Question sur : Rappels historiques : Estimation du risque en 1994 En réponse à :

Sujet : Rappels historiques : Estimation du risque en 1994

R�pondu le lundi 30 mai 2011 par Fogou Dongmo Robert

Sur la base des données du dernier recensement réalisé par l’ITSEE, la population potentiellement concernée était alors estimée à environ 7000 personnes. Sur la base des éléments recueillis lors de cette mission, des recommandations avaient été formulées dans le rapport de mission en juin 1994. Sachant que la population de la province Nord est d’environ 45000 personnes et que le CPA a joué un rôle dans la gestion des risques d’exposition à l’amiante, nous pouvons conclure l’étude est bourrée de biais. Cette disparité de chiffre ne nous permet pas de tirer des conclusions objectives. Nous croyons que les résultats de cette étude prêtent à confusion. Elles ne permettent pas de prendre des décisions hâtive. De ce point de vue, en effet, l’État, même s’il n’en porte pas seul la responsabilité, a failli à sa mission de sécurité à l’habitat et au travail. Le ministère de l’environnement, de la sécurité sociale, du travail et toutes autres organismes œuvrant dans l’environnement n’ont pas su analyser la portée du risque amiante ni anticiper ses conséquences. En exploitant les incertitudes scientifiques, au demeurant de moins en moins nombreuses au fil du temps, le CPA a réussi à insinuer le doute sur l’importance du risque de l’exposition à l’amiante et ainsi à retarder au maximum l’interdiction de l’usage de l’amiante. Le CPA, sans doute du fait de son caractère « informel », a démontré une grande capacité d’adaptation. Bien que l’amiante ait été reconnu comme source de maladie professionnelle depuis 1945, son usage n’a été que tardivement réglementé en France, plus tard que dans plusieurs grands pays consommateurs.


Forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

SPIP3  Mise à jour : le 21 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos