De l’Irreversibilité à la Concertation

SECTION 1 - INTRODUCTION GÉNÉRALE [1]

1.1. Le contexte et les enjeux Les études de prospective ont suscité, dans les années 1990, un regain d’attention qui s’est opéré dans les deux champs de la politique environnementale et de la politique technologique, rapprochés par la mise en œuvre des politiques de développement durable. En effet, si les avancées technologiques, moteur de la compétitivité, vont se multiplier à une vitesse inconnue dans la première moitié du 21ème siècle (IPTS, 1999), elles seront aussi de plus en plus porteuses de risques, notamment du point de vue de leurs effets environnementaux. Citons, par exemple, les pollutions émanant de certains processus de production industrielle (produits et sous-produits chimiques, fuites accidentelles, exposition des travailleurs aux produits toxiques, etc...), des filières énergétiques fossiles (pluies acides, émissions de gaz à effet de serre), de l’électronucléaire (risques d’accident, transport de stockage de déchets, etc...), des biotechnologies, notamment des organismes
génétiquement modifiés. L’innovation technologique engendre aussi de nouveaux risques pour la société et peut donc conduire à de nouvelles formes de pollution (exemple dans le passé : CFC, pot catalytique, etc..). Ainsi, de nombreux auteurs insistent sur le fait que si les avancées technologiques vont se multiplier à une vitesse inconnue dans la première moitié du 21ème siècle, elles vont aussi créer de plus en plus de risques, notamment du point de vue de leurs effets environnementaux.

On peut d’ores et déjà donner ci-dessous quelques illustrations d’innovations prévues dans divers secteurs pouvant poser, à terme, de nouveaux défis à l’environnement :
- Un accroissement potentiel de la consommation de pétrole, de gaz et/ou de charbon et les émissions de combustion en résultant et les déchets de mâchefer, par exemple à
travers l’introduction de transport supersonique.
- Un accroissement potentiel de l’utilisation de matériaux bruts rares (surtout le métal) qui pourrait résulter de la mise en œuvre des systèmes d’information et de communication.
- Un accroissement potentiel des émissions liées à l’agriculture (élevage) intensive.
- La génération possible de nouveaux déchets complexes, difficiles à évaluer et provenant de l’usage des composites métalliques-matrix et de la fission nucléaire.
- L’utilisation de davantage d’espaces due par exemple à de nouvelles infrastructures de
transport.
- De nouveaux problèmes environnementaux et sanitaires liés, d’une part, à la propagation généralisée de la nourriture génétiquement modifiée pour produire de nouvelles catégories de plantes et d’animaux ; d’autre part, à leur arrivée sur le marché (selon les différentes prospectives technologiques internationales, vers 2025, ces produits constitueraient 30% de la consommation alimentaire pour nombre de pays).

La suite est en téléchargement - Attn 250 pages, 6 Mo

Poser une question

Notes

[1la partie la plus intéressante dans le cadre de ce cours est la Section 4

SPIP3  Mise à jour : le 23 mai 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos