Question sur : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité En réponse à :

Sujet : Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

R�pondu le jeudi 30 août 2012 par Rakotonirina MTayda

Les risques et acceptabilité liés aux usines d’incinération d’ordures ménagéres (UIOM) sont traités dans ce TD sous différentes angles. En effet la considération du risque sanitaire lié aux UIOM fait référence aux difficultés méthodologique qui apparaissent lors d’évalution du risque (article sur l’IUOM de Besançon) et la considération de son acceptabilité est plus ou moins révélateur (enquête de la D4E).
La conclusion de l’enquête de la D4E est trés significatif :
" Plus l’incinérateur est loin et moins les gens le connaissent, plus l’imaginaire prend le pas en surestimant l’importance des nuisances."
Plus l’incinérateur est loin plus les gens se sentent non seulement rassurés mais également sécurisés. Les connaissances directes que les gens ont des incinérateurs, entre autres les odeurs ainsi que les nuisances (sonores et visuelles) occasionnés découlent du syndrome NIMBY ( Not In My Backard). Personnes ne souhaitent avoir à côté de chez soi une IUOM ne serait-ce que par les impacts négatives qu’elles engendreraient dans leurs quotidien. C’est une réaction sociologiquement comprise et accepté d’où l’enquête de la D4E qui vise à s’interroger sur cette même question en considération d’aspects beaucoup plus esthétiquse, modernes et réglementaires de nouveaux UIOM. Les résultats de l’enquête prouvent qu’en réalité les connaissances et l’imaginaires que les gens peuvent avoir jouent un rôle trés importants.
Fournir à la population de amples connaissances sur les risques qu’occasionnent un incinérateur facilitent la considération et l’acceptation qu’ils vont en faire.
La plaquette des 65 questions-réponses réalisée par l’INVS est un trés bel outil d’information pour la population qui souhaite de plus en plus savoir quels sont tout les risques auxquels ils sont exposés et surtout quels effets cela peut avoir sur leur santé. Donc le syndrôme NIMBY peut être atténuer par l’apport de la connaissance au pubique. La conclusion de la D4E est assez significatif à ce sujet. De plus le cas du projet d’incinérateur à Fos s/mer aurait peut être pu se faire accepter par la poppulation, si ce projet avait suivit une bonne procédure d’avis de la population c’est à dire de mise à leur disposition d’argument positive sur les impacts de ce nouveau projet. Autrement dit, le refus de ce projet par les habitants est tout à fait compréhensible. Il ya un effet de multi-exposition à différents risques (tel qu’à Champlan), la moindre des choses de la part de la Préfecture aurait été d’impliquer et de rassurer la population en leur apportant des informations trés précises sur ce projet. L’enquête de la D4E est probante : la population a été intérrogé en considération d’un UIOM moderne, esthétique et respectant les réglementations. Dans ce cadre, même ceux qui la subissent ne s’en aperçoivent même plus et demande un faible dédommagement. Donc tout est question d’implication de la population qui souffrent immaquablement du syndrôme de NIMBY est qui ne demande qu’à être informé, rassuré et impliqué dans ce qui peut mettre en danger leur région, leur vie , leur santé.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 22 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos