Retour aux questions Question sur : L’accumulation des médicaments dans les effluents pose des problèmes ! En réponse à :

Sujet : L’accumulation des médicaments dans les effluents pose des problèmes !

R�pondu le jeudi 20 février 2014 par Bigora Bernadette

II. L’accumulation des médicaments dans les effluents pose des problèmes
Il existe différents types d’effluents (résidus, déchets rejetés dans le biotope) :
-  Les effluents domestiques. Des études ont montré que les traitements réalisés dans les stations d’épuration ne sont pas toujours efficaces et que cela aboutit au rejet des résidus des médicaments dans le milieu et détruit les écosystèmes.
-  Les effluents d’élevages (effluents solides et effluents liquides) sont issus des activités d’élevage. Les principaux effluents proviennent des élevages bovins et porcins et sont localisés au niveau des bâtiments d’élevage. Pour le moment, les fumiers et les lisiers, qui représentent la majeure partie des effluents, suivent des plans d’épandage sur les parcelles agricoles car ils constituent de bons engrais organiques bien qu’ils peuvent contenir des résidus des médicaments qui ont été administrés aux animaux et qui sont éliminés par les urines ou par les excréments.
-  Les effluents industriels. Bien que les industries soient soumises à une procédure stricte d’autorisation au titre du code de l’environnement, on constate que des rejets des médicaments des industries pharmaceutiques (pour le cas qui nous intéresse) peuvent se produire et que le contrôle des effluents n’est pas exhaustif et systématique.
-  Les effluents hospitaliers. Les médicaments utilisés dans l’établissement de santé sont variés et représentent des quantités importantes. On citerait à titre d’exemples les analgésiques, les antipyrétiques, les antibiotiques, les antiviraux, les antifungiques, les immunodépresseurs et les anticancéreux. Nous distinguons deux voies d’élimination des médicaments : a) La première, la plus conséquente concerne les excrétas et les liquides biologiques (urines, salive, sueur, vomissures…). b) La seconde est instituée au circuit d’élimination des médicaments non utilisés et du matériel souillé. L’élimination des médicaments non utilisés ou périmés est faite, dans une certaine mesure, via les éviers et les vidoirs des services. Cela est évidemment une situation extrême de négligence malheureusement observée dans certaines unités de soins.
Suivant la voie d’administration du médicament, le médicament est plus ou moins métabolisé par l’organisme et on retrouve donc en partie les médicaments et les métabolites dans le réseau des eaux usés. Pour certains médicaments, cela peut poser de graves problèmes de santé publique et d’environnement si aucune précaution n’est prise quant à leur rejet et au fait qu’ils se retrouvent dans les eaux (nappes, fleuves, mers, océans, rivières).
Outre les eaux usées domestiques, les effluents provenant des hôpitaux sont également très chargés en résidus des médicaments, détergents et désinfectants ainsi des solutions chlorées ; des matières organiques, de microorganismes, d’antiseptiques.
Ces effluents génèrent un risque infectieux pour l’homme et un risque de contamination pour l’environnement.
Par ailleurs, le risque toxique concerne à la fois l’environnement et la santé publique : les eaux hospitalières peuvent être contaminées par des métaux lourds et par des molécules organiques (solvants, antibiotiques, désinfectants, détergents, médicaments...). Le problème majeur concerne surtout les médicaments anticancéreux qui présentent des risques mutagènes et tératogènes importants.
En conclusion
La variété des effluents produits par les établissements de santé, les industries, les élevages intensifs et les effluents domestiques ouvre un angle sur les nuisances liées aux rejets des médicaments et/ou de leurs métabolites dans le milieu naturel avec leurs répercussions sur l’homme et/ou son environnement, et impose une prise en charge de cette problématique par les décideurs politiques.
Le pouvoir public se trouve donc confronté à un réel dilemme lié à :
 L’identification de la nature et de la concentration des polluants (médicaments) contenus dans les effluents pour appliquer la solution de traitement la plus appropriée ;
 La demande croissante des médicaments (forte consommation des médicaments) associée à une expansion de l’industrie pharmaceutique conduisant de rejets croissants des médicaments ;
 La difficulté de maitrise de gestion de ces polluants ;
 La difficulté de gestion des risques dus à la complexité des médicaments et de leurs métabolites souvent actifs dans les effluents et affectant les écosystèmes ;
 L’insuffisance de maîtrise des méthodes de traitement des stations d’épuration ;
 Les contraintes budgétaires ;
 Le manque d’information des consommateurs dont l’attitude est souvent irresponsable et jettent facilement les médicaments inutilisés dans les poubelles ou dans les toilettes plutôt que de les rapporter dans les pharmacies ;
 La difficulté d’évaluer les quantités de médicaments rejetées dans les effluents ;
 Le manque de consensus entre les différents acteurs, à savoir les décideurs politiques, les industriels, les écologistes, les éleveurs, etc.
Enfin, disons que les pouvoirs publics doivent agir de façon à réduire la consommation des médicaments, à gérer les médicaments non utilisés et à règlementer les industriels. Ils doivent en outre optimiser les traitements dans les stations d’épurations et mettre en place un système d’évaluation et de gestion des risques dus à la présence des médicaments dans les effluents.
Enfin, la loi doit imposer aux communautés, aux industriels et à tout établissement de santé de disposer d’un service d’hygiène (ou d’un médecin hygiéniste).
Il est à noter que la courbe de la production globale suit l’augmentation du PIB. Ceci signifie que l’augmentation de la production chimique suit l’augmentation du niveau de vie. Ce qui est inquiétant est que la production des produits des substances classées CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) augmente même plus vite.
En clair, sans une action vigoureuse pour réussir ce découplage entre augmentation des richesses et augmentation de la production, la pression exercée par le marché ne permettra pas d’atteindre une meilleure protection des personnes et de l’environnement.
La mise en application du règlement européen REACH (Enregistrement, Evaluation, autorisation et Restriction des Produits Chimiques) introduit de nouvelles exigences dont l’objectif affiché est d’assurer la sécurité chimique d’ici 2020.
REACH est le règlement sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques. Il est entré en vigueur le 1er juin 2007. REACH rationalise et améliore l’ancien cadre règlementaire de l’Union européenne (UE) sur les produits chimiques.
Les principaux objectifs de REACH sont d’assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et l’environnement contre les risques que peuvent poser les produits chimiques, la promotion de méthodes d’essai alternatives, la libre circulation des substances au sein du marché intérieur et de renforcer la compétitivité et l’innovation.
REACH fait porter à l’industrie la responsabilité d’évaluer et de gérer les risques posés par les produits chimiques et de fournir des informations de sécurité adéquates à leurs utilisateurs. En parallèle, l’Union européenne peut prendre des mesures supplémentaires concernant des substances extrêmement dangereuses, quand une action complémentaire au niveau européen se révèle nécessaire.
Une meilleure connaissance du cycle de vie des substances médicamenteuse dans l’environnement est indispensable pour mieux suivre les conséquences de leurs utilisations et de leurs rejets. Les enjeux de ces connaissances concernent non seulement la protection de l’environnement et en particulier le bon et des milieux aquatiques et des ressources en eau, mais la santé publique.
Un autre enjeu est celui de l’amélioration, mais aussi du coût des technologies de traitement des eaux résiduelles industrielles ou urbains et des eaux destinées à la consommation.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 23 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos