Questions

Le volume de distribution d’un xénobiotique est obtenu en divisant la dose administrée (en mg par exemple) par la concentration plasmatique (en mg/l).

Un volume calculé supérieur au volume plasmatique moyen nous fait suspecté une élimination lente ?

ouinon   choisissez oui ou non

Les différences de l’étendue de la toxicité d’un organe à l’autre peuvent être dues :

A l’importance de l’irrigation vasculaire

ouinon   choisissez oui ou non

A l’existence de barrières spéciales qui protègent certains organes

ouinon   choisissez oui ou non

Ou peuvent nécessiter :

La présence de récepteurs et/ou d’enzymes spécifiques

ouinon   choisissez oui ou non

Sont qualifiés d’organes cibles :

Les organes dans lesquels se distribuent les xénobiotiques

ouinon   choisissez oui ou non

Les organes au niveau desquels se produisent les effets toxiques

ouinon   choisissez oui ou non

Les organes capables de métaboliser (activer) le xénobiotique

ouinon   choisissez oui ou non

Le métabolisme des xénobiotiques :

Influence systématiquement la toxicité

ouinon   choisissez oui ou non

Comprend une phase enzymatique dont l’action consiste à rendre les xénobiotiques plus réactifs

ouinon   choisissez oui ou non

Les travaux dirigés

Présentation

Tous les aspects de l’absorption jusqu’à l’élimination des xénobiotiques sont concernés. Nous essayerons de préciser les paramètres importants et leur mesure et de comprendre leur portée.

Cliquez sur la vignette pour voir la figure en grand

SPIP3  Mise à jour : le 19 juillet 2017 | Chartes | Mentions légales | A propos