Gêne, santé perçue et qualité de vie

Revenons sur la gêne et son lien avec la perception de l’environnement pour en étudier d’autres aspects. Une simple comparaison de la gêne exprimée en fonction du niveau de bruit des rues étudiées, montre que le niveau sonore est prédictif en situation de rues bruyantes, alors que d’autres descripteurs ressortent dans les rues plus calmes, tels que sensibilité, durée de séjour quotidien au domicile, nombre de véhicules... Ceci fait écho aux résultats d’une autre étude, exprimée en fonction des unités urbaines. A un corpus de données déjà concluantes sur la dimension et la complexité du problème des impacts sanitaires du bruit, viennent s’ajouter de nouveaux résultats. Certaines études tendent à complexifier la relation entre bruit et santé en mettant en avant de nouveaux facteurs de confusion (ou encore modificateurs/modérateurs en accord avec l’approche défendue dans ce cours).

Ainsi, dans une étude portant sur les sujets de la cohorte suisse SAPALDIA [1], les auteurs montrent des effets différentiels pour le sexe, le niveau d’éducation ou l’indice de masse corporelle, sur la gêne rapportée par rapport au trafic routier. Les mêmes auteurs insiste sur le lien entre la gêne exprimée et la santé perçue, évaluée au travers du questionnaire SF362 qui s’est avérée significative pour la majorité des scores, ce qui traduit la dégradation de la qualité de vie en lien avec la santé. Pourtant, le schéma conceptuel qu’ils proposent ne se distingue pas vraiment des précédents. Il confirme la place de la gêne en tant qu’atteinte à la santé en soi, mais aussi en tant qu’intermédiaire vers le développement d’autres pathologies. Il en est de même pour les dimensions évaluatives perceptuelles et le caractère modérateur de variables individuelles ou contextuelles.

L’approche qualité de vie, dans la mesure où elle touche un des déterminants-clés de la santé, le bien-être, reste très fertile, mais nécessite de dépasser la simple cartographie sonore. Nous ne citerons ici que quelques exemples qui proposent d’enrichir notre capacité à anticiper les réactions des populations vis-à-vis d’options d’aménagement, la réalisation d’équipements ou d’infrastructures. Une liste d’indicateurs décrivant l’exposition au bruit, à domicile et pendant les déplacements quotidiens, a été proposée, en lien avec la gêne exprimée, la satisfaction résidentielle et la densité de trafic rapportée. Les auteurs ont démontré le lien entre l’intensité du trafic rapportée d’une part, la gêne exprimée et la qualité de vie autour du domicile et font des préconisations intéressantes sur la manière d’appliquer les modèles de régression logistique (l’ordre d’introduction des variables influence le résultat). Ceci permet d’élargir la notion d’exposition, limitée à la mesure en façade, qui s’avère plus faiblement prédictive. Finalement on rejoint la discussion sur les facteurs potentiellement atténuateurs de la gêne exprimée, en fonction de paramètres situationnels comme l’accès à des zones calmes, qu’ils soient représentés par la disposition du logement (arrière cours calme) ou le quartier. La principale conséquence concerne le type de questions à poser dans les enquêtes, qui ne peuvent se limiter à la seule gêne exprimée face au bruit et le focus de l’enquête qui se base sur les trajets courants (courses, école, etc.).

Toujours à la recherche d’indicateurs pertinents par rapport à la configuration locale, citons les propositions de Klæbœ et al. sur la possibilité de dériver un indicateur d’exposition ajusté sur le paysage sonore du quartier. L’ensemble des paramètres utilisés dans cette étude, niveau sonore maximal du quartier, intensité mesurée au niveau de la façade la plus exposée et la différence entre les deux, utilisés dans le contexte d’une cartographie stratégique, permettrait de mieux tenir compte de la configuration locale (effet protecteur d’une rangée de bâtiment, arrière cours calme, etc.). Son application n’a de sens qu’à condition de modéliser la situation à l’échelle du logement. Cette approche pourrait permettre une meilleure prédiction en matière d’aménagement et d’urbanisme.

Poser une question

Notes

[1Swiss cohort study on air pollution and lung diseases in adults

info portfolio

GIF - 43.1 ko
SPIP3  Mise à jour : le 29 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos