Homéostasie, allostasie et charge allostatique

Le maintien de l’équilibre complexe corporel par l’homéostasie est soumis en permanence à des menaces intrinsèques ou extrinsèques, réelles ou perçues. Le stress définit ainsi cette capacité de déséquilibre, de dysrégulation vis-à-vis de l’état homéostatique et qui doit être contré par des réponses adaptatives, physiologiques ou comportementales.

La réponse au stress est basée sur une infrastructure moléculaire complexe, avec la participation des systèmes nerveux, central et périphérique. La réponse adaptative de chacun est déterminée par des facteurs génétiques, environnementaux et développementaux. Toute altération de la capacité à répondre aux agressions, avec des réactions, inadéquates, excessives ou prolongées, peut favoriser le développement d’une maladie. Vu d’une autre façon, des agressions excessives ou chroniques, peuvent affecter des fonctions physiologiques, la croissance, la reproduction, le métabolisme, l’immunocompétence, mais aussi le développement personnel et le comportement.

Par analogie à l’homéostasie, l’allostasie est définie comme la capacité à déséquilibrer le fonctionnement de l’organisme, l’empêcher de revenir vers son état initial. Nous définissons aussi la charge allostatique, qui s’accumule au fil des agressions et qui est liée à l’intensité du phénomène (le pouvoir de déviation). Pour voir comment la charge allostatique pèse sur la réponse au stress, il faut se reporter à la figure ci-contre. La perception du stress dépend de facteurs génétiques, mais aussi des expériences individuelles. Le cerveau intègre les signaux envoyés par l’ensemble des circuits sensoriels, afin d’en déterminer la nature, alerte, menace, danger immédiat... Quand le cerveau perçoit des signaux interprétés comme "stressants”, des réponses physiologiques et comportementales sont initiées, l’allostasie et l’adaptation se mettent à l’œuvre. Avec le temps, la charge allostatique peut s’accumuler et la surexposition à des médiateurs endocrines ou nerveux peut perturber différents organes ou systèmes.

Il est important de réaliser que nous décrivons le cadre général qui peut favoriser l’émergence d’états pathogènes très divers. Ceci se voit par la diversité des maladies : cardiovasculaires, métaboliques, psychologiques, cancers, elles-mêmes pouvant avoir plusieurs causes. La pertinence d’indicateurs synthétiques comme la vie en bonne santé ou l’espérance de vie dans les études analytiques est facile à comprendre.

Poser une question

info portfolio

GIF - 26.9 ko
SPIP3  Mise à jour : le 30 octobre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos