Une représentation simplifiée des étapes de la pathogénèse

Nous avons déjà eu l’occasion d’examiner les conséquences au niveau de la cellule de différentes formes d’agressions. Nous avons défini l’homéostasie comme l’ensemble des forces qui tentent de ramener la cellule vers son état normal, pour elle-même et pour son voisinage (insertion dans un organe ou tissu). En prenant l’analogie avec la loi de Hooke pour les matériaux, le champs de l’homéostasie recouvre celui de la zone d’élasticité, comme pour un ressort que l’on comprime et qui revient à son état initial.

Lorsque nous poursuivons l’application d’une force sur un corps physique (une barre de métal par exemple), à un moment donné il se produit une déformation. Ce nouvel état est stable et il n’est pas possible de retrouver exactement l’état initial, quelque soit la force que nous appliquerions. L’intervalle entre le point de déformation et le point de rupture défini la zone de plasticité. Si nous essayons de traduire ce phénomène de plasticité à l’échelle cellulaire, nous admettons que la cellule “déformée” porte les stigmates de l’exposition pouvant affecter l’évolution spontanée ou sa capacité à répondre à une nouvelle agression.

Notre capacité à détecter les altérations dans la zone de plasticité est primordiale. Il peut s’agir d’indicateurs précoces d’effet qui contribueront à la définition de nouveaux seuils d’exposition. Ceci suppose que nous avons établi une relation entre l’exposition et l’apparition de ces marqueurs, ainsi que la probabilité d’évolution vers un état pathologique. Le nouveau paradigme de la toxicologie est conçu sur ce modèle (Une nouvelle approche pour les tests de (...)). Nous devons aussi connaître les mécanismes sous-jacents.

Les meilleurs exemples proviennent du champs de la cancérogénèse. Bien sûr, dans ce cadre nous ne pouvons raisonner qu’à l’échelle de lésions tout au moins microscopiques (métaplasie ou dysplasie tissulaire - ). Cependant, nous verrons que le passage de la phase aiguë à la phase chronique (réponse inflammatoire par exemple) peut avoir des conséquences considérables. La pathogénèse du stress répond à ce même schéma.

Poser une question

info portfolio

GIF - 9.5 ko
SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos