Retour aux questions Question sur : L’accumulation des médicaments dans les effluents pose des problèmes ! En réponse à :

Sujet : L’accumulation des médicaments dans les effluents pose des problèmes !

R�pondu le dimanche 18 décembre 2016 par Guymard Yoann

Ce dilemme est difficile à résoudre puisque l’impact pour l’être humain est peu étudié ou peu perceptible par rapport aux conséquences sur l’environnement. Les données actuelles sur l’eau potable, les denrées alimentaires sont considérées actuellement comme non offensives pour l’être humain, du fait qu’on ne connaît pas ou peu l’impact sur l’être humain. Ici il est considéré que les sources émettrices de substances actives ne sont pas volontaires puisqu’elles sont issues des excrétions des humains qui sont potentiellement évitables.
La législation en matière de limite d’utilisation de produits médicamenteux n’est pas présente ou très peu pour y instaurer un cadre et ainsi établir des mesures de protection pour l’être humain mais aussi pour l’environnement. Il existe par exemple des autorisations au niveau européen : des seuils très faibles de concentrations d’antibiotiques à usage vétérinaire seront présents dans les produits laitiers. Cependant, il existe une évaluation du potentiel en termes de persistance, de bioaccumulation et de toxicité. On ne trouve pas de directive particulière pour les médicaments à usage vétérinaire et humain. Le manque de clarté ou de décision législative en la matière est un frein pour pouvoir évaluer les risques des sols contaminés et médicaments administrés ou des résidus ingérés par les animaux qui sont destinés à la consommation, comme pour ceux qui sont présents dans les boues d’épuration issues des usines de traitement des eaux usées. Il est nécessaire d’accroître les connaissances pour aider nos décideurs politiques face à ce problème mais aussi de favoriser l’émergence des données et la recherche en matière de nouvelle technologie pour traiter des eaux qui sont destinées à la consommation directement ou utilisées dans le cadre de consommation de fruits et légumes.
Pour cela, les pouvoirs publics doivent agir sur les sources émettrices de médicaments industriels pharmaceutiques, les prescriptions médicales, l’élimination des médicaments non utilisés ou périmés, la consommation médicamenteuse, l’optimisation du traitement des eaux destinées à la consommation comme celle des stations d’épuration.
Il y a ainsi des comportements à adopter dans notre mode de consommation ou de fabrication des médicaments en attendant un accroissement des études sur la faune et la flore, sur les risques sanitaires pour l’être humain et les animaux.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 19 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos