à un déterminant peut être corrélée à l’absentéisme du travail, la surconsommation de soins ou de médicaments. Les indicateurs de la morbidité doivent donc traduire toutes les conséquences de cette exposition, y compris la dégradation de la santé “perçue”, comme c’est le cas pour la gêne sonore. La liste ci-après reprend des exemples d’indicateurs de morbidité :
- morbidité liée à l’exposition (prévalence de maladies cardiovasculaires, troubles du sommeil, asthme, cancer...)
- baisse accélérée de la fraction d’éjection (fonction pulmonaire), en tant que signe précurseur de BPCO [1]
- aggravation de symptômes respiratoires et cardiovasculaires (absentéisme et consommation de soins)
- consommation de médicaments, en particulier par rapport à des pathologies liées à des expositions données (troubles du rythme cardiaque, somnifères, sédatifs et tranquillisants, utilisation d’inhalateurs en relation avec la qualité de l’air)
- atteinte intellectuelle des enfants (empoisonnement par le plomb)
- état sanitaire perçu (par auto-évaluation)

La mortalité ajusté pour l’âge est souvent utilisée comme indicateur décrivant l’état sanitaire de la population. L’âge à la mort permet de calculer le nombre d’années perdues (réduction de l’espérance de vie), par rapport à la moyenne d’une population de référence. La mortalité “précipité”, au cours d’un épisode de forte pollution par exemple, peut entraîner des coûts sanitaires considérables, qui touchent préférentiellement les catégories vulnérables, personnes âgées, insuffisants respiratoires... Notons cependant que les années perdues pour ces personnes doivent être qualifiées d’années en mauvaise état de santé, alors qu’une mort accidentel à un âge jeune se traduira en pertes d’années en bonne santé. Cette distinction a de l’importance dans les calculs.

La mortalité d’une population peut être exprimée en relation avec les causes, le sexe, l’âge, etc. Par exemple :
- mortalité annuelle pour des causes respiratoires ou cardiovasculaires, en relation avec la pollution atmosphérique
- mortalité par cancer (éventuellement d’un type donné), en relation avec l’exposition à des carcinogènes
- baisse de l’espérance de vie (en se reportant sur des tables).

Notes

[1Bronchopathie chronique obstructive

SPIP3  Mise à jour : le 26 juillet 2017 | Chartes | Mentions légales | A propos