Question sur : La demande sociale En réponse à :

Sujet : La demande sociale

R�pondu le samedi 8 janvier 2011 par Loko Yeyinou Laura

La demande sociale a émergé à Champlan mais pas dans les communes limitrophes tout d’abord parce que, Champlan montre un double visage : une partie préservée et une autre encerclée par les équipements dont la fréquentation a augmentée particulièrement les deux dernières décennies. Ensuite, les habitants de Champlan se retrouvent autours de l’acceptation d’Orly (vision, audition, odeurs des avions) car celles-ci fonde la base de leurs présences dans le village. En outre le fait que ces nuisances sont objectivement élevées dans certains quartiers, ses habitants ont pu affirmer un choix de vie en venant s’y installer. L’habitat est constitutif de leur identité : le fait de vivre là, même pour ceux qui y sont nés, témoigne, en le renvoyant aux habitants, du fait qu’ils disposent de certaines ressources. Celles-ci sont également mobilisables pour construire et soutenir leurs revendications ou leurs plaintes. Ainsi, la spécificité du village - liens interpersonnelles, intégration sociale, qualité de vie, phénomènes identitaires, ressources détenues par les habitants en comparaison avec les communes voisines – permet à des groupes sociaux, aux représentations hétérogènes, de se retrouver autours d’une histoire et d’une représentation commune pendant le temps de la mobilisation. Les Champlanais ont des ressources pour se mobiliser L’information circule dans les réseaux sociaux et les riverains ont l’habitude de se mobiliser pour protéger leur environnement. D’autres facteurs tels que en premier lieu, la présence d’une association dirigée par un président, élu municipal, très impliqué et qui mène de front, dès 2004, plusieurs actions auprès des élus du département, de la région, des services de l’État ainsi que des ministères - en deuxième lieu, des résultats de l’étude de la qualité de l’air autour des plates-formes aéroportuaires faite par l’Association agréée de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France (Airparif) fait apparaître Champlan dans les cartes globales parmi les zones montrant un excès de pollution. Ces éléments ont suffit, et c’est le troisième point, à la députée de la circonscription, qui a choisi l’environnement puis la santé environnementale comme positionnement professionnel et politique, pour s’occuper politiquement de ce cas.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 20 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos