Pollution du Rhône au PCB

Selon le Cemagref , « Compte tenu des usages nombreux et diffus des PCB dans le passé et du transport atmosphérique, [les pyralènes] sont présents partout dans l� ??environnement1 » . Le milieu aquatique, par son rôle de réceptacle, est un compartiment privilégié d’accumulation des PCB (environ la moitié des PCB présents dans l’environnement). Ils se scotchent sur les sédiments perpétuellement remobilisés, surtout par les périodes de crue des fleuves.

Dans le Rhône, des centaines de milliers de tonnes seraient aujourd’hui contaminés aux PCB. Mobilisés sous l’effet des bouleversements qui affectent le fonctionnement hydrologique du fleuve. Probablement liés au réchauffement climatique, ces sédiments sont remontés en surface lors des crues de 2003. Une autre pollution est à mettre en évidence : la pollution par voie atmosphérique, 50% des PCB disséminés dans l’environnement viennent des eaux de pluie, et finissent dans les stations d’épuration.

Les PCB - polychlorobiphényles, plus connus sous le nom de Pyralène - sont des molécules complexes utilisées de façon massive au sein de l’industrie surtout en tant qu’isolant électrique à partir des années 30. Séduisants pour le monde industriel, ils sont particulièrement dangereux pour l’homme. Ils jouent un rôle de promoteurs dans les processus cancérigènes, entraînent des problèmes de
fertilité, de croissance et une dégradation du système immunitaire. L’exposition de la population aux PCB se fait essentiellement par voie alimentaire (95 à 98 %). Leur rejet dans l’environnement et leur concentration dans les sédiments posent un grave problème écologique : leur structure moléculaire les rend particulièrement persistants dans les écosystèmes.

De plus...pour lire la suite téléchargez le document attaché.

12 Messages de forum

  • Pollution du Rhône au PCB 15 décembre 2010 19:05

    impossible de télécharger la suite

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 26 janvier 2011 02:14

    Contexte ayant permis la pollution dans le cas de l’incendie sont multiple, nous pouvons citer par exemple le transport par les eaux d’extinction des substances qui avaient été entreposées( constituer essentiellement d’insecticides, d’herbicides et de fongicides), le fait que le site industriel Sandoz était équipé d’un réseau d’assainissement qui pouvait être étanchéifié en cas de fuite d’hydrocarbures, mais que ce dispositif n’ai pas été mis en service. En ce qui concerne les PCB la pollution est principalement due au déversement des eaux polluées dans le collecteur public, mais aussi de l’élimination non maitrisées issues des abandons en friches industrielles et dépôts sauvages, ou simple élimination par ferraillage
    Les conséquences immédiates ont été pour l’incendie, la destruction presque total de la faune piscicole du Rhin, le largage des effluents dans le fleuve par certaines entreprises qui avaient profité de l’accident, ce qui eu pour conséquence d’accentuer la pollution, l’adduction d’eau potable à partir du Rhin dû être interrompue pendant 18 jours. Pour la pollution aux PCB, d’énorme quantité de poissons moururent, on fit interdire la pèche, des tonne de sédiments furent contaminer, les eaux du fleuve aussi bien évidemment.
    Comme conséquences a long terme nous pouvons citer, la diffusion de la pollution a d’autre site, la destruction des écosystèmes entier, la contamination de l’homme.
    L’étude de ces deux cas de pollution montre aquel point, l’activité de l’homme peut avoir un impact dévastateur sur son environnement, surtout lorsque ce derniers ne se soucie pas de prendre des précaution de l’ensemble des processus liés a ses activées nous devons constatons malheureusement que dans certain cas les pouvoirs publics ont tendance sous-estimés, voire occultés les risques liés à une activité surtout s’il y a des enjeux économiques énormes et ne ce décide a prendre des mesures de protections qu’après que des catastrophes comme celle de Bâle ne soit survenues.
    Car nous constatons que ce n’ai qu’après cette catastrophes que les pouvoirs publics, les entreprises, et même les populations prirent consciences de l’importance de la mise en place de moyen de protection a travers divers processus visant à réduire au maximum tout risque pour l’environnement ce qui dans un sens constitue une grand pas.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 3 juillet 2012 23:20

    Le PCB ou pyralène est une molécule complexe utilisée comme isolant électrique dans les années 30 c’est un polluant organique persistant bioaccumulable.Le PCB est un promoteur dans le processus de cancerigène il pose aussi des problèmes de fertilité de croissance.L’exposition de PCB se fait par voie alimentaire en consommant les poissons contaminés.
    Le PCB s’accumule dans le sédiment en fonction des facteurs hydrologiques vitesse d’écoulements ,en fonction de la composition des sédiments en COT.Dans l’organisme humain il s’accumule dans les graisses.
    La reglementation a été progressive mise en place, elle a debuté en 1979 avec l’interdiction du PCB dans les systèmes ouverts et une interdiction définitive par la destruction définitive en 2010. Le PCB est éliminé par les incinérateurs dans une installations classées malheureusement la gestion des déchets a posé d’énormes problèmes car rejetés dans les collecteurs publics de la zone industrielle qui se jettent dans le fleuve Rhone.Le taux de rejet est fixé à 1,5 Kg de PCB/jour a entrainé une contamination importante du sédiment et du poisson qui a deppassé la norme OMS de 8 Pg/g de chaire.Cette étude nous revèle que les risques de PCB dans les sédiments comme un problème de santé publique a été sous estimé voire occulté
    les études d’impacts ont été defaillantes car les rejets d’incinérateur a cotaminé dépassé dans la chair des poissons de très loin les normes OMS.
    Cette contamination a détruit toute l’économie de la filière de la pêche d’eau douce et la pêche des loisirs.Comment dédommager cette filière et en même temps comment résoudre le problème de décontamination.L’étude des sédiments a permis de dater les périodes de contamination .La contamination est moins importante dans les couches profondes (40cm) qui date de 85ans et est plus importante dans les couches superficielles et cela s’explique par les crues.La législation n’a pas été contraignante en plus il n’y apas eu de programme de surveillance des rejets par des instances publiques.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 4 juillet 2012 15:43

    La note de synthèse sur les deux textes est envoyée par e-mail
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 5 juillet 2012 09:08

    La pollution du Rhône au PCB et l’incendie du dépôt de Sandoz à Bale sont deux des plus importantes contaminations de l’histoire des cours d’eaux en Europe…
    Alors que la pollution au PCB a été un processus lent et progressif faisant intervenir une substance chimique, le pyralène : un produit persistant et accumulable dans les milieux aquatiques et qui contamine l’homme à travers les aliments, l’incendie de Sandoz à Bale a été une pollution spontanée et massive impliquant les substances médicamenteuses diverses allant des anesthésistes volatiles aux antibiotiques nocifs pour la faune et la flore aquatique.
    Ceci dit l’incendie de Bale a entrainé une pollution aiguée qui a détérioré la chaine alimentaire à partir des effluents constituées par les eaux déployées par les pompiers pour éteindre le feu et qui ont transporté les stokes de médicaments calcinés ou non dans le fleuve. Le choc écologique a été brutal avec la disparition de la microflore et la mort directe ou indirecte des invertébrés aquatiques, des poissons et des reptiles. L’homme se contamine en consommant le poisson et l’eau polluée du fleuve.
    Pendant ce temps la pollution au PCB est le résultat d’une contamination lente et chronique issue des eaux de la pollution atmosphérique à 50% par des eaux de pluies provenant des stations d’épuration. Le pyralène se retrouve scotché sur les sédiments remobilisables par le régime hydrographique et le passage au poisson qui contamine l’homme à son tour.
    L’impact sanitaire est grave dans les deux cas, insidieuse et chronique pour le PCB et particulièrement aiguée pour les substances médicamenteuses.
    L’action publique est urgente et prompte dans le cas de l’incendie de Bale : elle vise l’interdiction de la consommation des eaux et du poisson en provenance du fleuve pollué et secondairement la dépollution et la reconstitution de l’écosystème. Par ailleurs l’action préventive d’une telle catastrophe porte sur la construction des réservoirs de collecte des eaux d’extinction du feu et de son épuration avant le déversement dans la nature dans le cas d’un probable incendie.
    Dans le cas du Rhône l’action publique efficace doit porter sur la durée, la pollution étant chronique et insidieuse. Il s’agit d’interdire la consommation des eaux et du poisson du Rhône, de la règlementation du rejet industriel du PCB et de l’extraction du pyralène des eaux de pluie à leur passage dans les stations d’épuration.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 15 juillet 2012 16:48

    Ces deux contaminations environnementales dues à des pollutions industrielles ont des répercussions extrêmement importantes pour l’écosystème.
    Nous avons à faire à deux contaminations différentes :
    -  en ce qui concerne la pollution du Rhône par les PCB, nous sommes en présence d’une toxicité sur le long terme, une toxicité chronique qui ne peut être traitée qu’à la source en diminuant l’usage des substances responsables. Elle est donc complexe à combattre car l’origine est souvent difficilement identifiable. Les PCB ne sont pas solubles, ils ne sont pas biodégradables, ils s’accumulent dans les sédiments. C’est une sorte de pollution invisible, dont on ne commence à prendre conscience que lorsque la contamination est excessivement importante. En effet, le rapport du Cemagref a conclu que les sources de contamination étaient « anciennes, multiples et difficilement identifiables ».
    -  Alors qu’avec l’incendie de Sandoz à Bale, il s’agit d’une pollution ponctuelle ayant un caractère immédiat et qui provient d’une source bien identifiée en l’occurrence accidentelle puisqu’il s’agit d’un incendie. En effet, le Rhin a été contaminé par les eaux d’extinction qui contenaient des insecticides, des herbicides et des fongicides, du mercure et d’autres produits toxiques. Le sous-dimensionnement des bassins de rétention a directement conduit au déversement des eaux polluées dans le Rhin et a provoqué la destruction de son écosystème. En effet, on a assisté les jours suivant à la destruction de la majeure partie de la faune invertébrée, ce qui a profondément perturbé la chaîne trophique aquatique. Il fut possible de suivre le passage de cette onde toxique.

    Une fois la contamination détectée, il faut l’évaluer, la délimiter, la chiffrer et prendre les mesures de protection les mieux adaptées pour l’homme ainsi que pour l’environnement.

    - L’appréciation de la pollution va s’effectuer de la même manière pour ces deux cas. L’évaluation de la contamination va se faire à partir d’espèces halieutiques qui vont s’avérer être d’excellents indicateurs de la contamination chimique des cours d’eau.
    En effet, les organismes des milieux marins, les mollusques, les crustacés, et les poissons ont été largement étudiés sur la base du postulat que les niveaux de contamination mesurés dans leurs tissus ou organes, est le reflet de la contamination ambiante. C’est la notion d’espèce indicatrice de la qualité du milieu.
    De plus, ce sont aussi des vecteurs de contaminant pour l’homme, ce qui va déterminer les autorisations ou non pour la pêche.

    - Pour délimiter les zones de contamination, on va également s’appuyer sur les poissons et sur les sédiments, ce qui va permettre d’évaluer l’étendue géographique de ces catastrophes.

    - Il faut ensuite chiffrer les pertes ainsi que les coûts de la décontamination.
    Dans le cas de la contamination au PCB, il va falloir établir le coût de l’interdiction de la pêche ainsi que l’indemnisation des pêcheurs, le coût de la décontamination comme par exemple le traitement des sédiments du Rhône…
    En ce qui concerne l’incendie de l’entrepôt de stockage de l’entreprise Sandoz, le coût des dommages et des réparations a été estimé à 141 millions de Francs Suisses.

    - Mesures de protection : pour le PCB, rappelons que les risques liés aux PCB ont été longtemps ignorés par les pouvoirs publics, il faudra attendre 25 ans pour qu’il soit interdit (1987) mais il persiste encore des sous produits pollués aux PCB qu’il faut éliminer par incinération. Les principales mesures vont porter sur l’interdiction de la pêche dans le Rhône, sur le traitement des sédiments du fleuve.
    En ce qui concerne la firme Sandoz, cet accident a engendré un grand nombre de changements et de prises de conscience du risque.
    L’entreprise a analysé tous les risques relatifs à la fabrication ainsi que le stockage de tous ces produits. Elle a également mis en place pour chacune de ces unités de fabrication, un bac de rétention des eaux d’extinction.
    Cet accident va également conduire à l’instauration de registres des risques pour chaque installation dangereuse, mais également une obligation pour chaque groupe chimique, de mesurer leur impact direct sur l’environnement.
    Des mesures draconiennes ont été prises afin de « redonner vie » au Rhin.
    Ce terrible accident provoqua non seulement en Suisse mais dans de nombreux pays limitrophes, une nouvelle approche du risque industriel, celui-ci est en effet mieux maitrisé qu’avant l’accident.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 19 août 2012 12:46

    Nous avons 2 cas de pollution dont la gravité touche le milieu aquatique ainsi que la santé publique. L’accident de Bâle a été fort et immédiat dans les impacts et les conséquences. Tandis que la pollution du Rhône provient de déversement progressif de PCB dont les résultats résident dans la forte concentration de ce polluant chimique industriel dans le fleuve impliquant des conséquences alarmantes ayant pu être retardés, voire même évités.

    La notion de temps et d’instant a joué vraisemblablement un rôle important dans les 2 cas, mais pas dans le même sens. L’impact de l’incendie de Sandoz s’est fait ressentir immédiatement par le déversement des biocides dans le Rhin et s’est tout de suite suivi par l’empoisonnement et la mort de la quasi-totalité de la faune piscicole du fleuve. Cette indicateur qu’à représenter le nombre/le taux de mortalité de la faune piscicole ainsi que le taux de biocides présent dans l’eau (colorés par les marqueurs rouges des biocides), à provoquer la prise de conscience direct de la pollution et de ces conséquences par toute la population et les médias des pays limitrophes du fleuve et à participer incontestablement à la résolution rapide du problème par les autorités publiques. Les objectifs ont été établis pour être atteint à court terme et surtout pour éviter une catastrophe sanitaire.
    Pour la pollution du Rhône, bien que la première pollution ait été répertoriée depuis 1985 aucune mesure draconienne n’a été prise pour réduire graduellement les concentrations déversées par les usines de décontamination. Les rapports du WWF et du CEMAGREF informe d’une interdiction de pêcher, le taux de contamination retrouvé dans les poissons ainsi que celle détecter dans les sédiments étant largement supérieur à la dose fixé par l’OMS.
    Le taux de contamination au PCB détectable dès le départ dans les poissons et les sédiments est un indicateur qui aurait dû avertir les autorités, surtout que les concentrations sont fortes et que les mouvements des crues étendent la pollution. Contrairement au cas de Bâle, la contamination n’a pas causé de perte en termes de mortalité piscicole, mais il y a eu un cas d’intoxication dans la population chinoise. Il y a une incohérence totale vis-à-vis de l’inaction des pouvoirs publics qui laisse à penser que sans véritable et grande catastrophe écologique ou sanitaire il n’y a pas lieu de prendre cette pollution au sérieux.
    Effectivement l’accident du Rhin a concerné plusieurs pays limitrophes, des craintes liées à une intoxication alimentaire et le spectacle morbide d’un fleuve empoisonné et intoxiqué, ceux qui n’a laissé aucune place à la passivité de la part des autorités, de la pression des médias et des populations. Pour le Rhône aucune incidence visible et gravissime dans l’instant n’a intéressé et n’est considéré à sa juste gravité par les autorités. En effet, les pêcheurs sont les seuls victimes économiques pour le moment, les poissons ne sont pas encore morts d’empoisonnement et il n’y a pas eu assez de victimes d’intoxication alimentaire. Lorsque ce sera le cas, le regret ne viendra qu’après car les conséquences risque d’être beaucoup plus dramatiques et couteux. En peu de temps le cas de Bâle a été réglé dès la source (modification de la méthode de stockage, registre des risques, législation sur les rejets, traitement de dépollution des sols, décontamination du fleuve, ect….). C’est ce qui attendra surement le cas du Rhône.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 31 août 2012 21:31
    • Pollution du Rhône au PCB 22 mars 2015 14:59, par Makosso Georges

      ‘’Pollution du Rhône au PCB’’
      Les années ‘’80 ’’ sont marqué en Europe par une diversité d’accidents d’origine industrielle .C’est le cas de Sandoz en suisse en …,Rhône en France en … ,Tchernobyl en Urss …dont les conséquences furent dévastatrices dans les pays respectifs et au delà des frontières .Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre cas, il s’est posé le problème de la pollution de l’environnement. C’est dans ce contexte que nous portons des analyses profondes sur les accidents de Rhône et Sandoz .Du reste ,quelles sont les circonstances de ces deux accidents ?Quelles en sont les impacts ? Répondre à ces deux interrogations, c’est vouloir identifier les raisons et ensuite analyser les effets avant d’en tirer les conclusions partielles ou définitives.
      L’accident de Sandoz en suisse(1986), est le résultat du mauvais stockage de produits chimiques qui a entrainé la pollution des eaux du fleuve Rhin. En effet, les eaux d’extinction contenait les substances toxiques comme le mercure. En 1985 ,en France, le mauvais traitement des déchets laisse entrainer un grand rejet des PCB dans le Rhône polluant a cet effet les eaux du fleuves et tout le reste de la faune et de la flore qu’il contient .Les deux accidents ont eu des impacts tant négatifs que positifs sur l’environnement .En effet, ces accidents ont entrainé la dégradation des vies humaines menaçant ainsi le quotidien des riverains par la chaine alimentaire ;voie essentielle de la contamination. L’inconscience professionnelle s’exprime par la volonté des autres acteurs industriels d’aggraver la pollution du fleuve Rhône. En exemple ,certaines Entreprises ont profité de se débarrasser de leurs effluents en les larguant dans le Rhin, facteur aggravant du risque de pollution .
      La préservation des vies humaines pour un environnement sain devrait subsister par la mobilisation des capitaux afin de procéder a une réelle décontamination des fleuves de l’amont à l’aval .La contamination des écosystèmes aquatiques aux PCB influent sur le secteur de pêche .
      Sur le plan juridique , l’OMS a autorisé la consommation du poisson à une concentration de 8pg/g .une grande évolution se fait remarquer par des notes préfectoraux ,des arrêtés et des mesures sur la responsabilité environnementale, des lois sur les polluants organiques persistants…En exemple la suisse à travers l’accident de Sandoz de 1986 ajouta des ordonnances pour renforcer la législation en matière de prévention des incendies ,à Rhône ,les PCB sont interdits dans les systèmes ouverts.Parailleurs l’action publique se laisse révéler par la création d’un réseau de 8 stations d’alerte faisant du Rhin le fleuve le plus propre d’Europe et le Rhône par syllogisme.

      Répondre à ce message

  • Les deux cas de pollutions industrielles dont il est question ici sont pratiquement similaires et terme d’ampleur et de contamination.
    Nous pouvons affirmer que ces deux cas résultent de la négligence des responsables industriels et autorités compétentes chargés de veiller sur la prise en compte de la protection de l’environnement dans leurs travaux.Pour le cas de la pollution du Rhône qui est d’une ampleur particulièrement grave la contamination provient de plusieurs sources d’ampleurs différentes:Amont Sault Brenoz (inconnu),Bourbre (sites contaminés historiques ect...
    Et cette contamination part depuis l’usine jusqu’au fleuve ainsi que les poissons et autres d’où l’écosystème et les hommes.
    L’incendie dans une zone industrielle de Bâle qui a engendré une pollution de grande ampleur et de plusieurs sources est du à une mauvaise politique de la prise en compte de la protection de l’environnement de cette zone industrielle ou les eaux d’extinction ont drainés toutes sortes de produits hautement chimiques jusqu’au Rhin comme le mercure et les dégâts écologiques avec des répercussions biologiques très graves qui se sont étenduent jusqu’au Pays Bas.

    Répondre à ce message

  • Les deux cas de pollutions industrielles dont il est question ici sont pratiquement similaires et terme d’ampleur et de contamination.
    Nous pouvons affirmer que ces deux cas résultent de la négligence des responsables industriels et autorités compétentes chargés de veiller sur la prise en compte de la protection de l’environnement dans leurs travaux.Pour le cas de la pollution du Rhône qui est d’une ampleur particulièrement grave la contamination provient de plusieurs sources d’ampleurs différentes:Amont Sault Brenoz (inconnu),Bourbre (sites contaminés historiques ect...
    Et cette contamination part depuis l’usine jusqu’au fleuve ainsi que les poissons et autres d’où l’écosystème et les hommes.
    L’incendie dans une zone industrielle de Bâle qui a engendré une pollution de grande ampleur et de plusieurs sources est du à une mauvaise politique de la prise en compte de la protection de l’environnement de cette zone industrielle ou les eaux d’extinction ont drainés toutes sortes de produits hautement chimiques jusqu’au Rhin comme le mercure et les dégâts écologiques avec des répercussions biologiques très graves qui se sont étenduent jusqu’au Pays Bas.

    Répondre à ce message

  • Pollution du Rhône au PCB 6 décembre 2016 09:53

    Nous sommes ici dans un contexte de pollutions d’origine industrielle, mais de nature differente. ces pollutions ont des conséquences graves sur la santé humaine et le milieu aquatique, grand réceptable des polutions chimiques.

    - A BALE , il s’agit d’un incendie où les eaux d’extinction auraient transporté des produits hautement toxiques ( phosgène, biocide, herbicide, fongicide...) vers le Rhin, contaminant ainsi ce fleuve et sa faune.

    - A RHONE, il est question du déversement progressif et régulier des PCB dans le fleuve. ces PCB sont persistants, bioaccumulables et ne sont pas dégradables, d’où la gravité des dommages.

    les conséquences de ces pollutions ont été importantes. La présence de biocides dans le Rhin a donné une couleur rouge à l’eau, la faune piscicale a été presque totalement détruite, l’adduction en eau potable venant du Rhin a été interompue pour un moment, l’entreprise a vu son image etre ternie et plus loin il y a eu un choc de la conscience des populations.A Rhone, nous avons aussi un écosystème dévasté avec des prélèvements mettant en évidence des poissons contaminés à une dose 40 fois supérieure à la dose acceptable. En plus de toucher à l’intégrité des écosystèmes ces pollutions affectent à long terme la santé humaine. le PCB est cancérigène, entraine des problèmes de fertilité, de croissance et de dégradaqtion du système immunitaire. pareillement, les biocides dans le Rhin entrainerait des intoxications alimentaires.

    - Ces deux cas de polloutions nous montrent que l’activité de l’homme a des conséquences graves sur l’environnement lorsque des mesures ne sont pas prises à l’avance pour éviter le pire.Mais il est à noter que ces situations ont conduit à des conclusions positives. A BALE , par la suite il y a eu la création d’un directoire spécialisé dans la gestion des crises, la création d’un réseau de 8 stations d’ alerte, la création d’un fond Sandoz. Il ya aussi eu des conclusions juridiques optimales tel que le rajout des ordonnances fédérales spécifiques aux catastrophes industrielles au droit de l’environnement de 1985, et la protection des eaux fixant la lutte contre l’incendie, la protection des eaux de refroidissement faisant du Rhin le fleuve le plus propre d’Europe. Toutes ces mesures visent à mettre en place un systèmes de surveillance afin d’ éviter que pareille situation ne se reproduisent. A Rhone au conraire, les pouvoirs publics ont dénié les faits, sous estimant meme l’ampleur des risques liés aux PCB ; C’est ainsi qu’aucune mesure publique n’a été prise à temps si oui tardivement. Mais le WWF-France a inciter le pouvoir public à agir en exigeant des réponses et des actions concrètes. pour cela il y a eu des interdictions de la peche, le traitement des sédiments, une étude sur les effets des PCB sur la santé et une indemnisation des pécheurs.

    Répondre à ce message

Poser une question

Voir en ligne : Texte complet de l’article

P.-S.

Texte publié par le WWF-France sur son site

SPIP3  Mise à jour : le 20 novembre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos