De la mobilisation communautaire à la promotion de la santé

La thématique de la deuxième semaine de travaux dirigés tente de relier la méthodologie de l’action en faveur de la santé/bien-être face aux inégalités sociales de santé, en partant de l’organisation communautaire, ce qui implique de revenir sur la notion de communauté et le modèle sociologique que nous mettons en œuvre.
Si nous partons de la mobilisation communautaire, les questions auxquelles nous serons confrontées, concernent notre compétence, mais aussi notre éthique qui impacte notre manière de faire et d’interagir avec les communautés.
Une action projetée ne se limite pas simplement aux moyens , mais aussi à leur adéquation par rapports aux résultats que l’on souhaite obtenir (une entreprise toujours incertaine). Ainsi, élaborer des indicateurs appropriés, d’emblée, permettra l’évaluation (ex-ante ou ex-post), y compris de l’atteinte des résultats escomptés.
Enfin, au delà des objectifs (souvent intermédiaires), il nous faut questionner les finalités, qui peuvent s’en distinguer. Vouloir réduire l’incidence de pathologies ne nous affranchit pas de penser à nos valeurs qui peuvent mener à des finalités comme le développement du pouvoir d’agir (empowerment), comme accès à la capacité de faire des choix pour soi-même (des libertés en somme).

SPIP3  Mise à jour : le 19 juillet 2024 | Chartes | Mentions légales | A propos