Les études

Question n°1 (les études)

Points positifs : exposition individuelle / cartographie fine / protocoles discutés avec les populations…
Points faibles : Pas de mesure des « pics » sonores, pas de mesure les jours de départ en vacances, durée de mesures/ prélèvement jugées pas assez longue, pas représentative….

Quels sont, selon vous, les points forts et les points faibles des protocoles des études ?

195 Messages de forum

  • Question n°1 (les études) 8 avril 2010 15:43

    Points forts des protocoles :
    - Mise en application de certaines directives européennes telles que LDEN et LN
    - Mobilisations de plusieurs organismes à compétences spécifiques comme Airparif, afsset, InVS pour une étude complète des expositions des champlanais aux différents facteurs de risques.

    Points faibles des protocoles :
    - Établir l’effet cocktail des expositions
    - Impossibilité d’une étude épidémiologique à cause de la faiblesse de la taille de l’échantillon
    - La durée de l’étude

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 8 avril 2010 21:39

    Les points forts :
    - ensemble d’études permettant de croiser des informations et résultats pour déterminer des effets
    coktails : le but de l’ensemble des études est unique
    - rapprochement avec les outils et concepts des sciences sociales,
    - collaboration entre agences,
    - démarche participative et inclusive
    - implication politique,
    - des protocoles innovants : utilisation de capteurs individuels pour des prises de mesures
    régularité des informations avec les populations et mairie,
    - mesure de l’intensité et de la dispersion des nuisances

    Faiblesses :
    - les protocoles semblent ne pas avoir été validés par l’ensemble des acteurs, ce qui a donné lieu à
    des contextations par la suite ;
    - le délai relativement court des études,
    - la non inclusion d’études épidémiologiques,

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 11 avril 2010 00:25

    L’étude dans l’ensemble est impressionnante, les points forts des protocoles d’étude sont :
    - L’implication et la participation de la population à l’étude.
    - Des réunions sur l’état d’avancement des études.
    - Lettre d’information qui est actualisée régulièrement.
    - La concertation entres les différents acteurs (experts scientifiques, élus et population)
    Les points faibles :
    - L’effet coexposition n’a pas été abordé.
    - La période d’étude n’a pas tenu compte des variations saisonnières qui peuvent influencer significativement les résultats.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 avril 2010 21:01

    1.Points forts
    - Restitution des études
    - Compte-rendu de réunion mis à la disposition du public
    - Lettre d’information mis en place dès le lancement du programme
    - Site internet(support pour le relais des informations)

    2.Points faibles

    - Echantillon non représentatif
    - Durée des études courtes
    - Période choisie pour les études
    - Aucune proposition de moyens de protection ou de prévention contre ces nuisances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 avril 2010 23:24

    Etude pollution atmosphérique, points forts : maillage précis du territoire avec 88 points de mesure..., durée des mesures suffisamment longue pour être pertinente 6 semaines...., plus analyse du cadastre donc de bases existantes et utilisation de modèles connus pour dissocier la contribution des sources : l’ensemble donne une étude sérieuse et solide. Points faibles : ?
    Etude de la pollution électromagnétique : quelques points faibles : à mon avis, échantillon de volontaires un peu trop faible et possibles imprécisions car l’étude demande un remplissage soigneux d’un questionnaire à corréler aux mesures ( on peut penser que les détails sont plus ou moins bien notés et plus ou mojns simultanément aux mesures) ; points forts faisabilité des mesures estimée préalablement
    Etude sociologique : points forts : interlocuteurs bien choisis c’est à dire quelques personnes clefs (maire etc...)et communication avec les habitants en direct sur la base d’un questionnaire commun , plus par le groupe de travail des habitants ont été consultés tout au long de l’étude , ce qui est important car ils sont directement concernés et porteur du projet .
    etc..

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 16 avril 2010 20:39

    points forts des protocoles : les protocoles d investigations ont tenu compte de l’ approche sociologique en intégrant les habitants dans de Champlan la procédure. il en ainsi des la stratégie de communication mise en place : reunion publique ; lettre d’information ; site internet de la commune.

    points faibles : la durée des investigations n’est suffisante il faut envisager les effets de ses nuisances à long terme pour des expositions sans effets de seuil.les études sur les bruits et et la pollution devraient etre faite en période de grands traffics.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 17 avril 2010 11:07

    - Etude sur la pollution atmosphérique : la grande densité de points de mesure, l’extension de l’étude aux communes limitrophes, l’utilisation des données pré-existantes (cadastres des émissions) dans l’optique de dissocier les différentes sources de polluants. Les points faibles peuvent être le choix d’un petit nombre de polluants, la réalisation de l’étude hors des périodes de pointe du trafic routier.
    - Etude d’exposition individuelle aux polluants : les points forts sonts l’inclusion de Champlanais dans une étude plus large sur l’exposition des franciliens permettant donc des comparaisons, le souci de prendre en compte l’air intérieur, le couplage de mesures en hivet et en été ; on peut critique r la faibless de la taille de l’échantillon et sa non-représentativité de la population franciliennne et champlanaise.
    - Etude d’exposition au bruit : le protocole associe modélisation à partir des infrastructures émettrices et mesures acoustiques sur le terrain et est soucieux de se confrmer aux exigences européennes en la matière ; par contre il ignore complètement la gène non auditive au niveau individuel, une étude de ressenti des nuisances sonores aurait été utile.
    - Etude d’exposition aux champs magnétiques : l’utilisation de dispositifs permettant la distinction entre les différentes sources émetrices, la bonne prise en compte du contexte local avec surreprésentation des riverains des lignes T.H.T. sont à souligner ; le gros point faible est la restriction du champ d’étude aux basses fréquences, d’où des résultats parcellaires et interdisant toute liaison avec le volet sanitaire.
    - Etude sociologique : le point fort en est le choix de procéder par entretien en face à face avec questions ouvertes, et d’avoir réalisé en prélable une première phase d’entretien "ciblés" avec des "personnes-clés" afin de bien cerner la problématique. Les critiques peuvent porter sur les critères de sélection et le faible nombre de familles retenues, qui aboutissent à des groupes hétérogènes et difficiles à typer.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 avril 2010 02:39

    Points forts :
    - approche pluridisciplinaire
    - échanges entre les parties prenantes
    - implication précoce de la population tout au long du processus d’investigation
    - bonne coordination entre acteurs de l’investigation et acteurs de la gestion des risques tout en respectant la séparation des rôles
    - retour d’expérience

    Points faibles :
    - réponse partielle des outils épidémiologiques classiques
    - limites des investigations des clusters (estimation de l’excès de pathologie et compréhension de la distribution de cancers sur le territoire)
    - difficulté à caractériser un lien de causalité entre exposition environnementale suspectée et pathologie avérée

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 avril 2010 10:39

    Les points positifs :
    - les études ont permis de donner une réponse à la population sur le niveau de la pollution (sonores, athmosphériques...)et de les rassurer.
    - le niveau de stress a diminué après que les résultats aient été révelé.
    - L’identification des sites où la pollution athmosphérique est le plus élevée et du niveaux de nuisances globale pour le village

    Les points négatifs :
    - les études ne sont pas complètes (aucune étude pathologique, épidémiologique...) et ont été faites pour une courte durée
    - le manque d’échantillon pour une étude extensive (3000personnes nécessaires pour 2500 Champlanais)
    - les études ne sont pas approfondis et manques cruellement de détails

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 20 avril 2010 21:09

    Les protocoles d’étude ont été définis pour tenter de fournir des réponses aux préoccupations des Champlanais dont la principale est l’impact des pollutions sur leur santé et en particulier l’effet cocktail.

    Points forts :
    D’une manière générale, les protocoles ont couvert l’ensemble des sources de pollution.
    Pour chaque source de pollution les études ont été assez bien réparti dans l’espace.
    Les protocoles ont dans l’ensemble été établis de telle sorte qu’ils intègrent les Champlanais.

    Points faibles :
    L’effet cocktail n’est pas pris en compte, ce qui laisse les Champlanais encore perplexe.
    Le temps d’étude n’est dans l’ensemble pas indiqué pour chaque protocole
    Les études ne sont pas suffisamment étalées dans le temps, il peut bien y avoir des impacts dûs au cumul d’exposition.
    La taille des échantillons me paraît trop restreinte

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 avril 2010 01:18

    points forts études multidisciplinaire ,études étalés sur le temps, mesure quantitative de certains polluants, dresser des cartes des nuisances
    points faibles juste quelques polluants atmosphériques qui ont étés mesures, le temps était un peu court, on n a pas pris en compte des donner historiques sur certaines maladies lie a la pollution dans les eudes.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 avril 2010 15:39

    Les points forts des études, c’est la multiplicité des études menées en parallèle allant des mesures de l’exposition à différents polluant à l’étude sociologique sur la perception du problème par les habitants. En revanche, il n’y a pas d’étude sur les impacts sanitaires que peuvent subirent les habitants de cette commune.
    Pour l’étude sur la pollution atmosphérique la campagne de mesure à été réalisée uniquement en Hiver, étant donné la forte influence des conditions météorologiques sur le niveau de pollution, on peut s’interroger sur l’extrapolation à l’exposition annuelle.
    Les campagnes de mesure de l’exposition aux ondes magnétiques et aux polluants portent sur un nombre très limité de personnes.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 avril 2010 11:23

    les points forts de des protocoles des etudes reste :
    permet d’identifier le vrais probleme en vue de proposer les solutions qui peuvent soulagées et/ ou remédié le probleme
    tan disque les points faibles peuvent êtres la stigmatisation

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 avril 2010 12:16

    le point fort selon moi c’ est laspect santé environemental, le risque liés aux nuisances de divers forme et le point faible c’ est le faite que champlan garde encore l’ image d’ un village multi exposé

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 avril 2010 12:25

    Les points faibles :
    - Les petits nombres de cas, de volontaires, de mesures (suivant les études), de durée d’étude rendent difficiles une analyse statistique mathématiquement fiable.
    - La communication à mettre en place est compliquée car il y a souvent inadéquation entre ce que les résultats de l’étude concluent (résultats statistiques, non prise en compte du problème...) et ce que la population attend (nous pensons être en danger, que proposez-vous comme solution ?).
    - Les durées des mises en place des études sont généralement longues.

    Les points forts :
    - Une prise en charge sérieuse des études avec des organismes indépendants et compétents en la matière.
    - un souci de répondre à une population inquète même si les réponses apportées ne sont pas toujours cohérentes avec les attentes.
    - Etudes basées sur une multiplicité de sources d’informations qui se recoupent parfois et qui permettent d’avoir une certaine confiance dans les conclusions avancées.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 avril 2010 19:00

    les points forts : des études pilotes avec des innovations pertinentes et une quantité de moyens inégalés jusqu’alors :
    - pollution atmosphérique : densité de points de mesures très importante, modélisation ultra fine
    - champs électromagnétiques : développement de capteurs individuels avec Sup’élec
    - bruit : utilisation des indicateurs européens pour quantifier la gêne (Lden et Ln)
    - l’implication de la population et des restitutions nombreuses de grandes qualité

    les points faibles :
    - un affichage d’exhaustivité alors que tous les aspects n’ont pas été étudiés (pollution des sols et des nappes, épandages de pesticides, biomonitoring...)
    - l’absence de réponse aux questions d’effet cocktail et le maintien de la demande d’étude épidémiologique (le message de la cire n’a pas été suffisamment compris)
    - l’absence d’engagement sur des actions concrètes pour diminuer les nuisances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 3 mai 2010 17:45

    les points forts des protocoles sont liés à l’implication de tous les acteurs chargés du problème de l’environnement suivant les différents niveaux de pollution. Mais les points faibles restent surtout liés à la courte durée de l’enquête et à la non représentativité de l’échantillon

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 4 mai 2010 12:02

    Points forts des protocoles d’étude :
    • Les études ont été réalisées par un groupe de travail constitué d’organismes spécialisés ayant une grande expérience dans les domaines concernées ;
    • Il y a eut un échange permanent entre les parties prenantes tout au long des études pour bien identifier les attentes des populations qui se cachent derrière le signal.
    Points faibles des protocoles d’étude :
    • La taille des échantillons est trop faible pour être représentative de la population,
    • La durée des études est trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais,
    • La modélisation par exemple dans le cas de la détermination du bruits est susceptible d’entraîner plusieurs sources d’incertitudes sur les résultats.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 4 mai 2010 13:45

    1. points forts:chaque protocole s’est spécialisé sur un seul type de nuisance. mise sur pied des dispositifs d’analyse adéquats
    2. points faibles : intégration relative de la population, à priori sur le village

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 5 mai 2010 18:54

    Les points forts des protocoles des études :
    -  Tentative de constitution de groupe de contrôle et groupe d’exposition
    -  Claires définition des questions au niveau de chaque étude
    -  Caractère innovant de la recherche
    -  Complément des études quantitatives par des études qualitatives à même de mieux cerner les facteurs influençant qu’ils soient objectifs ou non

    Les points faibles des protocoles des études :
    -  Manque de puissance des études du fait de la petitesse des échantillons
    -  Problème de représentativité de l’échantillon du fait qu’aucune information sur l’échantillonnage est donnée et terme de composition de sexe ce qui portant peut biaiser les résultats
    -  La durée de l’étude est souvent faible pour permettre de détecter des différences significatives (mesure en 1 jour par exemple)
    -  Pas de claire définition de la période de la mesure ce qui peut influencer le résultat et conduire à sous-estimer ou sur-estimer la mesure d’exposition

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 6 mai 2010 13:33

    Les protocoles des études présentent des avantages tels la réponse aux préoccupations de la population face aux risques environnementales, la vérification de chaque cas de risque qui peut avoir des influences sur la population.
    Malgré ces avantages, on constate quand même des lacunes au niveau de l’organisation : le choix des échantillons qui ne représente pas toute la population, la durée de l’étude trop courte pour une observation, le choix de la période d’étude.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 6 mai 2010 13:54

    Points forts du protocole :

     Réalisation d’études scientifiques
     Implicationde l’Etat avec quatre Agence chargées des questions d’environnement et de santé (ADEME, InVS, AFsset, Airparif
     Mise en place d’une étude multicritère avec des volets : qualité de l’air, estinamition des champs magnétiques, nuisances sonore, étude sociologique, et des échanges avec les populations locales
     Explication de la démarche et restitution des résultats aux populations de la commune.

    Point faibles du protocole

     Absence d’études épidémiologiques, à cause de l’absence d’un syndrome pathologique commun à tous les habitant, alors que cette étude est un souhait pour les populations
     Faiblesse de l’échantillon de l’étude extensive multi-critère, car il fallait étudier la santé de deux groupes de 3000 personnes, ce qui n’a pas été fait car le village essonnien ne comptait que 2500 habitantqs de tout âges.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 9 mai 2010 21:41

    Points forts des protocoles
    • La communication autour du programme d’études a été continue et fréquente entre les organismes et les habitants ;

    • Implication de plusieurs organismes dont chacun a en charge la réalisation d’une étude donnée selon son expertise
    • Les objectifs de chaque étude sont assez précis et clairs avec des démarches spécifiques en fonction des objectifs
    • L’exposition aux nuisances et aux pollutions est étudiée par rapport à chaque source d’émission

    Points faibles des protocoles (je partage les points de vue des Champlanais)

    • Les populations n’ont pas été associées à la conception des études
    • La taille des échantillons des personnes qui ont participées aux études ne sont pas représentative
    • Toutes les préoccupations des Champlanais n’ont pas été prises en compte
    • La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais.
    • La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. Des discussions ont eu lieu sur le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 10 mai 2010 20:25

    Points faibles :
    • Accent particulier mis sur la communication et la participation active de la population dans son ensemble.
    • La prise en compte des principaux facteurs pouvant influencer les différentes mesures comme la météo ou la position géographique de Champlan et des autres communes par rapport à Paris.
    • Organisation du travail d’ensemble des activités pendant toute la période des études, surtout la coordination efficace entre ces grandes structures que sont Ademe, INVs, Airparif et Afsset.

    Points faibles :

    • La taille des échantillons est faible pour presque toutes les mesures réalisées en particulier pour l’échantillon ayant servis à l’ études des trois principaux polluants : le benzène, NO2 et le Formaldéhyde (Echantillon de 167 personnes sur 42 200 habitants dans la zone d’étude).
    • Nombre de jours faible (1 jour en été et 1 jour en hivers) : Il serait plus intéressant d’avoir plus d’un résultat pour analyser les contradictions qui peuvent nous permettre de confirmer encore la fiabilité des données récoltées.
    • L’exclusion des enfants dans composition des échantillons.

    NB : Que dire du tube à diffusion passive si nous savions que l’activité pulmonaire et surtout l’inspiration de l’air est un phénomène physiologique actif ? On peut craindre une sous évaluation de la quantité de polluants inhalées.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 mai 2010 17:43

    Points positifs : Les zones ont été bien cartographiées, les populations ont pris part dans l’élaboration des protocoles.

    Points faibles : au niveau des méthodes de mesure (le facteur temps et la durée) : les mesures n’ont pas été faites au niveau individuel ! les pics de pollution n’ont pas été mesurées et les études n’ont pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs.
    les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment). L’effet cocktail n’a pas été mesuré !
    Il faut faire des études à long terme pour tirer des conclusions plus claires !

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 mai 2010 22:19

    - Les points forts : Approche pluridisciplinaire de l’étude qui tient compte du faceur sociologique, bonne communication entre les parties prenantes, forte implication de la population, des éluts locaux et de la societé civil dans les études.

    - les points faibles : L’attente de la population n’a pas été totalement satisfaite (pas de reponses sur l’effet cocktail), auccune mesure de gestion de la crise n’a été prise, il n’y a pas eu de communication entre la population et les entreprises polluantes de la ville

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 mai 2010 01:32

    - Les points forts des protocoles d’études, selon moi, sont l’implication des champlanais dans le suivi-évaluation du programme d’étude.
    - Les points faibles des protocoles d’études sont la représentativité (taiile, composition) des échantillons et la durée des études qui auraient pu être discutées avec le comité de défense.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 26 mai 2010 16:58

    Les points forts :
    la varieté des études ;
    la réaction rapide des autorites ;
    l’acces aux resultats des populations .
    Les points faibles :
    la duree des etudes a ete tres courte.
    la taille des échantillons a été jugée par trop faible pour être representative.
    la période choisie pour les mesures de bruit et de pollution. atmospherique a été remise en cause.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 mai 2010 12:51

    Les protocoles utilisés pour les six études à Champlan sous la responsabilité de Airparif, Afsset, Cire Ile-de-France et Ademe comportent des points forts mais aussi certains points faibles :

    Les Points forts
    - Les études sont réalisées par un groupe de travail composé de structures spécialisés ont des références dans les domaines de pollutions concernées ;
    - Echange permanent entre les parties prenantes tout au long des études afin de mieux identifier les attentes des populations qui espèrent les résultats des investigations pour se décider face à la gravité ou non du signal,

    Les Points à améliorer :
    - La sous représentativité de la taille des échantillons ;
    - La durée trop courte des études ce qui ne permet pas d’aboutir à des résultats qui puissent refléter la réalité de la situation des Champlanais,
    Par exemple la modélisation lors de la détermination du bruits est susceptible d’entraîner plusieurs sources d’incertitudes sur les résultats obtenus,
    - L’absence de caractérisation précise des effets d’expositions groupées sur la communauté.
    - L’absence d’approche méthodologique fiable et scientifiquement valides pour mesurer l’effet cocktail des pollutions sur Champlan

    Répondre
    Sur l’ensemble des études, quels sont les résultats et les notions qui, selon vous, peuvent être sources d’opinions divergentes entre les populations, l’association locale, les élus, et les agences d’expertise ?
    Les notions qui peuvent être sources d’opinions divergentes entre les populations, l’association locale, les élus, et les agences d’expertise sont : 
    La contribution des avions est très faible, malgré des émissions relativement importantes à la verticale de la commune

    l’impact de l’incinérateur apparaît faible et n’a pu être identifié par les mesures.

    Dans toutes les situations urbaines, la contribution majeure de pollution atmosphérique est le trafic routier.
    .

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 mai 2010 19:38

    implication de plusieurs bureaux d’etude
    implication de la communaute
    etude des differentes sources de nuisance
    le budget alloué
    points faibles
    pas d’etudes epidemilogiques
    pas suffisament pris compte des periodes de pic
    suivi a long terme des habitants
    manque d’experience dans ce domaine

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 4 juin 2010 16:59

    les points forts :
    - la prise en compte de tous les types de nuissance lors des differentes études
    - la mise en place d’une communication du départ des études à la fin avec les populations
    participation des habitants tout au long des études
    points faibles
    - l’inadéquation des certains outils utilisé pendant certaines études
    - la période choisie pour la réalisation des études
    - la durée assez courte des études
    - ils n’ont pas repondu à la question de départ

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 8 juin 2010 00:11

    Les points Forts des protocoles d’étude :
    - Informaton sensibilisation des populations
    - Implication de toutes les parties prénantes
    - Constitution d’une équipe pluridisciplinaire
    - Les réunions de restitution
    - le dispositif de communication (lettre, site internet)
    - Recrutement de personnel pour la conduite de certaines activités
    - La prise en compte des supports existants dans le domaine concerné
    - La coordination des équipes de recherche.

    Points Faibles :
    - Faible niveau d’information des populations
    - Faible participation/implication des riverains
    - très peu d’information sur les objectifs et les rsultats possibles
    - Non prise en compte des limites des études sur tout par les populations riveraines

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 11 juin 2010 22:44

    Points forts :
    1/ mise en œuvre d’études exploratoires ayant permis la mise en place de méthodologies "sur mesure" (par ex pour l’étude de l’effet des lignes THT)
    2/ maillage fin des points de mesures (par ex pour l’étude de la qualité de l’air)
    3/ mise en œuvre d’une étude sociologique, pou la prise en compte des inquiétudes et des représentations des champlanais

    Points faibles :
    1/ significativité des résultats ? : échantillonnage, choix de la population (qui était pour la plupart volontaire) —> biais possibles
    2/ reproductibilité des études menées dans un contexte particulier de multi-exposition
    3/ pas de réponses sur l’effet cocktail des divers polluants mis en jeu

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 juin 2010 22:12

    - Les points faibles:les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée). La taille des échantillons a été jugée par certain trop faible pour être représentative de la population. La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais. La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. Des discussions ont eu lieu sur le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).
    - Les points forts sont : la mobilisation de quatre agences(Airparif, Afsset, InVS, Ademe) ; la forte participation de la population de Champlan ; l’utilisation de méthodes scientifiques poussées pour étudier le niveau de pollution de la ville et le niveau d’exposition des habitants de Champlan.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 juin 2010 22:15

    Les points faibles :
    - Les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée) n’ont pas été jugés appropriés.Par exemple la taille des échantillons a été jugée par certain trop faible pour être représentative de la population.
    - La durée des études a été perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais.
    - La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs.
    - Ces protocoles ont utilisé les valeurs moyennes, ce qui ne ne permet pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

    Les points forts :
    - L’étude a été menée par plusieurs agences compétentes en matière d’environnement, (Afsset, Airparif, InVs, Ademe) afin d’optimiser et de crédibiliser les résultats
    - Le participation et l’implication des villageois a été forte, ce qui pourrait montrer que les réponses lors de l’enquête sont crédibles.
    - les méthodes scientifiques les plus récentes ont été utilisées ( modélisation en trois dimensions)
    - exposition individuelle , ce qui rend les interprétations plus réelles

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 14 juin 2010 03:20

    Points forts :
    -  plusieurs études sur plusieurs nuisances ou pollutions ont étaient réalisées afin de caractériser le degrè de risque encouru par les champlanais,
    -  une cartographie de certaines nuisances ou pollutions a été établie (cartographique du risque de pollution atmosphérique, cartographie du bruit)
    -  l’enquête sociologique a démontré que l’intensité des craintes sanitaires est très peu liée aux nombres d’expositions ou de nuisances objectivement subies par les familles à Champlan
    Points faibles :
    -  absence d’une étude épidémiologique
    -  études menées sur une courte période pour aboutir à des résultats reflétant la réalité de la situation
    -  faiblesse de la taille des échantillons
    -  les études non pas permis d’appréhender la notion de multi exposition environnementale et ses effets ne pouvaient être mesurés
    -  absence d’une étude sur l’impact de l’incinérateur sur sa contribution dans la pollution atmosphérique

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 janvier 2011 17:00

    Points forts : Les habitants sont coopératifs, ils sont participe aux differentes etudes finance par des institutions nationales, et puis on avait la possibilite d’une evaluation quantitative des risques. Points faibles : L’expression de gene entre la population peut-etre variable selon la sensibilite des gens, et le mode de vie de chacun qui fait varier les modes d’exposition aux facteurs de risque. Autre chose, on est devant un complexe des facteurs (un cocktail), et l’effet de ces facteurs ensemble sur la sante peut être sous-estime ou au contraire aggrave. Les études ont été faites dans un court intervalle de temps.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2011 12:46

    Ces etudes ont pu faire ressortir que les champlanais étaient bien exposés même à des dégres diferents surtout elle ont donné la perception de la population face au gêne. Ces etudes seront sans doute une interpellations pour la conduite d’autres etudes simillaires sur le territoire national d’ou éffet catalyseur pour les autres communes.
    Comme points faibles :
    - la taille des echantillons est à revoir
    - la durée des études pour prendre en compte les effets cumulatifs et à long terme,
    - la periode de mesures des pollutions te des nuisances
    - l’absence d’approche épidémiologique.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2011 14:16

    L’expérience de Champlan est unique. Dans la mesure où la problématique a émergé localement, par la mobilisation d’une partie des habitant. Les protocoles d’étude souligne la complexité des facteurs concourant à l’expression de la santé, de la qualité de vie et au lien vécu entre environnement et état de santé des habitants soumis à des expositions environnementales multiples. La communication autour du programme d’études a été continue et fréquente entre les organismes et les habitants.
    Cependant à la notion de multi exposition environnementale, dont nous ne savons toujours pas appréhender ni mesurer les effets, viennent s’ajouter des facteurs individuels en lien avec les projets de vie et les ressources individuelles (c’est-à-dire la capacité de chaque individu à faire face) mais aussi des facteurs collectifs (qualité des liens entre les personnes).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2011 15:19

    Points forts :
    - bonne communication avec les habitants tout au long de l’enquête ; les habitants ont pu exprimer leurs craintes, leurs attentes, ils étaient informés des limites de l’enquête
    - participation des habitants aux enquêtes sur la qualité de l’air et l’exposition aux champs magnétiques
    - l’enquête sanitaire et environnementale a été complétée par une enquête sociologique.

    Points faible :
    - Absence de signalement sanitaire à l’origine de la demande
    - faible taille de la population concernée
    - l’enquête n’a pas pu apporter de réponse à l’attente des habitants sur l’effet cocktail des expositions.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 8 janvier 2011 21:31

    Le point fort des protocoles des études est l’implication de la population au sein des études, communication entre les parties prenantes et le choix méthodologique pointilleux.
    Tandis que les points faibles de ces études est la faible taille des échantillons qui ne permettent pas la généralisation des résultats. En plus l’évaluation de l’exposition s’est déroulée à une échelle très fine l’individu et pourtant celle-ci est la plus difficile à expliquer compte tenu de la multitude de facteurs (environnementaux et comportementaux) influençant ce type de mesure. Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition. Ceux-ci sont in fine multiples, et la mise en œuvre d’un questionnaire « budget espace-temps-activités » simplifié s’est avérée infructueuse.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 10 janvier 2011 17:33

    Points forts : caractère exploratoire consistant à mesurer directement l’exposition
    d’un échantillon de Franciliens à trois polluants atmosphériques, présents dans l’air que nous respirons quotidiennement
    Points faibles : Compte tenu du mode recrutement et du faible nombre de l’effectif, l’échantillon de personnes ainsi constitué n’est pas représentatif des Franciliens. Cent trente-neuf participants ont. Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition été recrutés parmi les 280 inscrits.
    Le fait de considérer la plainte, l’expression du mécontentement ou des demandes constitue une approche orignale dans l’étude de la mobilisation Le point faible pour cette étude est que l’échantillon n’est pas représentatif. Les critères retenus ne sont pas pertinents

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 janvier 2011 00:22

    points forts du protocole- Mise en application de certaines directives européennes telles que LDEN et LN - Implications de plusieurs acteurs intervenants dans la recherche des facteurs de risques et des solutions appropriées, les représentants du gouvernement et de la population , de la société civile comme Airparif, afsset, InVS. Points faibles des protocoles : - Établir l’effet cocktail des expositions - Impossibilité d’une étude épidémiologique à cause de la faiblesse de la taille de l’échantillon - La durée de l’étude est longue

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 16 janvier 2011 01:03

    Points forts
    Association des compétences de 4 grandes agences chargees des questions d’environnement
    un budget consequent
    Prise en compte de l’ensemble des sources de pollution
    Echanges avec le public sur les demarches et les résultats
    Points faibles
    Echantillon faible
    Signal sanitaire faible
    Meconnaissance des effets des champs magnetiques de basses frequences sur la santé
    Absence de suivi à long terme des effets sur la santé par une étude epidémiologique des zones les plus polluées.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 janvier 2011 14:52

    Les points forts :
    - l’étude de différents facteurs de risque (pollution atmosphérique, bruit, ondes électro-magnétiques) mené à chaque fois par des agences expertes et l’étude des effets d’une multiexposition
    - l’intégration d’une étude sociologique qui a mis en lumière des facteurs explicatifs des inquiétudes des habitants
    - l’implication des habitants dans le processus de recherche avec un travail de communication intéressant

    Les points faibles :
    - la taille de l’échantillon sans doute trop faible pour mettre à jour des corrélations importantes
    - la durée de l’étude peut-être trop courte pour mesurer les effets à LT de cette exposition

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 janvier 2011 21:10

    les études ont été confiées à des organismes spécialisés dont l’expertise est bien reconnu.Mais les habitants déplorent certaines insuffisances liées à la représentativité des échantillons ainsi qu’à la durée et à la période durant laquelle ces études ont été réalisées.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 23 janvier 2011 18:44

    Selon moi, les points forts et les points faibles des protocoles des études sont :
    Les points Forts :
    - Prise en compte de commentaires de la part des Champanais concernant les échantillons et leur composante.
    - Prise en compte de la méthode de mesures (le temps et la durée)
    Les points faibles :
    - Durée des études très courte
    - Non réalisation des études dans les périodes de forts trafiques routiers et aériens et aux périodes de plus fortes chaleurs
    - Non prise en compte du phénomène d’intégration des mesures car les moyennes utilisées ne peuvent pas prendre en compte des éventuels phénomènes de "pics".

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 23 janvier 2011 19:14

    Points forts :
    - L’implication de la communauté au sein des différentes études
    - la communication entre les parties prenantes ;
    - le choix méthodologique (étude cas par cas)

    Points faibles :
    - Faible taille de l’échantillonnage
    - la durée de l’étude

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2011 18:30

    Points forts
    • Identifier les principales sources d’exposition et de quantifier leur impact dans le cadre d’activités quotidiennes.
    • ouvre la voie à une meilleure prise en compte de l’exposition dans le cadre des études épidémiologiques qui cherchent à corréler l’existence d’effets sanitaires supposés des champs magnétiques basses fréquences avec l’exposition des personnes.
    • Importance du dialogue mis en place entre les participants de l’étude et les scientifiques, en amont et pendant la phase de réalisation
    • souligner différents paramètres constitutifs de la représentation en santé environnementale

    Points faibles
    • Il n’a pas été possible de mener une étude épidémiologique,
    • La coexposition n’a pas été étudiée

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2011 19:30

    les études ont été confiées à des organismes spécialisés dont l’expertise est bien reconnu.Mais les habitants déplorent certaines insuffisances liées à la représentativité des échantillons ainsi qu’à la durée et à la période durant laquelle ces études ont été réalisées

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2011 23:15

    Etudes pollution atmosphérique :
    Points forts :
    • Modelisation des rejets en altitude au dessus de la commune permettant de comparer les émissions dûes aux avions et au trafic autoroutier
    • La cartographie de la pollution atmosphérique, réalisée à partir d’une densité de points de mesure sans précédent, permet de montrer des teneurs hétérogènes en fonction des secteurs
    • Etude individuelle de l’exposition permettant à la population de devenir actrice et etude à une echelle très fine, l’individu.

    Points faibles :
    • Les résultats obtenus dans l’étude d’exposition individuelle ne peuvent être généralisés à l’ensemble des Champlanais. Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition.
    • Les mesures n’ont duré que 6 à 8 semaines donc l’influence des saisons n’a pas été prise en compte

    Etude sur le bruit :
    Points forts :
    • Expérimentation du calcul de deux nouveaux indicateurs uniques européens le Lden (Level day evening night) et le Ln (Level night), pour quatre types de sources sonores considérées
    • Modélisation en trois dimensions de la commune et de son environnement immédiat
    • Durée des mesures sur 1 an

    Points faibles :
    • Pas d’étude spécifique pour comparer la gêne exprimée par la population avec les niveaux d’expositions sonores des différentes sources de bruits présentes sur le terrain
    • Pas d’étude de la gêne des Champlanais en situation de multiexposition
    • Pas d’étude de l’impact du bruit sur la santé

    Etude sur l’exposition aux champs magnétiques BF :
    Points forts :
    • Mise en place d’un laboratoire de mesure des champs magnétiques BF inédit
    • Mesures d’expositions individuelles aux champs
    • Mesures d’exposition spatiale et temporelle
    • Identification des principales sources d’exposition et quantification de leur impact dans le cadre d’activités quotidiennes

    Points faibles :
    • Etude limitée en nombre de participants

    Etudes sociologiques :
    Points forts :
    • Etude du comportement et mécanismes comportementaux des habitants par rapport au problème
    • Etude du lien fait par les habitants entre équipements et effets pour la santé
    • Mise en evidence des mécanismes de protection
    • Développement d’outils permettant de qualifier l’impact sur la santé de situations de multiexpositions dans un cadre sociologique
    • Complémentarité des sciences humaines permettant de prendre en compte la gène ressentie : intégration dans un contexte cognitif en plus du niveau objectivé par des instruments de mesure
    • Aucun conflit d’intérêt (financement InVS)

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 11:58

    Les points forts et les points faibles des protocoles des études sont :

    Points forts
    Restitution des études
    Compte-rendu de réunion publié
    Lettre d’information mis en place dès le lancement du programme
    Mise en ligne site internet

    Points faibles

    Echantillon non représentatif
    Durée des études courtes
    Pas de proposition de moyens de prévention contre les nuisances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 14:16

    points faibles :
    - Les études sont plus concentrées sur l’environnement donc les mesures de pollution dans l’environnement et se penche peu sur les effets de la pollution sur la santé.
    - l’échantillon n’est pas représentatif

    points forts :
    - les etudes prennent en compte tous les polluants et les éventuelles nuisance de Champlan

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 14:24

    Les points forts de l’étude
    - prise en compte de l’avis des populations dans l’élaboration de l’étude
    - mesure de l’exposition individuelle

    Les points faibles

    - les mesures des nuisances sonores n’ont pas été faites pendants les moments de grands trafics routiers et aériens
    - La durée des études a pu être perçue comme trop courte
    - taille des échantillons non représentative

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 21:45

    les ponts forts
    Bonne compréhension du sujet de l’étude
    Implication effectives des populatios
    Resultats obtenus probants
    les ponits faible
    Probleme d’échantillonnage
    Moment de l ’étude
    Certaines questions en suspens

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 23:55

    Les points forts des protocoles des études sont :
    - La prise en compte de toutes les nuisances subies par la population
    - La concertation avec la population riveraine
    - La communication des objectifs des études aux populations
    - La participation de certains habitants à des mesures d’exposition individuelle
    - La restitution des résultats aux populations.
    Les points faibles des protocoles des études sont :
    - La faible de la taille des échantilons utilisés
    - La brièveté de la durée des études
    - La période de certaines études ne prend pas en compte les moments jugés pics de nuisance.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 janvier 2011 01:18

    Points forts :

    - L’évaluation a porté sur une grande partie des nuisances, sonores, chimiques, électromagnétiques : les protocoles ont bien pris en compte la notion de multi exposition environnementale, l’objectif étant d’identifier le cumul des pollutions (effet cocktail) et son impact sanitaire.

    - Les habitants ont été bien informés, et ont pu exprimer des critiques sur le design des études.

    **************************************************************************************************************
    Points faibles :

    Les protocoles n’ont pas été mis au point conjointement avec la population qui a critiqué :

    - la faible taille des échantillons,

    - la trop courte durée des études,

    - un choix inadéquat des périodes de mesures de pollution atmosphérique et sonore (à une saison de plus faible trafic) ne rendant pas compte des pics de pollution.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 janvier 2011 14:23

    points faibles :
    la taille des echantillons de champlais n’est pas assez representative de la population
    la periode trop courte pour aboutir à des resultats qui refletent la realité de la situation ainsi que la periode dans le temps etudié ( phenoménes de pics par ex pour le bruit de part en vacances).

    points forts :
    une grosse partie de la population attend legitiment que ces etudes soient suivies d’actions.
    un prolongement des mesures pour mesurer les effets à long terme.
    resultats perçus comme "desangoissants"

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 9 mars 2011 11:19

    Les points forts des protocoles de ces études :
    - Pendant ces études, les habitants ont pu participer aux processus d’investigation et ils ont été tenu au courant des avancées de l’enquête (informations sur les recherches ont été rendues publiques)
    - Les études qui ont été menées étaient fines et sérieuses (cartographie, sources de mesures ...)

    Les points faibles :
    - Les études ont été beaucoup trop courtes
    - La taille des échantillons était peut etre un peu trop faible

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 3 mai 2011 13:12

    Points forts

    — Plusieurs parametres ont ete mesures

    — Les differents etudes avaient plusieurs objectifs

    — Il y avait toujours une population "control"

    Points faibles

    — Petit nombre de participants

    — Pas des etudes À long terme

    — L’ etude sociologique a plusieurs parametres subjectifs

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 septembre 2011 02:13

    Les points forts sont la delegation par les organismes des études à des entreprises indépendantes, aussi l’information et la communication avec les populations et très intérressantes ainsi que l’échantillonage diversifié de populations pour les études.
    Ls points faibles sont que ces echantillonages ne sont pas assez importants par rapport à la population totale pour étre assez pertinent.
    Aussi la durée des études ne permet pas d’avoir une vision sur du long terme. Et enfin les analyses ne sont pas regroupés ensemble et aucune analyse sur la multiexposition n’est apportée.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 5 décembre 2011 19:57

    Les points fort de l’étude ont : l’utilisation simultanée de mesure de pollution et modélisation, ainsi les résultats seront renforces. La prise en compte des variations des conditions météorologiques sur l’exposition de la population.
    Les points faibles sont : la mesure de l’exposition individuelle aux polluants a l’aide des appareille portatifs ne peuvent pas préciser si ces polluants se trouvent a l’intérieur des locaux ou a l’extérieur (pollution ambiante).l’étude du bruit ne peut être concluante car la gêne suscitée par le bruit est une sensation subjective. Et enfin le manque de l’historique sur le budget espace-temps pour cerner définitivement les sources de pollutions.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 décembre 2011 12:25

    Les points forts ont été : la validation rapide du signal, la bonne implication de la population avec une communication constante entre les différents acteurs, la réalisation d’une approche sociologique de la situation.
    Les points faibles sont l’absence de conclusion relatif à l’effet cocktail dû à la complexité du phénomène, la prise en compte des éléments de façon indépendante, l’absence de mesure dans la durée (mesures ponctuelles).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 décembre 2011 22:34

    Les points forts de cette etude qu’ils ont fait des etudes environnmentales sur les differnces sources de pollution et de couvrir sources divergentes comme onde electromagnetiques et les appareils electrodomestiques, des etudes sante environnemntale sur l’effet ,d’autres etudes epidemologiques et d’autres sociologiques en prendre consideration de l’effet de cumul de pollution, de prendre des mesures en level dayevening night et en level night. les points et les zones sur lesquels on prend les mesures soit points de maison , du travail et del’ecole.
    Les points faibles se representent dans : 1-la taille des echantillons a ete juge par certain trop faible pour etre representative de la population.
    2- la duree des etudes a pu etre percue coome trop courte pour aboutir a des resultats qui refletent la realite de la situation des champlanais.
    3- la periode mise pour mesurer bruit et pollution atmospherique n’etait pas faite aux periodes a fort traffic ou de tres fortes chaleurs
    4-le temps d’integration des mesures, les moyens utilisees ne permettent pas de rendre compte ds phenomenes de pics
    5- l’effet a long terme n’a pas ete encore etudiee ni le fameaux " effet cocktail"

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 décembre 2011 16:55

    les points forts:un grand nombre des organismes intervient,chacune est responsable d’une etude dans son domaine et il y a cooperation entre les differents organismes,La communication autour du programme d’études a été continue et fréquente entre les organismes et les habitants
    es points faiblees concernent la taille des échantillons jugée trop faible pour être représentative de la population. La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais. La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien ou aux périodes de plus fortes chaleurs.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 27 décembre 2011 01:07

    points forts : étude réalisée sur les exposés et qui est participative

    points faibles : taille de l’échantillon faible et la période de l’étude qui s’est effectuée pendant des moments de faible trafic

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 3 janvier 2012 23:36

    Etude de la pollution atmosphérique :
    Points forts :
    Comparatifs et corrélation avec les mesures en ile de france.
    Maillage plus petit pour permettre une meilleure évaluation des variations sur la commune de champlan.

    Mesures de pollution atmosphérique individuelle :
    Points forts :
    participation des résidants de la commune

    Mesures de pollution sonore :
    Points forts :
    Bonne fiabilité et reproductibilité du protocole
    Points faibles :
    pas d’études multi-expositions

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2012 14:21

    Le point fort de l’étude est l’approche méthodologue systémique qui a pris en compte plusieurs dimensions des facteurs de pollution (analyse de l’air dans plusieurs endroits, du bruit, le champ magnétique et surtout la prise en compte en compte de l’aspect sociologique.

    Le point faible de l’étude pourrait être la taille de l’échantillon et la durée de l’étude.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 8 janvier 2012 17:05

    La répartition de l’étude en pollution atmosphérique, Bruit, CEM et comportement social était un très bon plan. Seulement, sans aller très loin, je déplore le manque d’expertise sur les ressources naturelles tel que voire la qualité des nappes phréatiques de la zone (malgré que ça ne soit qu’une petite localité, faire des analyses en amont, in situ et en aval donnerait une idée de la qualité des eaux). Aucun échantillon édaphique, connaissant que la plupart des polluants industriels se retrouvent dans l’air et le sol.
    Le suivi de 24h de la variation du CEM de quelques échantillons des enquêtés (les plus proches de la THT) était bien fort et à montrer des résultats mais aucune solution n’a été proposée.
    Le suivi de la pollution atmosphérique de ces trois composants (NO2, Benzène et Formaldéhyde) étaient remarquable mais de tous les polluants atmosphériques, il me semble qu’il reste pas ma que l’on pouvait évalué car ayant un impact fort sur la santé publique. On peut citer le SO2. Pour avoir un bilan annuel, faire les mêmes analyses en été serait encore mieux.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 9 janvier 2012 20:17

    Les études sur Champlan à part leur nombre et leur diversité (étude de toutes les paramètres) présentent un haut niveau de qualité du aux sytèmes et techniques adoptées et à la participation active et soutenante de la population. Pour citer quelques points forts :
    1. le cadastre, la cartographie et la modélisation des concentrations de la pollution atmsphérique de l’étude d’Airparif qui permettait de dissocier les contributions des différentes sources sur la qualité d’air,
    2. la modélisation de la Commune sur le bruit et la détermination de la population exposée pour calculer les interractions, de l’ étude de l’ Ademe
    3. la cartographie des champs magnétiques et la mesure de l’ exposition personnelle de volontaires de l’étude de l’Affset.

    Le point faible de toutes les études est la difficulté de mesurer le niveau total de l’exposition provoquée par un grand nombre de sources emettrices. Pour la mesure du bruit, il existe d’avantage un facteur individuel de gene. Pour les mesures individuelles, il existe un facteur comportemental qui doit etre considéré.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 11 janvier 2012 21:45

    Etude Airparif sur la pollution atmosphérique :
    Point fort : Sites d’étude sur Champlan et communes limitrophes
    Point faible : Quelques imperfections du modèle (sous-estimation des concentrations de pollution atmosphérique, surestimation des particules PM10)
    Etude Afsset sur l’exposition individuelle aux polluants atmosphériques :
    Points forts : - Mesure des 3 polluants qui sont des bons marqueurs de la pollution lié au trafic routier et de la pollution chimique.
    - Etude sur les autres franciliens et champlanais.
    Point faible : perte de données lors mauvaise utilisation du dispositif passif (non-retour, retour tardif…)
    Etude Ademe sur le bruit :
    Point fort : mesures Lden et Ln sur les 4 types de bruit : routier, ferroviaire, avion et industriel
    Point faible : pas d’examen du lien entre gène et le niveau de bruit mais interprétation des résultats basée uniquement sur les valeurs réglementaires de la directive européenne.
    Etude Afsset sur l’exposition individuelle aux champs magnétiques basse fréquence :
    Point fort : Mesures fiables et rigoureuse avec les phases d’étalonnages antérieurs et postérieurs de mesures de l’appareil utilisé
    Point faible : nombre limité de participants
    Etude sociologique :
    Point fort : approche étude de sociologie stratégique pour mieux répondre au choix de vivre à Champlan
    Point faible : aucun rapprochement aux risques sanitaires redoutés face aux nuisances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 janvier 2012 16:35

    Points forts :
    -  La concomitance de plusieurs types de sources de bruit ;
    -  Le calcul des deux nouveaux indicateurs uniques européens, le Lden (Level day evening night) et le Ln (Level night), pour les quatre types de sources sonores considérés : le bruit routier, le bruit ferroviaire, le bruit des avions et le bruit des industries ;
    -  Mesure de l’exposition individuelle ;
    -  Etablissement d’une cartographie fine ;
    -  Enquête réalisé avec les populations.

    Points faibles :
    -  La faible taille des échantillons jugée par certain non représentative de la population ;
    -  La durée des études trop courte ;
    -  les mesures de bruit et de pollution n’ont pas étaient faites aux périodes à fort trafic routier, aérien ou aux périodes de plus fortes chaleurs.
    -  Pas de mesure de pic sonore ;

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 janvier 2012 20:03

    Points forts :
    - Restitution des études
    - Communication tout au long de l’étude (Compte-rendu de réunion, Lettre d’information, Site internet
    - Exposition individuelle

    Points faibles :

    - Echantillon non représentatif
    - Durée des études courtes
    - Période choisie pour les études (pas de mesure les jours de départ en vacances)
    - Aucune proposition de moyens de protection ou de prévention des nuisances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 27 janvier 2012 19:12

    Les protocoles d’étude ont permis l’identification des différents types de nuisances ainsi que le niveau d’exposition des populations. Une cartographie des nuisances a pu être établie.
    Par contre, la durée des études et le choix des périodes paraissent insuffisants selon les riverains ; ce qui aurait pour conséquence de biaiser les résultats.Il en est de même, des taille et composition des échantillons.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2012 00:18

    Les points fort :
    - Etudes sur terrain
    Les points faibles :
    - Periode choisie
    - Taille de l’echantillon et le probleme de representativité

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 janvier 2012 14:05

    Les Points forts :
    - intégration des populations a tous les stades de l’étude,
    - conduite d’une étude sociale,
    - la communication sur l’évolution de l’étude aux habitants.

    Les points faibles :
    - durée courte pour détecter les maladies chroniques,
    - faible échantillonage.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 31 janvier 2012 01:30

    DE manière générale, le point positif est que chaque études ait été réalisé par des organismes differents et indépendant aux acteurs (aussi bien les villegeois que les industries). L’autre éléments positif communs à toutes les études est l’utilisation de technologie scientifique pour les mesures.
    On notera également l’importance de l’étude de points de comparaison avec les autres franciliens. De manière générale, toutes les études ont permis de faire un constat factuel des expositions individuelles et collectives, à des temps et lieux différents. Dans ce sens, on peut dire que les études sont complètes.

    Mais comme dans toute études, des problèmes d’échantillonages et de durée sont à souligner. En effet, ces etudes étant couteuses , il est impossible de couvrir l’ensemble de la population du village, créant de possible biais. De plus, il est aussi impossible d’étudier ces gênes durant une longue période, qui pourrai alors montrer des "pics" de pollution et donc augmenter la moyenne d’exposition individuelle sur l’année.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 5 février 2012 18:46

    POINTS FORT :
    - la cartographie a permis la comparaison des populations soumises à différents niveaux ceci s’avère très utile pour des sources d’expositions à des sources localisées de manière très précises
    - l’importance de l’implication de la population dans l’étude
    - l’enregistrement des données toutes les 3 secondes a permis d’effectuer un échantillonnage temporel précis et de mettre en évidence des variations rapides de champs magnétiques
    - mesure individuelle directe
    - répéter les mesures en différentes saisons

    POINTS FAIBLES :
    - limite en nombre de participants
    - l’exposition des travailleurs n’a pas eté prise en compte
    - pas d’indication sur l’historique de l’exposition
    - absence de mesure en cas de vacances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 février 2012 06:43

    Les points forts des protocoles des études sont constitués par la méthodologie et les démarches scientifiques, et les points faibles sont constitués par l’échantillonnage qui peut ne pas être représentatif, la sélection des personnes sur des bases de volontariat, l’effectif petit

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 15 février 2012 16:50

    Points faibles : difficultés d`evaluer les impacts sanitaires, questionner regulierement les riverais, identifier le cumul des pollutions, eventuel effet cocktail

    Point forts : S`entourer des autres organismes comme Airparif, Afsset, InVs pour faire des etudes

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 16 février 2012 22:49

    1. Points forts
    - Mesure des expositions individuelles ;
    - La communication autour du programme d’études a été continue et fréquente entre les organismes et les habitants.
    - Restitution des études
    - Compte-rendu de réunion mis à la disposition du public
    - Lettre d’information mis en place dès le lancement du programme
    - Site internet(support pour le relais des informations)
    - Cartographie claire et fine des résultats

    2.Points faibles
    - Echantillon non représentatif
    - Durée des études courtes
    - Période choisie pour les études (ex : pas de mesure les jours de depart en vacance)
    - les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).
    - Aucune proposition de moyens de protection ou de prévention contre ces nuisances

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 février 2012 16:29

    Etude Airparif sur la pollution atmosphérique
    Points forts :
    Les protocoles des études ont fait l’objet de commentaires de la part des Champlanais c’est à dire qu’il y’a eu un echange avec les population sur celui-ci.
    Points faibles :
    Taille des échantillons a été jugée par certain trop faible pour être représentative de la population ; durée des études trop courte ; période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 février 2012 01:17

    L’étude de l’exemple de Champlain nous mène à constaté quelque point de force dans les investigations réalisé comme il ya des ponts de faiblesse. Dans le cadre des points de forces on peut site la pris en charge des différentes risques possible. La pris en considération l’avis des riverains dans la planification des investigations. La coordination des différentes agences. La circulation rapide de l’information et la mobilisation facile des riverains. Les points faibles sont concerne surtout l’absence d’une étude sur les effets multifactorielles. l’invitation de certain biais et l’absence d’une conclusion satisfaisante les habitants de village.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 mars 2012 00:20

    Je pense que les points fort des protocoles d’étude sont : la prise en compte de certaine circonstance dans l’interpretation des données ( moment de la journée,...)
    Par contre les points faibles que je souligne sont que la durée de certaine étude était trop courte, le nombre de personnes constituants le poul de recherche était insuffisant.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 mars 2012 12:19

    les etudes permet de qualifier cette situation de transaction implicite entre la gêne et une série d’avantages liés à l’identité du village, la qualité du cadre de vie, et la qualité du lien social entre les individus.en plus L’étude retient 3 facteurs :
    - Remise en cause des règles politiques
    - La présentation de l’encerclement du Village à la population
    - Les ressources du comité de défense
    mais les etudesayant des difficultes due aux ;
    la complexité des facteurs concourant à l’expression de la santé, de la qualité de vie et au lien vécu entre environnement et état de santé des habitants soumis à des expositions environnementales multiples.
    le multi exposition environnementale, dont nous ne savons toujours pas appréhender ni mesurer les effets, viennent s’ajouter des facteurs individuels en lien avec les projets de vie et les ressources individuelles (c’est-à-dire la capacité de chaque individu à faire face) mais aussi des facteurs collectifs (qualité des liens entre les personnes).
    Il est très important ici de ne retenir la grande difficulté de tenir compte de la diversité de perceptions recueillis au cours de l’enquête sociologique. Deux enjeux importants doivent être soulignés :

    Les conditions de restitution des résultats des différentes études,
    Les attentes des habitants, en effet il faut savoir quelle suite pourrait être donnée compte tenu des résultats de l’étude (cf. pages suivantes).

    Un aspect à ne pas négliger concerne la multi-exposition quelque soit le niveau des expositions déterminées individuellement. Ceci se traduit clairement par l’impact de l’annonce de la construction de la station d’épuration.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 mars 2012 12:37

    l’etude permet de quantifier la gêne et une série d’avantages liés à l’identité du village, la qualité du cadre de vie, et la qualité du lien social entre les individus.en plus L’étude retient 3 facteurs :
    - Remise en cause des règles politiques
    - La présentation de l’encerclement du Village à la population
    - Les ressources du comité de défense
    Mais l’étude ayant des difficultes due a la complexité des facteurs concourant à l’expression de la santé, de la qualité de vie et au lien vécu entre environnement et état de santé des habitants soumis à des expositions environnementales multiples.
    le multi exposition environnementale, dont nous ne savons toujours pas appréhender ni mesurer les effets, viennent s’ajouter des facteurs individuels en lien avec les projets de vie et les ressources individuelles (c’est-à-dire la capacité de chaque individu à faire face) mais aussi des facteurs collectifs (qualité des liens entre les personnes).

    Il est très important ici de ne retenir la grande difficulté de tenir compte de la diversité de perceptions recueillis au cours de l’enquête sociologique. Deux enjeux importants doivent être soulignés :

    Les conditions de restitution des résultats des différentes études,
    Les attentes des habitants, en effet il faut savoir quelle suite pourrait être donnée compte tenu des résultats de l’étude (cf. pages suivantes).

    Un aspect à ne pas négliger concerne la multi-exposition quelque soit le niveau des expositions déterminées individuellement. Ceci se traduit clairement par l’impact de l’annonce de la construction de la station d’épuration.
    Les protocoles des études ont fait l’objet de commentaires de la part des Champlanais, concernant les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée).
    .La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais.
    La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs.
    Des discussions ont eu lieu sur le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 mars 2012 20:24

    les points forts :
    Il s’agissait d’une multi exposition plusieurs organismes ont intervenu selon leur spécialité :
    Airparif pour l’étude sur les expositions suite à la pollution atmosphérique.
    Affset pour la recherche de la pollution intérieure et extérieure
    ADEME pour la pollution sonore
    une enquête sociale pour comprendre ce qui se cache derrière cette revendicatio environnementale
    Les points faibles :
    absence d’une étude épidemiologique
    Echantillonage est non représentatif
    La durée d’étude est trop court
    Le prélevement des données est fait pendant la periode normal et non pendant la periode de fotre affluence.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 5 mars 2012 08:40

    POINTS FORTS :
    - les protocoles ont tenus compte des problèmes relevés par les champlanais
    - les études ont été réalisées par plusieurs société en fonction des différents domaines de pollutions incriminés et des différentes sources de nuisances ;
    - les études ont vraiment impliquées les populations,
    - les études sont ménées à Champlan ;
    - les études ont été menées à un moment bien précis .

    POINTS FAIBLES
    - Des echantillons de familles peu représentatifs des population sur le plan quantitatif et même qualitatif en terme de type de nuisance ;
    - la notion de multiexposition rendant complexe l’identification desindicateurs et des déterminants de l’état de santé des Champlanais ;
    -Les conditions de restitution des résultats des différentes études,
    - Les attentes des habitants, en effet il faut savoir quelle suite pourrait être donnée compte tenu des résultats de l’étude ;
    - les ressources des informations détenues par les membres du comité de défense.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 5 mars 2012 16:53

    Points forts :
    - prise en compte de toutes les nuisances : bruits, champs magnétiques, pollution atmosphérique,
    - implication de la population,
    - études réalisées par 4 agences spécialisées Afsset, Airparif, InVs, Ademe,
    - exposition individuelle.

    Points faibles :
    - échantillons (petite taille pas forcément représentatif),
    - durée des études trop courte,
    - période des études (la période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs),
    - les études ont utilisé des valeurs moyennes qui ne permettent pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 10 mars 2012 14:33

    De mon point de vue, les points forts sont les suivants :
    - la décision d’ADEME de s’entourer d’autres organismes comme Airparif, l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) et l’InVS (Institut de veille sanitaire) pour répondre au mieux aux inquiétudes de la population champlanaise.
    - Analyse des sources d’émissions sur la base du cadastre,
    - Etude de la répartition spatiale des niveaux de pollution mesurés sur la zone d’étude en 88 points
    - Etude de l’influence des conditions météorologiques,
    - installation de trois laboratoires mobiles sur les niveaux de pollution,
    - Modélisation en 3 dimensions de la commune et de son environnement immédiat
    - Sélection d’un appareil de mesure portatif capable de discerner des sources diverses de champs magnétiques
    - Cartographie des champs magnétiques sur les voies publiques de la commune

    De mon point de vue, les points faibles sont les suivants :
    - les protocoles ne détaillent pas comment les échantillons ont été tirés (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée).
    - La plus part des études se sont déroulées sur une période qui n’est pas très longue, de manière à tirer une conclusion générale reflétant la réalité de Champlan

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 18 mars 2012 01:09

    Les points forts des études, c’est la diversité des études menées :mesures de l’exposition à différents polluant,cartographie des nuisances , étude sociologique sur la perception du problème par les habitants
    l’implication et la communication avec la population durant toutes les étapes des études et la communication sur les résultats
    Les points négatifs :
    les études ne sont pas complètes (aucune étude pathologique, épidémiologique...) la durée de études a été jugé courte et pa s assez approfondie pour etre concluante
    la représentativité des échantillons a été estimé insuffisante pour une étude extensive

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 juin 2012 13:29

    Les protocoles des études ont été valider les Champlanais, les échantillons (représentativité, taille, et composition) et la méthode de mesure . Par exemple la taille des échantillons a été jugée par certain trop faible pour être représentative de la population.

    La période choisie pour les études na pas fait cas des vacances.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 août 2012 23:52

    Je pense que les points forts sont que les études onté été réalisé par des professionnels en la matiére. Par exemple pour l’avaluation de qualité de l’air c’est Airparif. De plus, l’implication de la population à travers des réunions, des lettres d’informations et un site internet de la commune est aussi un points forts. Ce qui peut être considéré comme un point faible c’est que des organismes appelés pour certaines études les confient à d’autres. Par exemple pour l’évaluation du bruit l’ADEME confie l’étude à IMPEDANCE ; pour l’évaluation aux champs magnétiques l’AFSSET confie à SUPELEC et pour l’étude sociologique la CIRE IDF confie à RISQUES § INTELLIGENCE.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 décembre 2012 22:40

    Etude Airparif sur la pollution atmosphérique :
    Points faibles
    -  durant 8 semaines au début de l’année 2006 : donc pas connu les fortes chaleurs ni les augmentations de pollution du aux grands départs routiers et aériens
    -  modélisation des particules présente des incertitudes plus importantes
    -  les niveaux modélisés sont souvent plus bas que les niveux réels

    Points forts :
    -  affinement du cadastre permettant une meilleure description
    -  spatialisation des émissions des avions avec uneprise en compte plus fine et précise des émissions calculées en fonction des moteurs et des différentes séquences de mouvements aériens
    -  grande densité de points de mesures

    Mesures de l’exposition individuelle d’un groupe de Francilien à 3 polluants :
    Points faibles :
    -  durant deux jours hors des périodes des très fortes chaleurs et de grands départs en vacances durant lesquels il y a augmentation du trafic routier et aérien
    -  recrutement sur base de volontariat : non représentativité de l’échantillon, tirage aléatoire
    -  difficulté à mesurer l’exposition du fait de la multitude de facteurs environnementaux et comportementaux
    Points forts :
    -  prend en compte la qualité de l’air intérieur
    -  prend en compte les modes de transport, positivité car pas uniquement lieu de résidence ou lieu de travail,
    -  Echelle de mesure de l’exposition très fine (au niveau de l’individu)

    Exposition de la population au bruit de l’environnement :
    Points faibles :
    -  Difficulté de mesures des impacts du fait de :
    -  La nature du bruit : continu ou par émergence
    -  Existence ou non d’un niveau de fond
    -  Influence de la perception (dimension subjective)
    -  Etude de la relation entre l’exposition au bruit et les effets sur la santé non abordé
    Points forts :
    -  détermination de la population exposée à différents bruits par superposition de deux couches d’information géographique avec calcul des intersections
    -  Concomitance de plusieurs types de sources de bruit
    -  Mise en application de la directive européenne 2002/49 relative à l’évaluation et la gestion du bruit dans l’environnement, sur un territoire restreint
    -  Expérimentation du calcul de deux nouveaux indicateurs uniques européens
    -  Méthode relativement simple qui permet des calculs rapides, avec une fiabilité acceptable, plutôt bon marché et facilement reproductible sur des territoires plus larges,

    Caractérisation de l’exposition aux champs magnétiques basses fréquences :
    Points faibles :
    -  volontaires avaient un profil d’exposition « a priori » diverses, le a priori est un point faible pour ma part
    Points forts :
    -  appareil de mesure retenu a répondu à un cahier des charges exigeant
    -  échantillonnage temporel précis (toutes les 3 secondes)
    -  mise en place d’outils d’évaluation complémentaire
    -  démontre que techniquement possible d’identifier les principales sources d’exposition et de quantifier leur impact dans le cadre d’activités quotidiennes
    -  bon dialogue avant pendant et après l’étude


    Etude sociologique :

    Points faibles :
    -  peu de distinction entre les groupes concernant : nombre d’expositions ou de nuisances subies, durée de résidence sur la commune, type d’habitat, pathologies déclarées
    Points forts :
    -  fait ressortir qu’en plus de la notion de multi exposition s’ajoute les facteurs individuels en lien avec les projets de vie et les ressources individuelles (capacité de chaque individu à faire face), et aux facteurs collectifs (qualités des liens entre les personnes)

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 14 décembre 2012 19:03

    Pour l’ensemble des études menées sur Champlan, un protocole a été établi pour répondre à différents objectifs. Plusieurs outils ont été utilisés, avec le souci de croiser des données spécifiques (mesurées sur place) et des données génériques (calculées à partir d’outils de modélisation), quand cela était possible.

    Du fait de la multitude des disciplines concernées par le cas de Champlan, l’ADEME qui coordonnait le travail a fait appel à des experts dans divers domaines d’expertise. Au regard des objectifs présentés dans chaque étude, les protocoles pris séparément ne comportent pas de points particulièrement faible en ce sens qu’ils répondent assez fidèlement aux objectifs fixés. En revanche, la superposition des études et donc les protocoles mis en place permettent-ils vraiment de répondre à la question du cumul des pollutions et de leur impact sur la santé ? Y-a-t-il eu investigation du signal social afin d’orienter au mieux les recherches en amont ?

    Autres remarques sur trois des études :

    Etude Airparif de la pollution atmosphérique
    - utilisation de d’outils complémentaires : mesures et modélisations
    - maillage très fin pour les prises de mesures sur la zone (densité importante)
    - et prise en compte des conditions météorologiques
    mais l’étude n’a pas permis d’évaluer avec précision les contributions des différentes sources de pollution (mais ce n’est peut etre pas pour des raisons de protocole d’étude)

    Etude Afsset sur l’exposition individuelle aux polluants dans l’air
    - cas de Champlan intégrée à une étude de l’exposition de Franciliens : permet d’extraire le cas Champlan et de le comparer à d’autres populations
    - choix de mesure de 3 polluants, marqueurs d’émissions préoccupantes : trafic routier et pollution chimique intérieure
    Mais,
    - c’est une étude de cas, pas d’extrapolation statistique possible
    - l’étude ne permet pas d’identifier les déterminants des différentes expositions, juste des niveaux pour 3 polluants. Quelle prise en compte pour l’exposition à un cocktail de polluants ?

    Etude Afsset sur les champs magnétiques basse fréquence
    - protocole solide avec mesure de l’exposition couplée avec le remplissage d’un questionnaire
    - mais peu de détails sur la méthodologie ayant aboutit à constituer la population de sondés "17 cas présentant des profils a priori contrastés"

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 11 janvier 2013 12:49

    Selon moi :- L’étude Airparif a pour point fort d’évaluer la contribution des différentes sources de pollution atmosphérique et met à cet effet bien en évidence l’effet cocktail qui caractérise la pollution à Champlan. Son point faible réside dans le fait qu’elle demeure superficielle car ne donne pas des renseignements précis et fournit des réponses de manière relative.
    -L’étude AFSSET a comme point fort, que ce soit pour l’étude la dispersion des polluants ou pour l’effet des champs magnétiques, les dispositifs utilisés sont adaptés et pratiques pour ce type d’étude De plus le choix de travailler sur les trois principaux polluants atmosphériques est objectif. En revanche, le point faible se situe dans les échantillons qui à mon avis sont peu et donc pas tellement représentatifs en plus le choix des trois polluants est trop spécifique et ne renseigne pas suffisamment sur l’effet cocktail.
    -l’Etude ADEME a pour point fort qu’il récence correctement et permet de mesurer le niveau d’exposition sonore par modélisation.Son point faible est qu’il ne renseigne pas la population sur les effets sanitaires auxquels ces risques les exposent.
    -L’étude sociologique quant-à elle permet de savoir quelle perception la population a de cette pollution.
    Toutes ces études ont un défaut commun qui est celui de n’avoir pas explicité les risques sanitaires auxquels les populations sont soumises, en l’occurrence l’impact de l « effet cocktail ».

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 janvier 2013 02:02

    - Les points forts des protocoles des études : implication de la population dans l’établissement des protocoles, cartographie détaillée des différentes sortes (type de pollution et source de pollution) de pollutions ou nuisances, formation d’une équipe multiacteurs pour conduire les études.

    - Les points faibles : la non représentativité de l’échantillon du point de vue taille et composition, la durée de l’étude apparait très courte pour bien connaitre la situation de Champlan, l’étude n’est pas faite à une période chaude ou à une période de vacances (période à fort trafic routier et aérien), les études n’ont pas prévu des “mesures pics” en éventuelle période de pointe.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2013 18:49

    Je ne saisi pas bien la question, mais je dirais :
    - les points forts sont la bonne définitions des objectifs et le choix minutieux de la méthodologie afin de réduire les biais.
    - les points faibles est dans la répartition des conséquences des nuisances sur la population, car cette dernière est simultanément soumise à de nombreuses nuisances.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2013 02:32

    les points forts sont :
    - la mise en place d’une équipe pluridisciplinaire,
    - la mise en place d’une bonne stratégie de communication,
    - l’implication de la population dans la phase expérimentale,
    les points faibles :
    - la taille des échantillons,
    - la durée des etudes

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 31 janvier 2013 01:15

    - Points forts :
    - transparence tout au long des travaux et restitution des résultats,
    - implication de toutes les sensibilités dans la démarche,
    - pluridisciplinarité ;
    - utilisation de plusieurs modèles expérimentaux
    Points faibles
    - faible puissance des études sociologiques,
    - durée et période non pertinente pour les études sociologiques
    - pas de recommandations claires pour la gestion des dangers ;
    - absence données sur l’effet cumulé des différents facteur et la partt attribuable à chacun

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 31 janvier 2013 15:06

    Les points forts du protocole de l’étude d’Airparif :
    Trois outils complémentaires ont été utilisés afin de caractériser finement la qualité de l’air dans le secteur
    de Champlan : 1) l’affinement du cadastre des émissions a mis en relief une contribution importante du trafic routier ; 2) la cartographie de la pollution atmosphérique, réalisée à partir
    d’une densité de points de mesure sans précédent. 3) enfin, le travail de modélisation des émissions

    Les points faibles du protocole de l’étude d’Airparif :
    la modélisation des particules. En effet, celle-ci présente des incertitudes plus importantes du fait des difficultés à prendre en compte à la fois
    la diversité des sources qui peuvent être locales ou au contraire
    très lointaines.
    Sur certaines heures, le modèle tend à sous-estimer les
    concentrations de pollution atmosphérique.
    Les stations de mesure prises en référence pour évaluer l’import
    en dioxyde d’azote (NO2 provenant de l’extérieur) ne sont ainsi
    pas systématiquement représentatives de l’import réel sur le secteur
    d’étude. Pour les particules PM10, le modèle surestime certaines
    heures.

     :
    Le protocole s’inspire de l’étude mise en œuvre dans le
    programme PEOPLE. Il fait aussi participer un groupe de
    Champlanais en sélectionnant, à l’occasion de cette étude exploratoire,
    des participants sur la commune de Champlan.

    Les points faibles du protocole de l’étude dAfsset sur les polluants :
    Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants
    des niveaux d’exposition. Les mesures personnelles
    d’exposition, plus concrètes, plus proches des individus,
    ont finalement suscité des observations et des questions
    liées aux comportements, aux équipements individuels, etc.

    Les points forts du protocole de l’étude dAdeme :
    Le protocole prend en charge plusieurs types de bruit. Il met en l’application de la directive européenne 2002/49 relative à l’évaluation
    et à la gestion du bruit dans l’environnement sur un territoire restreint,
    afin d’expérimenter le calcul des deux nouveaux indicateurs
    uniques européens. Il exploite aussi la présence d’autres études environnementales sur le même territoire et sur la même
    période.
    Les points faibles du protocole de l’étude dAdeme :
    La taille de l’échantillon constitue un frein à la généralisation
    des résultats qui auraient pu être obtenus.
    Les points forts du protocole de l’étude d’Afsset sur les champs magnétiques :
    La fiabilité des données issues des mesures

    Les points faibles s du protocole de l’étude d’Afsset sur les champs magnétiques
    Les volontaires ne sont pas représentatifs de la population.

    Les points forts du protocole de l’étude sociologique :
    Très cohérent

    Les points faibles du protocole de l’étude sociologique :
    Néant
    Quels sont, selon vous, les points forts et les points faibles des protocoles des études ?

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 février 2013 18:44

    Points forts : c’est une expérience unique, diversités des études menées (particularité concernant l’exposition individuelle, cartographie fine), l’implication et la communication avec la population durant toutes les étapes des études et la communication sur les résultats.

    Pointe faibles : La taille des échantillons trop faible pour être représentative de la population. La durée des études trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais. La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. Le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 4 février 2013 15:06

    Points positifs : exposition individuelle / cartographie fine / protocoles discutés avec les populations… Points faibles : Pas de mesure des « pics » sonores, pas de mesure les jours de départ en vacances, durée de mesures/ prélèvement jugées pas assez longue, pas représentativ

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 février 2013 11:02

    C’est surtout la récupération du dossier champlanais par la députée de la 4ème circonscription de l’Essonne qui a permis aux champlanais d’être entendus et pris en considération. Elle a en effet pris en main le dossier et entrepris des démarches auprès des institutions et organismes compétentes. Une chaine de réaction a ensuite permis la prise en considération des inquiétudes de la population champlanaise en rapport avec les problèmes de pollution et nuisance.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 février 2013 11:04

    Points forts : (1) la multidisciplinarité des approches (étude d’exposition, sociologique…), (2) implication des différents acteurs, notamment les populations directement concernées par les nuisances, (3) la communication
    Points faibles : faiblesse des données de sanitaires

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 février 2013 16:03

    Points positifs :
    -  collaboration entre agences et populations
    -  implication politique des pouvoirs publics
    -  cartographie fine
    -  outils de mesure adéquats

    Points faibles :
    -  délai relativement court des études
    -  mesures incomplètes
    -  prélèvement échantillons pas représentatif

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 février 2013 15:26

    Points forts :
    - Les auteurs ont su contournés l’insuffisance de signaux sanitaires par l’étude sociologique.
    - Les auteurs ont poussés l’objectif de leurs études afin de quantifier la part de chaque polluant environnemental.
    - Impliquer la population concernée ( étude exposition atmosphérique individuelle, réunions d’informations).
    - En parallèle avec l’étude, on a pu appliquer certains dispositifs réglementaires ( évaluation de niveau de bruit et sa gestion dans une commune restreinte).
    - L’ensemble de l’étude a su examiné l’aspect quantitatif ( densité numérique des polluants )et qualitatif ( nuisances et contextes exprimées par les résultats d’études socioloques )du problème.

    Points faibles :
    - Incertitudes de mesures de certains polluants (particules) et modélisation présentant un certain nombre d’erreurs liées à la difficulté de prévoir leur dispersion qui est plutôt fonction de conditions météorologiques que des sources d’émissions.
    - Certains études ne suivent pas les protocoles d’études standards ( étude sociologique ).
    - Etude non appropriée pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition (exposition atmosphérique individuelle ).
    - Données sanitaires insuffisantes pour effectuer des études analytiques.
    - L’effet cumulatif de l’ensemble de polluant n’a pas pu être isolé.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 février 2013 18:30

    Les points positifs :
    L’utilisation d’un protocoles consensuels, arrêtés avec la population ;
    Une bonne collaboration inter agences ;
    Une démarche participative ;
    Une exposition individuelle ;
    Une bonne cartographie des infrastructures génératrice de nuisances.

    Faiblesses :
    Le délai relativement court des études ;
    La durée des mesures pas suffisant, pas assez significatif ;
    Pas de mesure des pics sonores ;
    L’effet coexposition n’a pas été abordé ;
    L’échantillon n’est pas representatif ;
    La période d’étude n’a pas tenu compte des variations saisonnières(vacances..) ;
    Les prélèvements sont jugées pas assez longues.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 avril 2013 00:31

    points faibles : taille de l’échantillon faible, durée courte, période inaproprieé.
    Points forts : vérification des nuisances, mésures à appliquer.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 novembre 2013 11:45

    Les points forts et les points faibles des protocoles des études :

    Le cas du quartier de St Cyr l’école :

    Point fort : rejet des signaux initiaux des parents d’élève par la commune ce qui a produit une situation conflictuelle.

    Point faible : investigation des données médicales et environnementales.

    Le cas de CMMP :

    Point de fort : Plainte directement déposée auprès du procureur de la république/ Recherche monographique et historique/ Etude épidémiologique.

    Le cas de Champlan :

    Point fort : Support des élus locaux du signal des champlanais / Implication et coordination entre plusieurs acteurs / Réalisation de plusieurs études environnementales.

    Point faible : Taille des échantillons très faible pour être représentatif/ Durée de l’étude courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité / Période choisi pour mesurer le bruit et la pollution atmosphérique mise en cause.

    Le cas du quartier de seine St Denis :

    Point fort : réalisation d’une étude historique, des études environnementales, recherche sur la toxicité des substances.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 17 décembre 2013 14:52

    L’un des points de forts des protocoles réside dans le fait d’interroger à la fois les gouvernants (les élus) et les gouvernés (les habitants). Les entretiens avec les élus permettent de collecter les avis les demandes des politiques. Ceux avec les habitants permettent de prendre connaissance de la demande sociale.
    L’une des faiblesses des protocoles réside dans la définition des critères du choix des élus et les habitants à interroger. Pourquoi a-t-on choisi seulement 36 habitants à interroger ? Cela est-il représentatif des 2700 habitants de Champlan ?

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 décembre 2013 11:31

    les protocoles retenus comme points forts :
    - une remise en cause des règles politiques
    - une présentation de l’encerclement du Village à la population .
    Tandis que les points faibles se résument ces points :
    * les mauvaises conditions de restitution des résultats des différentes études,
    * la non satisfaction des attentes des habitants, en effet il faut savoir quelle suite pourrait être donnée compte tenu des résultats de l’étude

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 janvier 2014 15:15

    Points forts : cartographie fine et détaillée ; exposition individuelle ; prise en compte de la population
    Points faibles : mesures sonores non faites lors de départs en vacances c’est-à-dire lors des pics sonores ; la durée des mesures dans le temps trop faible ; perception des champlanais sur l’étude

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 16 janvier 2014 15:41

    Dans une approche globale la mise en parallèle sur une période concomitante d’une étude multisectorielle est en soi un point fort. Les organismes sont indépendants et reconnus compétents, leur conclusion étant relayés directement dans les plans publics locaux de prévention. La population aussi est impliquée au long de la démarche comme acteur, observateur et bénéficiaire. Au niveau spécifique : pour l’étude de l’impact de la pollution atmosphérique et autres polluants, l’étendue de la couverture d’Airparif sur une modélisation très précise est un élément de qualité, ainsi que la juxtaposition de l’étude à une population cible élargie, permettant de relativiser les résultats de Champlan, De même l’introduction par Ademe à des fins expérimentales des indicateurs européens favorise aussi la projection d’une étude pertinente et inscrite dans une réflexion nationale élargie. Champlan est un (mauvais) exemple d’étude, source d’info adaptable à d’autres environnements.

    Les points faibles qui se rapportent à l’ensemble de l’étude se concentre sur la représentatitivité des témoins cibles choisies (facteurs individuels vis-à-vis exposition , nombre, etc). Dans chaque étude le choix se porte sur des composants partiels des nombreuses sources de pollution. L’exemple des
    Le manque d’étude épidémiologique limite la portée sanitaire des études. Les causes de gène, inconfort, pollution sont connues. L’impact réel sanitaire demeure non abordé ici. L’effet cocktail qui représente la charge d’inquiétude principale est seulement abordée et aucune réponse n’est donnée aux inquiétudes de la population.
    De même, les études répondent à un niveau de diagnostic préparant les collectivités publiques à déployer un plan d’amélioration et de diminution des expositions. Les recommandations non présentes (car, en dépit des attentes des habitants ce n’est pas l’objet de l’étude) sont limitées et la portée des études sur le futur de Champlan aussi.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 janvier 2014 08:42

    Points forts des protocoles des études : Le déploiement des équipes des différentes disciplines et des experts des différentes institutions(ADEME, AFSSET, InVS/CIRE, AirParif, un cabinet de sociologie et un cabinet de Communication). L’implication des études sociologiques dans l’investigation constitue un atout pour déterminer les attentes des riverains. L’assurance de la communication entre les parties prenantes par un cabinet de communication est un grand plus.

    Points faibles des protocoles des études :
    Les protocoles d’études ne permettent pas de mettre en évidences les liens de causalités des effets sanitaires (Pathologies observées) des nuisances.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 janvier 2014 21:00

    Points forts :
    - la démarche participative du publique depuis le début ; les habitants sont informés et impliqués tout au long de l’étude
    - l’implication politique qui a permis de déclencher l’étude
    - les moyens utilisés sont importants : plusieurs types d’études : polluant chimiques, champs électromagnétiques, bruit, pour pouvoir disposer d’un bilan complet sur les différentes nuisances
    - la densité de points de mesure sur le territoire et modélisation est très fine
    - la prise en considération de l’air intérieure et extérieure
    - les protocoles innovateurs : capteur individuels pour les champs électromagnétiques, utilisation des indicateurs Européens Lden et Ln pour le bruit
    - les études sociologiques ont permis d’avoir un retour sur le ressenti de la population vis-à-vis des nuisances
    - utilisation combinée de données préexistantes à partir du cadastre des émissions
    - comparaison entre les Champlanais et les habitant du reste de la France
    - entretiens à questions ouvertes
    - la communication médiatique a permis de faire parler de la commune de Champlan, même si le point de vue est très négatif.

    Points faibles :
    - le protocole n’a pas été validé par les habitants, qui demandent toujours une étude épidémiologique et qui contestent la courte durée de l’étude et les dimensions de l’échantillon, qui pourraient ne pas être représentatives de la population
    - le choix de la période pendant laquelle les polluants ont été mesuré a suscité quelque complexité : en hiver le trafic était réduit et les conditions météorologiques plus favorable à éviter des pics de pollution accentués.
    - un nombre réduit de familles a été soumis à l’enquête (est-ce qu’elles sont représentatives de la population ?)
    - aucune action concrète a été effectuée pour réduire les nuisances
    - d’autres facteurs cumulatif auraient pu être pris en considération, tels que la présence de pesticides dans une zone que, malgré sa proximité à Paris, est considérée rurale, ainsi que la pollution des sols et des eaux.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 janvier 2014 14:34

    Les points forts des protocoles d’étude sont constitués par :
     la finesse de la cartographie (répartition spatiale des niveaux de pollutions, analyse des sources de pollutions, modélisation en 3 dimensions de la commune),
     la population de l’étude très bien définie : prise en compte de l’exposition individuelle par un recrutement de participants habitant en Ile-de France en comparaison des Champlanais, et détermination de la population exposée aux différents niveaux de pollutions, les recueils des données très bien explicités (analyse documentaires, entretien, observation des expositions avec des méthodes et des appareils de mesures bien définies),
     la validation des protocoles avec la population concernée,
    Points faible des protocoles sont constitués par :
     L’échantillonage (assez faible représentativité, en particulier leur taille, et leur composition),
     la méthode de mesure (le facteur temps et la durée). La durée des études est assez courte pour évaluer la situation des villageois sur le court terme et long terme. La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique n’a été faite que durant l’hiver et et pas en période de fort trafic routier qui aurait permis de mettre en exergue l’augmentation des nuisances sonores,

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 janvier 2014 17:38

    Protocole d’étude : Les opinions divergeaient sur les échantillons ( taille, représentativité) et la méthode de mesure, jugée faible et trop courte. Des débats ont eu lieu sur d’éventuels phénomènes de "pics".

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2014 17:16

    Les protocoles relatifs à l’étude tels que la taille de l’échantillon, la période et la durée de l’étude ont été critiqué par certains Champlanais comme insuffisant pour avoir des résultats probants

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 26 janvier 2014 20:29

    Les points forts des protocoles des études :
    - implication et participation des populations tout au long du processus d’investigation ;
    - mise en place d’une cartographie de nuisance (indicateur LN et LDEN) ;
    - exposition individuelle aux sources de pollution etc.

    points faibles :
    - Délais relativement court des études ;
    - Echantillon peu représentatif ;
    - La période choisie pour la réalisation de l’étude ne tient pas compte du déplacement des populations ;
    - Les puissances acoustiques les plus élevées ne sont pas identifiées

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 27 janvier 2014 04:07

    Les points de ces protocoles d’études sont : l’utilisation des appareils des mesures de pointes, les méthodes de mesure des polluants, l’implication des habitants, l’utilisation des modèles.

    Les points faibles de ces protocoles sont : Échantillonnage pas représentatif, absence de prélèvement biologique afin de rechercher les effets des exposition*s sur la santé.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 27 janvier 2014 10:57

    1/ Positifs :
    - Cartographie précise des différents équipements (Lignes HT, incinérateur, usine mâchefers, rer, axes routiers...)
    - Mesure des expositions individuelles
    - Mesures intérieure et extérieure de certains polluants
    - Comparaison des expositions entre les franciliens et les champlanais

    2/ Négatifs :
    - la taille des échantillons trop faible
    - le facteur temps et la durée : période trop courte
    - la période choisie pour les mesures n’a pas tenu compte du fort trafic routier et aérien, des périodes de fortes chaleur
    - les moyennes utilisées ne permettent pas de rendre compte des éventuels phénomènes de pics notamment pour l’étude du bruit.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 27 janvier 2014 10:58

    Les points négatifs des protocoles des études sont :
    - la taille des échantillons jugée trop faible,
    - la durée des études perçue comme trop courte,
    - la période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique (ces études n’ont pas été faites aux périodes à forts trafics routier et aérien),
    - les moyennes utilisées pour l’étude du bruit qui ne permettent pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de pics.

    Les points positifs des protocoles des études sont :
    - l’implication de la population tout au long de la démarche,
    - l’exposition individuelle aux différentes nuisances,
    - l’élaboration d’une cartographie de bruit avec l’utilisation d’indicateurs d’exposition européens "Ln"/"Lden".

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2014 04:53

    points forts des protocoles:implication precose de la population ;approche multidisciplinaire (evaluation d’impact et etude sociologique) ; mesures indivduelles de la population ;zonage de mesure approprié.
    points faibles : un sousdimentionnement ;durée des etudes insuffissant ;manque d’étude épidemiologique et de dosage de biomarqueurs

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 janvier 2014 16:44

    Points forts :
    Airparif
    Mesures dans les points stratégiques,Modélisations des concentrations,
    Affsset
    La mesure de 3 polluants atmosphériques à partir d’’un échantillon
    Mesures complémentaire en air extérieur
    ADEME
    Modélisation en 3 dimensions de la commune et de son environnement immédiat, à l’aide du logiciel Preditor et determination de la population exposée

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 1er février 2014 09:17

    les points forts des protocoles des études sont:exposition individuelle,la qualité de la cartographie,protocoles discutés avec la population.
    les points faibles des protocoles des études sont:pas de mesures lors des "pic" sonores le jour de départ en vacances,prélèvement pas assez longue,durée de mesures trop faible.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 février 2014 05:24

    - Points forts : c’est la première étude française multicritère mettant en commun des agences outillées pour mener les études en santé et environnement ; implication des populations et des autorités politiques ; la tenue des concertations et des réunions publiques de bilans ; la création des supports d’information, de sensibilisation et de publication des résultats (journal, site internet) ; l’association des populations aux recherches scientifiques ; le sentiment rassurant des populations au départ apeurées ; l’étude a permis de mettre en relief la qualité de l’air en France ; collaboration des scientifiques appartenant à plusieurs disciplines.
    - Points faibles : déclinaison d’une étude épidémiologique souhaitée par certains ; la qualité des échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) ; la méthode de mesure utilisée (le facteur temps et la durée) ; sous-représentation des Champlanaisà la séance solennelle de restitution des résultats.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 16 février 2014 23:47

    Les points forts que l’on pourrait tirer des protocoles d’études sont l’étude innovante d’AFSSET sur la mesure directe de l’exposition à 3 polluants atmosphériques : NO2, benzène, formaldéhyde qui sont des biomarqueurs des émissions du trafic routier et de la pollution chimique intérieur, ainsi que la modélisation 3D des niveaux sonores de la commune et son environnement immédiat provenant de l’étude de bruit réalisé par l’ADEME. Quant aux points faibles, ils concernent la mesure d’un seul paramètre, notamment atmosphérique, dans certaines études ainsi que la prise et le choix de mesure subjectifs.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 20 février 2014 16:43

    Parmi les points fort des protocoles il y a le faite que tous les différentes nuisances sont pris en compte (sonore, pollution atmosphérique…).
    Parmi les points faibles il y a l’échantillonnage jugé non représentatif de la population. Ce qui peut conduire à un biais.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 20 février 2014 17:48

    Les conséquences sur la santé du cumul des nuisances (bruit, pollution atmosphérique, ligne à haute tension) sont au cœur des préoccupations des habitants et associations de Champlan (Essonne). Dans ce contexte d’interrogations multiples, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a pris en charge la coordination d’études environnementales multicritères avec notamment l’étude fine de la qualité de l’air confiée à l’Association agréée de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France (Airparif).
    Les protocoles des études ont fait objet de commentaires de la part des Champlanais concernant les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée). Par exemple la taille des échantillons a été jugée par certains comme étant trop faible pour être représentative de la population. La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais. La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (exemple : départ en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. Des discussions pont eu lieu sur le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilises ne permettant pas de rendre compte des éventuels phénomènes de pics (étude du bruit notamment)

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 20 février 2014 22:12

    Points forts :
    approche pluridisciplinaire
    échanges entre les parties prenantes
    implication précoce de la population tout au long du processus d’investigation
    bonne coordination entre acteurs de l’investigation et acteurs de la gestion des risques tout en respectant la séparation des rôles
    retour d’expérience

    Points faibles :
    réponse partielle des outils épidémiologiques classiques
    limites des investigations des clusters (estimation de l’excès de pathologie et compréhension de la distribution de cancers sur le territoire)
    difficulté à caractériser un lien de causalité entre exposition environnementale suspectée et pathologie avérée

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 mars 2014 17:52

    Les points forts des protocoles ont consisté aux mesures qui ont porté à la fois sur les sources de nuisances avec différents outils et méthodes et les enquêtes sociales. Les travaux ont été effectués et testés en milieu réel et les résultats portés à la connaissance des populations par différents canaux de communication.
    Les points faibles : taille des échantillons faibles pour être représentative de la population étudiée, courte durée des travaux, période mal choisie ne reflétant pas par exemple la densité des trafics ou les périodes de fortes chaleurs.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 juin 2014 09:07

    Les points forts me semblent être une démarche participative de la population, un maillage assez fin de la cartographie des mesures des pollutions et nuisances et une bonne communication tout au long du projet.
    Pour les points faibles, le manque de représentativité des études tant dans l’échantillonnage de la population, l’exhaustivité des paramètres suivis que la durée trop faible d’évaluation.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 10 juillet 2014 18:42

    les points faibles des études sont que les conclusions. ne sont pas toujours fiables et exactes les études peuvent ne pas répondre aux différentes questions posées.
    les point forts des études sont qu’elles intègrent les populations concernées et font intervenir différents spécialistes dans l’étude des risques.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 30 octobre 2014 18:35

    Point forts Points faibles
    - la mesure des polluants sont effectués à l’intérieur et à l’extérieur des maisons
    - une cartographie des polluants par zone est effectuée -les valeurs mesurées devraient etre comparées aux valeurs nationales en vigueurs et non par rapport à un autre village
    points faibles
    - les valeurs devraient être mesurées en fonction des saisons au moins deux fois pour mieux faire les analyses
    - les résultats publiés après les enquetes ne répondent pas questions des champlanais
    - pas de mesures toxicologiques sur la population champlanais

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 janvier 2015 05:20

    les points etant la grande mobilisation, et le point faible est celui du manque dinformation fiable

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 3 janvier 2015 20:32

    Selon moi,les points forts des études sont:On a étudié les différentes pollutions environnementaux et en plus on a réalisé une étude sociologique pour éviter l’incompréhension de la population.Par contre, les points faibles sont : les durées de mesures (pollution atmosphérique,exposition individuelle aux pollutions atmosphérique, l’influence des conditions météoroliques) me semblent courtes ; l’effectif repésentatif des Champlanias dans l’étude est insuffisant ; et enfin des methodes pour les effets cocktails n’y sont pas inclus.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 8 janvier 2015 14:55

    Points forts des protocoles des études :
    -  La démarche participative des études sociologiques (implication des différentes couches socio-professionnelles)
    -  Le rendu des résultats aux populations concernées
    -  La mis en évidence du décalage entre l’image négative du village, véhiculée par les médias ou souvent ressentie par les visiteurs, et la représentation positive que la majorité des Champlanais associe à leur village
    -  L’implication de plusieurs structures d’expertise telles Airparif, Afsset, Ademe et INVs.

    Points faibles des protocoles des études :
    -  Absence d’études épidémiologiques
    -  Faible échantillonnage (non représentatif) de la population lors de l’étude sociologue
    -  Durée courte des études pouvant biaiser les résultats.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 11 janvier 2015 22:58

    les points forts sont : l’approche qualitative de type sociologique, la communication autour du programme d’études, approche pluridisciplinaire ;
    les points faibles sont : La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique, les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 janvier 2015 11:50

    Réponse rédigée à partir de la description des études telles qu’elles sont présentées dans le cours et à partir des articles fournis relatifs aux études

    Points forts
    - Airparif (pollution atmosphérique) : hiérarchisation des sources de pollution atmosphérique et prise en compte de la répartition spatiale de la pollution
    - Airparif (exposition individuelle à la pollution atmosphérique) : comparaison des résultats avec d’autres franciliens
    - Ademe : hiérarchisation des sources de bruit

    Points faibles
    - Airparif (pollution atmosphérique) : durée de réalisation de l’étude de 8 semaines au début de l’année 2006 (ne mesure pas la pollution atmosphérique en période estivale)
    - Airparif (exposition individuelle à la pollution atmosphérique) : faible taille d’échantillon de Champlanais
    - Ademe : les résultats des sources de bruits ferroviaires et industriels, ainsi que le niveau d’exposition cumulé aux différentes sources de bruits ne sont pas présentés ; la période de réalisation de l’étude ne prend pas au compte les période de suractivité (ex : période estivale)
    - Afesset : la taille de l’échantillon est faible ; l’échantillon est constitué de volontaires ce qui peut constituer un biais de sélection

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 13 janvier 2015 20:37

    Les points forts de protocoles des études sont :
    - variation des méthodes d’analyse des sources des émissions
    - situation des teneurs de pollution atmosphérique
    - évaluation les contribution des différentes sources de pollution sur la qualité de l’air
    - les différents études se complètent

    Points négatif :
    - ils n’ont pas été fait des mesures sur la pollution des sols à Champlain.
    - la taille des échantillons utilisées, leur représentativité ainsi que leur composition
    - le temps et la durée des mesures

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 15 janvier 2015 12:23

    Points forts :
    - l’implication des habitants dans le processus de recherche (les habitants participent aux protocoles de recherche), l’étude de différents facteurs de risque (pollution atmosphérique, bruit, ondes électro-magnétiques).
    Points faibles :
    la taille des échantillons trop faible pour être représentative de la population,la durée des études trop courte,la période choisie pour les mesures (pas de mesures les jours de départs en vacances et les jours de fortes chaleurs),temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » sonores.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 18 janvier 2015 16:56

    Les points forts :
    - Comprendre la provenance du problème et les attentes des parties prenantes ;
    - Implications de toutes toutes les parties prenantes dès le début de l’étude ;
    - Communiquer régulièrement avec toutes les parties pendant la mise en oeuvre de l’étude
    - objectifs du protocole qui répondent au mieux aux attentes de la population ;
    - Revue exhaustive de la littérature sur le sujet
    Les points faibles :
    - Concevoir le protocole sans une revue exhaustive de la littérature sur le sujet ;
    - Objectifs du protocole en décalage avec les attentes de la population ;
    - Protocole qui ne répond pas à un besoin réel de recherche ;
    - protocole qui n’apporte rien à la connaissance

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 18 janvier 2015 23:14

    Etude sur la pollution atmosphérique : points positifs : ils ont fait une analyse multi-facteurs avec une répartition spatiale relativement large. Points négatifs : durée faibles de l’étude, pas de variations saisonnières.
    Etude sur l’exposition individuelle : point positif : intégré sur l’ensemble de la région ; points faibles : ciblé vers indices évidents, connus ; seulement trois polluants ; durée très courte.
    Etude sur le bruit : point positif : intègre plusieurs facteurs sonores ; points négatifs : pas de mesures sur le terrain (intérieur et extérieur) ; calcul d’exposition moyenne seulement alors que bruit max serait intéressant ; durée de l’étude un peu courte
    Etude sur les champs magnétiques : Points positifs : étude novatrice d’une nuisance souvent ignorée, comparaison des lignes enterrées ou pas ; points négatifs : faible échantillonnage
    Etude sociologique : me semble avoir été bien menée du début à la fin. Points négatifs : On notera le faible échantillonnage ; étude sur les familles et non pas individuelle.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 janvier 2015 19:09

    Pour moi les points fort de cette études sont que l’ont a voulu faire plus une étude sociologique en fonction des nuisances qu’une simple étude épidémiologique.
    Cependant je pense que certaines critiques peuvent être faite tel que dans un village comme celui-ci je pense qu’il est facile par "l’envie" des habitants de les faire quasiment tous participer à l’étude cela représente pas mal de travail mais je pense que quand cela est possible (puisque les habitants semble réceptif à l’étude) il faut le faire. De plus rajouter une partie épidémiologique dans cette études avec les bases de donné de l’assurance maladie ou autre pourrait être très intéressant. De plus je trouve que l’effet cocktail qui était intéressant de tester n’a pas vraiment été traité de façon claire et cela est dommage.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 janvier 2015 22:38

    Points forts : -Analyse cartographie, Instruments de capteurs pour établir des données spatiales, analyses des conditions météorologiques pendant six semaines.

    Points faibles : -Etude sur une courte durée de quelques semaines, plutôt sur une année pour mieux évaluer en fonction de saison et des températures avec la différences de trafic routier (les départ de vacances scolaires).
    il faut pendre en compte les conditions météorologie par la vent direction vers la commune, la pluie ( capture dans les goutteles d ’eau de la pollution atmosphérique) et le soleil accélère la concentration de la pollution local sans vent par la chaleur.
    -Enquête sur la population des habitants de Champlan ( enfants, adultes et personnes âgées par une questionnaires cyblé pour leur état de santé de problèmes de respiration ( répétition de mêmes symptômes).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 20 janvier 2015 10:00

    Les points forts :
    L’étude était menée sur toutes les formes de nuisances et de pollution dont les champlanais subissent.
    Les études ont étaient mener par différentes organismes qualifiés afin de mieux répondre aux inquiétudes des champlanais
    les points faibles :
    absence de suivi et de gestion des résultats d’étude
    l’impact des nuisances et pollution sur la santé des champlanais était peu souligné raison pour la quelle les champlanais veulent toujours rester dans leur commune polluée

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 janvier 2015 16:14

    Les points forts : le fait d’exprimer le besoin de faire entendre les habitants (la population de Champlan), la réalisation de l’etude , la définition des objectifs et de la méthodologie.

    Les points faibles : les échantillons n’étaient pas représentatives par rapport à la population, la durée pour la réalisation de l’etude est très courte, la période choisie n’était pas la meilleure.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 janvier 2015 13:34

    les points forts du protocole :
    - la détermination des niveaux de contributions des sources

    - la détermination des expositions au niveau individuel

    - la participation des populations

    - les instruments d’analyses

    les points faibles :
    - la durée courte de l’étude

    - le faible taux d’échantillonnage

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 janvier 2015 15:36

    De manière générale, les études menées sur la commune de Champlan essaient de répondre aux problématiques que se pose la population. Ces études complètes et très diversifiées permettent ainsi de prendre en considération les différentes nuisances auxquelles les Champlanais doivent faire face. De plus l’utilisation de capteurs personnels (capteur qui s’équipe sur une personne), pour collecter certaines données, permet de mesurer efficacement l’exposition à laquelle est soumis le porteur du capteur. Cependant cette exposition ne représente pas toute la population. De plus, dans certaines études des modèles ont été utilisés ce qui ne permet pas d’avoir une vision très précise de l’exposition des Champlanais. Enfin les études ne tiennent pas compte du ressenti des habitants (excepté pour l’étude sociologique). Or cette approche est essentielle dans les nombreux domaines abordés qui dépendent du caractère subjectif de la personne.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2015 12:54

    Points forts :
    - une bonne méthodologie
    - la communication au fur et à mesure de l’évolution des études

    Points faibles :
    - échantillonnage faibles
    - période d’expérimentation pas toujours représentative

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 26 janvier 2015 09:48

    L’implication des habitants est un point fort. Le point faible est qu’au final rien a changé.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 janvier 2015 12:45

    L’association de diverses études et donc d’experts de divers horizons, l’exploration de toute source potentiellement utile, la volonté de ne rien oublier, l’introduction particulière de l’étude sociologique, la communication qui a existé tout le long du programme d’études sont les points forts des protocoles des études.
    En revanche les faiblesses liées à la difficulté de déterminer les liens de causalité entre exposition et pathologie et à celle de déterminer les effets combinées des diverses sources, les faiblesses intrinsèques de certains modèles utilisés et l’impossibilité de caractériser cette multi-exposition ont constitués les faiblesses des études.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 janvier 2015 15:27

    Cette étude à pu souligner les différents paramètres constitutifs de la représentation de la santé des habitants de Champlan en admettant ils sont confrontés à un environnement dégradé(point fort).Elle à été la cause d’une mobilisation citoyenne à travers deux événements : Airparif publie un rapport, montrant une pollution de l’air à Champlan similaire à celle de Paris intra muros et un nouveau projet de station d’épuration est par ailleurs proposé par le syndicat d’assainissement(point faible).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2015 06:34

    Les points forts de ce protocole sont l’identification de l’intensité de l’exposition individuelle et la réalisation d’une cartographie de l’expostion.
    Le point faible : pas assez bonne restitution des resultats qui ne répondaient pas au attentes de la population

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 1er février 2015 16:27

    Points forts
    Les études innovantes sont faites selon un plan préétablit avec objectifs et méthodologie et établissant une comparaison avec d’autres agglomération qui subissent plus ou moins les mêmes torts.
    La communication autour du programme d’étude a été continue et fréquente entre les organismes et les populations. Plusieurs modes de communications ont été mises en place.
    Chaque étude a fait l’objet d’une restitution, les rapports sont postés sur internet et mis en version papier à la disposition des populations
    Point faibles ;
    L’accent a été mis sur les aspects biologiques et non sur les aspects toxicologiques :
    La taille des échantillons jugée par certain trop faible pour être représentatif de la population
    La durée des études perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent de a situation des champlanais ;
    Les périodes choisies pour la mesure de bruit et de pollution atmosphériques e été remise en cause. pour certain au motif qu’elle n’avait pas été faite aux périodes à fort trafic routier, aérien ou aux périodes de plus forte chaleur pour mieux percevoir les impacts des nuisances sur les populations.
    Les résultats ne paraissent pas probants car ne donnent pas des solutions concrètes ou mesure d’atténuation aux impacts identifiés

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 10 février 2015 10:28

    Les points forts sont :
    La mise en place d’un ensemble d’études permettant de croiser des informations et résultats pour déterminer des effets coktails
    La collaboration entre agences dans une démarche participative et inclusive
    implication politique, des protocoles innovants
    L’ utilisation de capteurs individuels pour des prises de mesures régularité des informations avec les populations et mairie,
    la mesure de l’intensité et de la dispersion des nuisances

    Les faiblesses sont entre autres :
    les protocoles semblent ne pas avoir été validés par l’ensemble des acteurs, ce qui a donné lieu à des contextations par la suite ;
    le délai relativement court des études,
    la non inclusion d’études épidémiologiques spécifique pouvant determiner avec précision les problèmes pathologiques.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 mars 2015 20:34

    - les points forts : les protocoles d’études permet de
    déterminer exactement le polluant en cause
    lever tout doute sur la pollution oui ou non
    séparer les différents polluants comme sonore, atmosphérique et autres.
    - les points faibles :
    les études trop couteux ; prennent du temps avant la confirmation ; oublient certains d’étails

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 12 mars 2015 19:51

    Points forts :

    Prendre en compte la complexité géographique de l’ensemble du secteur (infrastructures routières, zone urbaine et industrielle…).
    Etude de la répartition spatiale des niveaux de pollution mesurés
    Etude de l’influence des conditions météorologiques sur les niveaux de pollution et leurs évolutions temporelles
    Mesure des expositions individuelles

    Points faibles :

    La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien
    La durée des études a pu être perçue comme trop courte
    Ne prend pas en compte l’interaction des différents types de pollutions

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 17 avril 2015 21:36

    Les points forts c’est le changement de l’opinion public pour n’est pas accepter cette situation (industrialisation) et attirer l’attention des autorités et les fondateurs de l’environnement,santé,...etc. Et les points faibles du protocole c’est les adversaires qui le prennent en négligence et aussi la difficulté de l’étude sociologique celle-ci qui pose un problème pour la généralisation d’une étude.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 avril 2015 10:56

    Les points forts des protocoles d’études :
    - savoir les différents types de pollution dans le village, ses sources,
    - voir quelle est la source entraînant le plus de nuisance
    - voir et analyser les comportements de la population vis-à-vis du risque
    - avoir les données épidémiologiques et toxicologiques des substances
    - reconnaître les difficultés à accomplir des études épidémiologiques
    Les points faibles des protocoles d’études :
    - problème sur l’évaluation des impacts sanitaires vu qu’il n’y a pas encore des effets bien observés
    - problème sur l’identification du cumul des pollutions
    - problème de gestion des inquiétudes de la population

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 4 mai 2015 13:22

    Les points forts et les points faibles des protocoles des études :

    • Pollution atmosphérique et Exposition individuelle : Par Airparif et Afsset
    Parmi les points forts de l’étude de pollutions, nous pouvons préciser l’intérêt porté à la pollution atmosphérique en même temps que celle à l’intérieur des locaux. La considération des communes limitrophes de Champlan dans cette étude permet d’avoir une vision plus large des sources de pollution.

    L’étude présente également une faiblesse du fait qu’il n’est tenu compte que du NO2 et du benzène comme polluant atmosphérique, or il existe d’autres polluants également très dangereux comme les PM10, SO2, O3, PM2,5 les HAP et les métaux lourds (Pb,Cd,Hg).

    • Etude sur le bruit par Ademe : réalisée par le cabinet IMPEDANCE

    Cette étude présente l’avantage de tenir compte des quatre types de source sonores présentes à Champlan notamment le bruit routier, ferroviaire, des avions et des industries. Aussi, la méthodologie a tenu compte de la proximité ou non de la source pour déterminer l’exposition aux différents niveaux de bruits.

    Notre analyse ne ressort pas de faiblesse quant à cette étude sur l’évaluation de la pollution sonore à Champlan.

    • Exposition individuelle aux champs magnétiques

    Cette étude a intérêt de prendre en compte des différentes conditions d’exposition aux champs magnétique des THT. Toutefois, les résultats de l’exposition individuelle peuvent être biaisés du fait que les volontaires portant les appareils peuvent intentionnellement visiter ou non des zones particulière pour augmenter ou diminuer leur exposition.

    • Etude sociologique :

    Nous n’avons pas d’objection quant à la méthode adoptée pour répondre aux questions d’ordre sociologique. Toutefois, nous voyons trop petite la taille de l’échantillon (27 familles) pour être représentatif de la population de Champlan (2500 habitants).

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 15 juin 2015 19:58

    les point fort : exposition individuelle / cartographie fine / protocoles discutés avec les populations… Points faibles : Pas de mesure des « pics » sonores, pas de mesure les jours de départ en vacances, durée de mesures/ prélèvement jugées pas assez longue, pas représentative

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 23 juin 2015 00:56

    Le point fort des protocoles d’étude est de conduire une étude variante sur tout les facettes de la pollution observée dans le village
    Le points faible des protocoles d’etude c’est de conduire l’etude a des points strategique de la ville

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 juin 2015 07:38

    Comme points fort des protocoles utilisés, nous pouvons souligner l’implication des parties prenantes dans le processus d’évaluation et la gestion du risque, la quantification de l’exposition individuelle et l’utilisation de la cartographie qui a permis une vue générale de l’exposition de l’ensemble du territoire.

    Les faiblesses concernent surtout les méthodes et techniques d’échantillonnage ainsi que la définition des seuils de certaines variables.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 18 janvier 2016 12:32

    Les points forts :
    - Maillage fin pour la cartographie de la pollution atmosphérique
    - Techniques de modélisation pour des résultats en tout point de la commune (bruit)
    - Techniques nouvelles pour l’étude de l’exposition individuelle aux CEM et à la pollution
    - Implication de la population et participation aux études d’exposition individuelle
    Les points faibles :
    - Echantillons non représentatifs de la population de Champlan, par leur taille et leur composition
    - Utilisation de valeurs moyennes, supprimant les phénomènes de pics (bruit)
    - Durée des études courte
    - Périodes de mesures hors périodes de trafic fort routier et aérien (type départ en vacances) et hors périodes de forte chaleur
    - Incertitudes de modélisation (particules)

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 janvier 2016 22:26

    Points forts :
    Le fait d’avoir associé les habitants à l’enquête et de les avoir tenu informés en permanence contribue fortement à ce qu’ils se sentent entendus et participe facilement aux études.
    Les études ont été réalisés par types d’exposition.
    L’étude sociologie a également été bénéfique en faisant ressortir des conclusions permettant de mieux comprendre les différentes motivations et attentes des habitants.

    Points faibles :
    L’impact sanitaire des nuisances n’a pas fait l’objet d’une étude malgré les demandes d’habitants.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 20 janvier 2016 13:15

    Les points forts des protocoles sont que
    - on mesure une exposition individuelle ;
    - la cartographie est fine ;
    - protocoles ont été élaborés avec la particiapation des populations…

    Les points faibles sont :
    - Pas de mesure des pics sonores,
    - Pas de mesure les jours de vacances,
    - Durée de mesures pas assez longue donc pas assez représentative…

    Mais les points forts dépassent les points faibles, pour une étude qu’on peut qualifier de pionnière ou exploratoire.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 21 janvier 2016 23:02

    Points faibles : Faibles échantillon, difficultés techniques à mesurer la multi exposition
    Points forts :Mise en place d’une ennquête sociale

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2016 16:57

    Les points forts :
    - La forte implication des populations, l’étude à été réalisée de façon participative. Les habitants ont été impliqués du début à la fin.
    - L’étude à fait appel à plusieurs disciplines.Cela à permis de prendre en compte tous les facteurs.

    Les points faibles :
    - La taille de l’echantillon était trop faible pour représentative de la population
    - La durée des études à été trop courte pour refléter la réalité de la situation des Champlanais
    - Les périodes choisies pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique n’ont pas été faites aux moments de fortes activités aériennes et routières ou de forte chaleur.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 27 janvier 2016 11:21

    Les points forts des protocoles des études sont le fait que plusieurs agences d’expertises chargées des questions environnementales y ont pris part et l’association de la population également.
    Les points faibles:Les expertises n’ont pas pu donner avec exactitudes les types de risques sanitaires ou pathologies liés aux différentes expositions aux bruits et autres nuisances auxquels les Champlanais sont exposés

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2016 11:21

    Parmi les points positifs, on peut retenir que les études sont effectuées par des organismes différents. Les études couvrent les différentes nuisances (sonore, pollution du trafic routier, etc) et se recoupent et donnent une vision plus globale des problèmes, donc la possibilité d’une décision finale plus satisfaisante pour les habitants.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2016 17:37

    En regardant les différents protocoles qui ont été proposé pour la réalisation des études ,on pas pris en compte les moments ou les nuisances comme le bruit ou la pollution de l’air sont aux plus haut niveau. et dans les saisons spécifiques notamment en l’hiver et en l’été. ça .c’est un point faible

    Les points forts c’est qu’il y a une implication de la population locale dans les différentes études et la cartographie du niveau annuel d’un polluant comme le NO2

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 janvier 2016 17:57

    Les points forts des protocoles d’études :
    - études conduites par des prestataires compétents et spécialisés
    - stratégie de communication efficace (compte rendus réguliers, restitutions des résultats..)
    Les points faibles
    - difficulté d’échantillonnage
    - étude sociologique influencée par les intérêts partisans
    - études trop technique ne permettant pas réelle implication communautaire
    - inexistence d’un plan de mise en œuvre

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 1er février 2016 04:27

    Points forts :
    - protocoles établies par une approche participative ou consultative de la population ;
    - Exposition individuelle et
    - cartographie des risques
    Points faibles :
    - Pas de mesures du niveau de pollution sonore les jours de vacances ;
    - pas de mesure d’un pic sonore ;
    - Durée trop courte des mesures ;
    - Prélèvement sur une long durée et
    - Non de représentativité des mesures.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 2 février 2016 21:10

    Les points forts : il s’agit d’une étude très complète, unique, permettant une cartographie complète quasiment exhaustive des facteurs de risque environnementaux auxquels une commune péri-urbaine peut être exposée. La communication mise en œuvre tout au long de l’investigation et l’implication de la population dans les études semblent exemplaires. Cette étude a intégré des mesures d’expositions individuelles et la contribution de l’air intérieur a été prise en compte.
    Les points faibles : il n’a pas été tenu compte des variations saisonnières pour la pollution atmosphérique et des départs en vacances pour le bruit et la pollution atmosphérique. De plus, certaines mesures ont été réalisées sur un temps très court. Cela pose la question de la représentativité des résultats obtenus. D’autre part les facteurs de risque ont été étudiés indépendamment et l’effet cocktail n’a pas été abordé.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 3 février 2016 14:36

    Points forts : participation des populations, une cartographie bonne,
    Points faibles ; le temps long pour les mesures et les prélèvements absence de meure de pics sonores

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 22 février 2016 12:43

    Parmi les points forts, l’on note que les protocoles ont fait l’objet d’une discussion avec les populations. Analyse spatiale fine des niveaux de pollution et mesures des niveaux d’exposition individuels.

    Comme point faible, l’on note qu’il n’a pas été mesuré les pics sonores ainsi que les valeurs des nuisances observés lors des grands mouvements des populations comme les départs en vacances et arrivées des vacances.
    La durée des mesures n’est pas longue et les mesures non représentatives de la population.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 24 février 2016 07:48

    Points forts des protocoles :

    _Mise en place de la cartographie fine de la pollution atmosphérique
    _Identification de la contribution des différents acteurs
    _Implication des parties prenantes
    _Faire face à la perception des habitants par rapport au risque

    Points faibles des protocoles :

    - Confusion de rôle
    - Impossibilité d’une étude épidémiologique à cause de la faiblesse de la taille de l’échantillon
    - La durée de l’étude
    - Mangue de documents ou études antérieurs
    - La difficulté de mesurer état sanitaire des expositions environnementaux par manque de bio marqueurs adaptés
    - Délai court

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 25 février 2016 06:58

    Les protocoles d’études présentent des faiblesses mais aussi des avantages :
    En effet, ces protocoles ont le mérite d’avoir utilisé des éléments réels d’une étude notamment un échantillon, une méthode de mesure, une durée d’études, ainsi qu’une période. Mais en même temps, ces études ont utilisé des moyens jugés peu suffisants pour manifester la réalité vécu. Il s’agit par exemple un échantillon très faible pour représenter valablement la population, une durée trop courte pour faire ressortir tous les aspects de l’étude et une période d’étude inappropriée pour faire preuve des nuisances.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 février 2016 05:57

    Les protocoles des etudes arrivent a repondre a certaines questions sur la qualite de l’air,l’intensite du champ magnetique par exemple mais n’a pas repondu a l’une des questions des riverains concernant l’epidemiologie qui pourrait leur dire combine de personnes ont developpees de maladies par rapport a la pollution.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 29 novembre 2016 06:05

    points forts :
    - une bonne interaction avec les parties prenantes, en particulier le pubic( réunions publiaues, lettres d’informations, site internet de la commune, participation de la population à des mesure d’exposition)
    - bonne restitution des résultats.

    points faibles :
    - pas de réponses aux questions posées sur l’effet cocktail

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 18 décembre 2016 22:58

    Les protocoles des 6 études sont Airparif, Afsset, Cire Ile-de-France et Ademe :
    -  Points positifs : cartographie établie pour affiner les lieux étant les plus exposés (cartographie, sources de mesures ...). La procédure a été discutée avec la population de Champlan. L’équipe est composée de différents spécialistes dans chacun de leur domaine respectif. Les études sont établies par différents organismes et méthodes : l’implication mais aussi la considération des attentes de la population ont été écoutées pour les inclure dans l’étude ; des méthodes scientifiques de recueils récents ; une communication qui tient informée la population des avancées de chaque recherche ; la prise en compte sociologique des inquiétudes et la mobilisation de la population.
    -  Points faibles : la durée des études qui n’était pas assez longue, un échantillon peut représentatif, pas de mesure établie lors de « pics » sonores ou départs en vacances ou de grandes affluences routières, pas de relation établie entre les différents problèmes environnementaux, « l’effet cocktail ». Les entreprises locales qui sont émettrices de pollution n’ont pas été incluses dans les études, le choix de la période pour mesurer le bruit et la pollution atmosphérique. Le signalement sanitaire est absent ou absence de recommandation suite aux différentes études

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 19 décembre 2016 21:05

    Points forts :
    - Étude de nombreuses sources de nuisances et de pollution,
    - Implication réelle des habitants,
    - Bonne communication.

    Points faibles :
    - Les nuisances n’ont pas été étudié dans leur synergie (effet coktail),
    - Durée totale de l’étude,
    - Manque de suivi.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 26 décembre 2016 00:10

    Une etude doit repondre aux questions de la population
    Les petits echantillons montrent qu-il est possible de mesurer certaines valeurs au plus pres de la population /comme les tubes a diffusion passive poses sur les personnes/ mais on ne peut pas generaliser les resultats a l-ensemble de la population
    Les facteurs d-exposition sont souvent multiples et du coup on n-a pas toujours les connaissances scientifiques disponibles sur le sujet, et on ne peut pas prevoir les risques de ces multiples facteurs melanges ensemble
    Des etudes qui pourraient explorer les effets chroniques sur l-homme seraient longues et tres couteuses
    Les etudes peuvent etre longues, surtout si on doit en combiner plusieurs, par exemple une etude descriptive et une etude sociologique
    Pour des modeliations techniques, il faut des ressources sachant utiliser les logiciels
    Il est difficlle d-investiguer les expositions et les modes de vie differents
    Si pour faire une etude on ne dispose pas de donnees scientifiques, cela perrmet de donner des pistes pour des etudes futures

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 28 décembre 2016 13:13

    Il faut avoir lis tout le protocole des études pour y déceler Les points forts et les points faibles ; malheureusement qui n’est pas à notre disposition
    Points forts
    Etu 1) Le milieu et la population sont les indicateurs ultime de les études ;
    2) Evaluation des populations sensibles ou vulnérables ;
    3) Cohortes d’exposition professionnelle ;
    4) Evénements sentinelles environnementaux.
    Points faibles
    1) parfois absence de données d’exposition fiables ou difficulté à les obtenir ;
    2) expositions combinées, multiples et complexes ; absence de cohortes témoins appropriées ;
    3) Absence d’expérimentation sur l’humain ;
    4) les donées sont incomplètes

    .

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 16 janvier 10:54

    Comme points fort nous avons la participation de toutes les parties prenantes plusieurs réunions organisées entre les organismes spécialisés (airparif ademe etc.) et les riverains:prise en compte des préoccupations des riverains ;
    Médiatisation du dossier champlan prise de conscience nationale.
    Points faibles ce type d’études devraient se faire en amont de chaque projet (EIE) afin d’anticiper sur les impacts y appliquer des mesures d’atténuations sur les impacts potentiels (bruits d’avions, voituresetc.) et gérer les impacts résiduels en y appliquant les mesures de bonifications (recasements des populations en exemple) dans ce cas, malgré les conclusions des différentes études les villageois de champlan sont condamnés.

    Répondre à ce message

  • Question n°1 (les études) 23 janvier 18:11

    Les points forts
    Pour répondre à l’inquiétude des Champlanais, une étude scientifique (première étude multicritère française) a été réalisée, associant quatre agences chargées des questions d’environnement ou de santé, sous la direction de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).
    Le deuxième critère qui est apparu particulièrement important dans l’esprit d’une grande majorité des personnes interrogées lors de la première phase, a été la longévité de la présence à Champlan. En effet, une caractéristique du village est de réunir des populations natives ou présentes depuis un très grand nombre d’années et des groupes beaucoup plus récents ;
    – le type d’habitat et, en particulier, la présence ou non d’un jardin, puisque la qualité de vie fonde la présence des familles dans le village
    À défaut de signaux sanitaires particuliers, la Cellule interrégionale d’épidémiologie (Cire) Ile-de-France et l’Institut de veille sanitaire (InVS) ont souhaité approfondir d’une façon originale les Environnement, Risques & Santé – Vol. 8, n° 3, mai-juin 2009 inquiétudes exprimées par les habitants et quelques personnes travaillant à Champlan.
    Ces critères sont restés en nombre raisonnable afin que leur accroissement ne donne pas lieu à une trop grande diversité de groupes, ce que ni la taille du village (2 500 habitants), ni la possibilité qualitative de l’étude n’auraient rendu réalisable.
    Les points faibles résident dans le fait que qu’il y’a certaines situations imprévues.

    Répondre à ce message

  • Le point forts de cette étude est permettre d’évaluer le niveau de pollution de cette vile, elle permet une prise de conscience collective sur le niveau de pollution de Champlain.
    Le point faible est la campagne médiatique négative provoquée par cette étude.

    Répondre à ce message

  • Les points positifs : On dispose de données d’évaluation de l’impact des pollutions sur un échantillon de la population locale , des zones de pollution ont été délimitées et il faut noter la participation dans une certaine mesure des habitants aux études.

    Répondre à ce message

  • Les points faibles des études : les échantillons ne sont pas très représentatifs, certaines évaluations ont manqué comme par exemples , celles pouvant être effectué pendant les périodes de grandes activités pour les populations locales comme les moments des départs pour les vacances et ceux de grands bruits.
    Il faut noter le temps assez court maximum 48 heures pour mettre en évidence certaines modifications en rapport avec l’environnement.

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 22 août 2017 | Chartes | Mentions légales | A propos