Le risque et les différentes temporalités

L’importance du facteur temps a été déjà évoquée à quelques reprises. Avant de l’analyser, il faut se mettre dans la perspective des parcours de vie, c’est-à-dire de définir l’influence du temps en tant que timing de l’exposition, mais aussi de sa durée, sur les tendances des pathologies observées au niveau des populations, éventuellement sur des générations successives. Ceci inclut les possibles délais entre l’exposition, l’initiation des maladies, ainsi que de leur détection clinique.

Nous pouvons explorer les parcours de vie selon deux modèles, non exclusifs, proposés par Ben Schlomo et Küh en 2002 :
- Le modèle des phases critiques accorde la prépondérance au timing, une exposition étant d’autant plus dommageable qu’elle intervient à une phase sensible, une fenêtre de vulnérabilité. Nous reconnaissons ici le cas des pathologies développementales, causées par des expositions au cours du développement précoce. Notons que pour certains cas, comme pour le système nerveux central, le développement se prolonge jusqu’à l’adolescence. Enfin, dans le développement du système reproductif, il y a d’autres fenêtres critiques, comme les premières années de la puberté.
- Le second modèle est celui de l’accumulation tout au long de la vie. Dans ce cas l’accent est mis sur la durée de l’exposition, éventuellement les séquences d’exposition. Pour illustrer ce risque tout au long de la vie, il faut se reporter à la figure ci-contre qui montre l’accumulation (pour un individu moyen) de graisses dans les parois vasculaires au cours des décennies. Une exposition peut au fil du temps précipiter le phénomène.

Le fait que nous reconnaissons l’existence de phases critiques n’exclut pas que d’autres événements puissent intervenir plus tardivement pour déclencher un processus pathogène ou atténuer, au contraire, le risque. De même, le modèle de l’accumulation tout au long de la vie, s’applique simplement à une exposition unique. Dans le cas des multiexpositions, nous pouvons imaginer une succession d’exposition à des facteurs indépendants, des facteurs qui interagissent comme déclencheurs mutuels ou encore d’autres qui constituent des enchaînements de risques corrélés. En définitif, chaque parcours individuel et jalonné d’expositions qui répondent à l’un et à l’autre modèle. Cette complexité doit être prise en compte dans le design des études épidémiologiques, les différents facteurs pouvant être des causes, des modificateurs d’effet ou des facteurs de confusion.

Poser une question

info portfolio

GIF - 113.2 ko
SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos