Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le mercredi 18 janvier 2012 par Randremaharison Harilala Sandrine

Les perceptions des risques sanitaires des facteurs environnementaux sur la population sont très diverses. D’un côté, il y a celle qui est plutôt influencée par les idées péjoratives reçues sur la pollution environnementale tel le cas des gens habitant loin de l’incinérateur moderne de l’enquête D4E. Ne connaissant même pas l’incinérateur et les véritables nuisances produites, leur imaginaire surestime largement la nocivité et dangerosité de celui-ci. Cette attitude pourrait être également un effet de la médiatisation qui a été alarmante au sujet des incinérateurs.
D’un autre côté, une population avertie, en parfaite connaissance de la source de pollution et des mesures de gestion qui ont déjà été faites (cas de l’incinérateur moderne déjà mis aux normes), semble accepter son existence dans leur environnement, dont une partie apprécie même les avantages reçus.
Il y a également ce comportement de « NIMBY » qui exclue de leur environnement les sources de pollution auto jugées dangereuses et que cette population est prête à payer elle-même pour cette exclusion. Paradoxalement, cette population est prête à payer moins pour ôter cette source de pollution dans leur environnement et est prête à recevoir des compensations pour les nuisances reçues. Ainsi, elle accepte tout de même d’intégrer la source de pollution en moyennant des avantages relatifs à leur vie. Ceci est également constaté pour les Champlanais qui veulent continuer à vivre dans leur commune multiexposée avec la qualité de vie dont ils bénéficient.
En revanche, certaines études ont établi l’association entre une exposition chronique à faible dose du facteur environnemental sur les risques sanitaires (dioxines de l’incinérateur de Besançon et les lymphomes malins non-hodgkiniens). Ceci rassure de la légitimité des comportements « NIMBY » et des craintes ancrées des installations classées. Aussi, la nécessité des études concernant surtout les expositions chroniques aux faibles doses de facteurs suspectés dangereux s’avère incontournable.
Par ailleurs, des documents destinés au public comme celui qu’a fait l’InVS sur les dioxines qui est informatif, préventif des risques sur les effets sanitaires des dioxines sont tout à fait utiles pour rassurer la population afin que la présence des sources de pollution puisse être acceptée et que les mesures de gestion des risques acquises et bien appliquées. La mise à disposition de tels documents officiels au public contribuerait à élargir à la fois la vision des défenseurs de l’environnement et de l’Etat concernant la pollution environnementale. En effet, les défenseurs opposent une bataille à l’Etat qui exerce des pressions pour l’implantation des installations classées (cas du projet d’incinérateur à Fos-sur-Mer).


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos